Quand le fosse se creuse…

Autres informations / 05.11.2012

Quand le fosse se creuse…

Avant

l’édition 2012 du B.C. Juvenile Turf (Gr1), les 2ans européens avaient déjà

l’avantage sur les américains au palmarès de la course. Depuis sa création, en

2007, l'épreuve était en effet revenue seulement deux fois à des poulains

entraînés outre-Atlantique : Nownownow en 2007, et Pluck en 2010. George

Vancouver (Henrythenavigator) a confirmé cette domination en s’imposant à Santa

Anita, faisant preuve d’une vraie supériorité, car il a mis du temps à trouver

le passage et a ensuite penché sur la droite. Avec la victoire de Flotilla

(Mizzen Mast) dans le Juvenile Fillies’ Turf (Gr1), les 2ans européens ont donc

prouvé leur domination sur le turf. C’était aussi la première année que les

juveniles américains étaient contraints de courir sans Lasix. On peut donc

imaginer que cette domination a encore quelques belles années devant elle. Mais

cela signifie aussi que le fossé entre chevaux de dirt et de gazon s’élargit.

Les élevages européen et américain vont dans des directions opposées, et il

suffit de regarder un cheval de dirt et un spécialiste du gazon : on a

l’impression que ce ne sont plus les mêmes races… Bien sûr, sur le nombre, il

restera toujours des étalons axés turf aux États-Unis, mais là aussi, il suffit

d’un coup d’oeil aux résultats des ventes de yearlings pour constater

l’attraction bien supérieure que génèrent les étalons de dirt. Il est

d’ailleurs amusant de constater que les produits de Henrythenavigator, le père

de George Vancouver, ont connu un accueil timide à Keeneland. Ils étaient 51

inscrits au catalogue et 31 sujets ont trouvé preneurs, à un prix moyen de

62.323 $. Au book 1 de Tattersalls, il n’étaient certes que trois, mais se sont

vendus au prix moyen de 176.667 Guinées. Coolmore ne s’y est d’ailleurs pas

trompé et a ramené son jeune étalon en Irlande pour 2013. Avec tous ces titres

acquis en Europe et sur le gazon, et malgré sa deuxième place dans le Breeders’

Cup Classic (Gr1) en 2008 (sur une piste synthétique, et non du dirt), l’étalon

qui compte déjà deux gagnants individuels de Gr1 pour sa première année de

production, ne fait pas rêver les Américains…