Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Tribune libre : lettre ouverte au president et au conseil d’administration de france galop par l’association des entraineurs de galop

Autres informations / 05.12.2012

Tribune libre : lettre ouverte au president et au conseil d’administration de france galop par l’association des entraineurs de galop

« Lors de notre réunion du 29 novembre 2012 à Chantilly, nous, entraîneurs, avons constaté l’absence totale de prise en compte de nos besoins et de nos demandes en région parisienne. La situation absurde qui nous est imposée résulte de l’autisme des dirigeants face à une crise qui empire au fil des mois, aggravant la précarité de nos entreprises menacées. Le développement anarchique du programme crée des déséquilibres contre-productifs et périlleux. En conséquence, nous demandons au comité qui se réunira le 17 décembre de contester le budget 2013 en l’état. Nous adressons via cette lettre ouverte au Président et au Conseil d’Administration de France Galop une demande officielle de rencontre dans les plus brefs délais, en vue d’obtenir des réponses positives à nos demandes d’équilibrage pour 2013. Nous n’acceptons pas pour 2013 un plan qui prévoit quatre mois sans courses en région parisienne. Les investissements des collectivités territoriales dans la création de pistes artificielles doivent, suivant les engagements pris, entraîner une augmentation du nombre de réunions en cohérence avec les économies requises. Chantilly dont la P.S.F. est sous exploitée, Lyon-La Soie et Pornichet doivent offrir des opportunités chaque semaine aux chevaux privés de meetings d’hiver. Nous demandons que soient publiés les différents coûts globaux pour France Galop par réunion Premium sur les hippodromes qui organisent le plus de courses. Nous souhaitons que soient pris en compte les prix de revient réels calculés par l’Association via les comptables de ses adhérents ainsi que l’impact des nouvelles charges sur nous et nos équipes. Nous demandons que l’augmentation des allocations soit répartie en fonction des effectifs par région, alors que le plan actuel prévoit, hors Listed et Groupes, de consacrer 11 % de l’augmentation aux 33 % de chevaux entraîné en région parisienne. En ce qui concerne la T.V.A., nous voulons que soit appliqué dès janvier 2013 le versement direct par France Galop du pourcentage revenant aux entraîneurs et à leur personnel, additionné de la T.V.A. Nous demandons aussi que notre Association participe au Conseil d’Administration afin d’être légitimement entendue et d’éviter à l’avenir de laisser se développer de telles situations de crise. Nous entraîneurs, appelons nos propriétaires à se joindre à notre démarche et sommes fermement décidés à employer tous les moyens dont nous disposons pour obtenir l’écoute et la cohérence dont doivent faire preuve les instances dirigeantes de France Galop, association loi 1901 missionnée par les pouvoirs publics.»