Prix habitat (d) : intermix comme un retour aux sources

Autres informations / 21.11.2012

Prix habitat (d) : intermix comme un retour aux sources

Dans ce

Prix Habitat (D), malgré la présence de Pont Neuilly (Medecis), dont la

deuxième place récemment derrière Sèche (Speightstown) laissait envisager une

victoire proche, c’est le britannique Intermix (Intikhab) qui a ouvert son

palmarès, de plus avec la manière. Johan Victoire l’a monté

"classique", à trois quarts de longueur du leader, Leargas (Kheleyf),

puis il s’est facilement détaché dans la ligne droite. Pont Neuilly n’a jamais

pu l’inquiéter, et le poulain d’Yves de Nicolay a encore eu la malchance de

tomber sur un bon élément, très bien réglé de surcroît comme l’a expliqué Johan

Victoire : « Paul Cole, son entraîneur, était très confiant et m’avait dit de

le monter de cette façon. Il m’a surpris dans le bon sens, car il a été capable

de placer deux accélérations dans la ligne droite. Il est très bien dressé, ce

qui facilite la façon de monter ce genre de chevaux. On peut les placer près de

la tête et ils ne tirent pas… »

LA

FAMILLE DE BERET ROUGE

Intermix

est entraîné de l’autre côté de la Manche par Paul Cole, mais il possède un

pedigree français. Sa mère, Bermuxa (Linamix), est en effet une ancienne

"Lagardère" ayant été vendue à Tattersalls en 2004. Auparavant, elle

s’était classée deuxième sur cette piste deauvillaise, mais se recommandait

surtout de ses origines, puisque c’est une propre soeur de Bernimixa – gagnante

du Prix de Pomone (Gr2) et mère de Berouni et Béret Rouge –ainsi que de

Miraculous, lauréat du Prix Gladiateur (Gr3). Son fils est également passé en

vente à Tattersalls, en octobre 2011, où Paul Cole l’a acheté pour 10.000

Guinées.