Prix de besançon (l) : chuchoteuse, en mode demonstration

Autres informations / 03.11.2012

Prix de besançon (l) : chuchoteuse, en mode demonstration

Décevante

dans le Prix de Beaune (L), ayant terminé à la sixième place, mais sous 71

kilos, Chuchoteuse (Astarabad) s’est complètement réhabilitée dans le Prix de

Besançon (L). Une compétition qu’elle a enlevée pour la deuxième fois de sa

carrière, après son succès en 2010. La protégée de Laurent Postic a fait

étalage de toute sa classe pour l’emporter de quinze longueurs, sans avoir

l’impression de forcer, sur un terrain très pénible. Généreuse, comme à son

habitude, Chuchoteuse fait partie de cette race de chevaux que l’on aime voir

sur les hippodromes, ceux qui font le spectacle. Et la scène préférée de la

fille d’Astarabad, c’est Enghien, sur laquelle elle a décroché son sixième

succès. Son jockey, Cyriaque Santerne, a bien essayé de la faire attendre, mais

Chuchoteuse, en deux coups de grandes foulées, s’est retrouvée aux

avant-postes. Dès le bout de la ligne d’en face, ses rivaux abdiquaient un à

un, alors que Chuchoteuse continuait d’enrouler. Ses preneurs pouvaient déjà

passer au guichet, où elle a fait afficher un surprenant 9/1. La ligne droite

n’a été qu’une formalité et elle est repartie facilement sur le plat. Au regard

de son succès de vendredi, elle sera très dangereuse dans la Grande Course de

Haies d’Enghien (Gr3). Elle tentera de faire mieux que sa troisième place de

2010 mais elle en a largement les moyens car c'est l'une des figures du plateau

de Soisy. Son pilote nous a confié : « C’est une super jument, qui a un gros

moteur. Lorsque j’ai sauté la "der" d’en face dans la foulée, je

savais que ce serait très dur pour mes adversaires. Je me suis vraiment fait

plaisir. Au départ, je voulais attendre, mais au bout de trois obstacles, avec

son action, j’étais déjà en tête. Je l’ai laissée aller à sa main et elle n’a

pas été inquiétée. Je suis heureux de m’imposer pour ses propriétaires, pour

lesquels je monte en Suisse. » Certes, Chuchoteuse n’avait plus gagné depuis le

28 mars, déjà à Enghien, mais en calculant ses chances, il ne fallait pas

oublier que depuis cette victoire, elle avait aussi couru en steeple, une

discipline dans laquelle elle est moins étincelante. D’ailleurs son mentor la

préfère sur les "balais", où elle a moins d’efforts à effectuer,

d’autant qu’elle est assez électrique.

BONNE

TENUE DES "GALLORINI"

Jean-Paul

Gallorini présentait deux partants dans cette course principale. Ils se sont

classés deuxième et troisième. Il s’agit de Le Jonchet (Northern Crystal) et

Catmoves (Medicean). Ils n’ont rien pu faire contre la gagnante, mais se sont bien

défendus. Sur ce terrain, Le Jonchet a répété sa meilleure valeur, alors que

Catmoves, qui avait effectué une bonne rentrée en plat, a confirmé qu’elle

avait franchi un palier. Sa fraîcheur pourrait lui permettre d’être dangereuse

en fin de saison, à Auteuil comme à Enghien. « Le Jonchet court très bien, sur

un terrain qui ne l’a pas contrarié, nous a dit l’entourage du cheval. Il

effectue une très bonne valeur. » Après avoir tracé tout son parcours à la

corde, Salder Roque (Muhtathir) a conservé la quatrième place au courage,

précédant Tidara Angel (Oratorio), remarquable de courage pour une rentrée, sur

un terrain qui n’est pas vraiment le sien.

UNE

PROCHE PARENTE DE SUBEHARGUES

Issue de

l’élevage Hosselet, Chuchoteuse est le troisième et meilleur produit de Belle

Yepa (Mansonnien), une jument qui s’est imposée en haies à Enghien et Auteuil.

Mais Belle Yepa est surtout la propre soeur de Subehargues, qui, sous la férule

de Guillaume Macaire, a remporté les Prix Fleuret (Gr3), Alain et Gilles de

Goulaine (L), pris les deuxièmes places des Prix Jean Stern (Gr2) et Orcada

(Gr3) et la troisième du Prix Maurice Gillois (Gr1). Autre frère de Belle Yepa,

Cutty Sark Memory (Un Kopeck), qui, à son époque, au milieu des années 80, se

plaçait comme un des meilleurs chevaux de haies, remportant notamment le Grand

Prix d’Automne (L avant de devenir un Gr1) et le Prix Jacques d’Indy (L, avant

de devenir Gr3).