Prix maurice gillois (gr1) : le dernier coup d’eclat de jean-paul senechal

Autres informations / 05.11.2012

Prix maurice gillois (gr1) : le dernier coup d’eclat de jean-paul senechal

Dans

quelques semaines, le propriétaire Jean-Paul Sénéchal va arrêter son activité

dans les courses. Mais avant de partir, son entraîneur principal, François

Cottin, avait à coeur de lui offrir une sortie honorable. Sa déception s’est

fait ressentir après la deuxième place de Le Tranquille (Reste Tranquille), la

veille, dans le Grand Prix d’Automne (Gr1), mais il tient finalement son Gr1

pour la casaque noire et orange, à l’occasion du Prix Maurice Gillois (Gr1).

C’est Utopie des Bordes (Antarctique), qui, après un sage parcours d’attente, a

embrayé dans le dernier virage pour venir chercher le fuyard Fago (Balko) et

l’emporter par six longueurs d’avance. « Merci à son jockey, Philip Carberry,

qui l'a très bien montée, a confié à chaud François Cottin. C'est lui qui a

gagné la course. Je suis ravi pour toute mon équipe car nous travaillons dur et

ce n'est pas facile tous les jours. C'est une belle récompense, pour moi, mon

équipe, mais surtout pour Monsieur Sénéchal. » Lauréate du Prix Edmond

Barrachin (Gr3) en septembre, Utopie des Bordes avait fini quatrième du Prix

Orcada (Gr3), en gardant beaucoup d’influx pour le grand objectif. Son

propriétaire a confié à l’issue de l’épreuve : « Je croyais vraiment en ses

chances avant la course. Elle avait déjà montré qu’elle était capable de

s’imposer à ce niveau. J’ai été gâté par cette famille, avec notamment Quenta

des Bordes, Victoire des Bordes sa petite soeur, Olivia des bordes ou encore

Lutin des Bordes. Maintenant "Utopie" va passer en ventes le 19

novembre, à Deauville. Une page se tourne pour moi, mais cela est fait de la

plus belle des manières. » Depuis le sacre de Grand Charly (Le Triton) dans le

Prix Ferdinand Dufaure (Gr1), l’année dernière, Jean-Paul Sénéchal n’avait plus

été sacré au niveau Gr1. Lors de ce Week-end international de l’obstacle, il a

bien failli en remporter deux. Pour François Cottin, ce succès dans le Prix

Maurice Gillois est le second. Il avait remporté cette épreuve en 2008 avec

Oculi (Denham Red).

LE FILM

DE LA COURSE

Le Prix

Maurice Gillois a été la course la plus sélective de cette journée à Auteuil.

Dès le départ, Teejay Flying (Tiger Groom) a montré la couleur et le peloton

s’est rapidement étiré, avec des favoris qui ont l’habitude de jouer les attentistes.

Le pensionnaire de Thomas Trapenard a été relayé par Fago en se présentant

devant la rivière des tribunes, et à ce moment du parcours, le leader du

peloton comptait une bonne trentaine de longueurs d’avance sur celui qui

fermait la marche. Le rythme effréné a fait du mal à bien des prétendants et

notamment à Michto (Balko), qui a multiplié les fautes avant d’être arrêté

devant le gros open-ditch. Le peloton décimé, Fago continuait son chemin à

distance tandis que Utopie des Bordes, parmi les dernières durant le parcours,

s’est progressivement rapprochée dans la ligne d’en face. Lorsqu’elle est

entrée dans le dernier virage, elle s’est retrouvée en tête des poursuivants,

mais toujours à quinze longueurs de Fago. Toutefois ce dernier commençait à baisser

de pied, tandis qu'Utopie des Bordes, gonflée à bloc moralement après avoir

doublé des adversaires sans réelles ressources, voyait ses chances de victoire

décuplées. Fago n’a eu que le temps de sauter la dernière difficulté en tête

avant de voir fondre sa rivale sur lui. La pouliche de François Cottin a filé

au poteau, Fago s’est contenté d’une nette deuxième place, tandis qu’en

retrait, symphonie d’Anjou (Turgeon), une autre attentiste, finissait très vite

pour prendre la troisième place à Puerto Chico (Saint des Saints), qui a,

lui,  toujours été vu aux avant-postes.

Beaucoup plus loin, Farlow des Mottes (Maresca Sorrento), vainqueur de la

dernière épreuve préparatoire, a pris la cinquième place.

PHILIP

CARBERRY : « LA CLASSE DE PRINCESSE D’ANJOU ! »

Philip

Carberry était ravi à l’issue de l’épreuve et aussi impressionné par la course

de sa partenaire. « Ma pouliche a eu un peu de mal à se mettre dans le rythme

en début de course. Mais c'est une très bonne sauteuse, et une fois qu'elle en

a eu doublé un ou deux, c'était parti. Elle est bien rentrée dans la course et

a montré beaucoup de classe pour finir. Comme Princesse d'Anjou ! »

FAGO A

FAIT MAL AUX AUTRES

Principal

animateur de l’épreuve, Fago a imprimé un rythme très sélectif et avant le

coup, son entourage aurait signé pour cet accessit. Jacques Ricou nous a confié

à son sujet : « Fago est un cheval qui a surtout du rythme et il faut le gérer

au mieux. J’avais comme ordre de ne pas prendre la tête trop tôt. Quand je l’ai

laissé aller à son rythme, il a fait très mal aux autres car c’est très

difficile de le suivre. Mais en fin de parcours, c’est souvent lui qui est en

difficulté. Quand il arrivera à bien gérer ses efforts, il sera de moins en

moins "prenable". »

ESSAI

CONCLUANT POUR SYMPHONIE D’ANJOU

Symphonie

d’Anjou s’essayait pour la première fois face à une telle opposition, après

avoir remporté deux courses successives à Auteuil. Son jockey, Mathieu Carroux,

a expliqué : « Ma jument n’est pas encore assez dure pour suivre un rythme

comme celui-ci dans le parcours. Mais je pense que c’est une bonne chose pour

l’avenir. Je voulais la monter "off" aujourd’hui et finir vite sur

les autres. Elle a très bien répondu et a pris une bonne troisième place. »

LA

GRANDE FAMILLE DES BORDES

Utopie

des Bordes appartient à la belle famille "des Bordes". Elle est en

effet la soeur de Quenta des Bordes (Bateau Rouge), gagnante des Prix Gérald de

Rochefort et Christian de l’Hermite (Ls), mais aussi quatrième du Prix Maurice

Gillois (Gr1) et cinquième du Prix Ferdinand Dufaure (Gr1). La mère d’Utopie

des Bordes, Miss Berry (Cadoudal), est restée inédite. Gamine Royale (Garde

Royale), deuxième mère d’Utopie des Bordes, a été une bonne pouliche sur les

haies. Elle a notamment gagné le Prix Sagan (L). Au haras, elle a produit Lutin

des Bordes (Épervier Bleu), placé de Groupe, en steeple, à Merano, et Olivia

des Bordes (Antarctique), vainqueur du Prix Rigoletto (L) et quatrième des Prix

Maurice Gillois et Ferdinand Dufaure. Gamine Royale est la soeur d’une certaine

Jasmine des Bordes (Épervier Bleu), mère de Rollex Borget (Khalkevi), lauréat

du Prix de l’Avre (L) et troisième du Prix Royal-Oak (Gr1).