Le centre d’entrainement de moulins fait le plein

Autres informations / 20.01.2013

Le centre d’entrainement de moulins fait le plein

Avec

cent chevaux, le centre d’entraînement de Moulins affiche complet en ce début

d'année 2013. Un succès qui s’explique en grande partie par les nombreux

investissements réalisés par la société des courses de Moulins. Ce sont cinq

entraîneurs qui ont choisi de s’installer sur ce site polyvalent, permettant de

préparer galopeurs et sauteurs : Olivier Auchère, Jean-Pierre Bourdin,

Dominique Chenu, Éric Vagne, et le dernier arrivé, Augustin Adeline de

Boisbrunet. Créée en 1875, la Société des Courses de Moulins a subi un lifting

durant ces dernières années. Des travaux ont été réalisés avant de moderniser

l’ensemble des installations. Le Président de la Société, Roger Winkel, nous a

expliqué : « De 2007 à 2009, nous avons fait des travaux sur l’hippodrome. Nous

avons donc dû casser quelques bâtiments et réquisitionner des boxes du centre

d’entraînement pour du stockage. L’hippodrome étant rénové, nous avons pu les

libérer. Quelques boxes étant, du coup, disponibles, nous avons reçu des

demandes de différents entraîneurs, et c’est donc Augustin Adeline de

Boisbrunet qui nous a rejoints dernièrement. » Avec cent chevaux présents sur

le centre, Roger Winkel est satisfait, mais ne compte pas arrêter ses efforts

en si bon chemin. « Je pense que nous sommes arrivés à un équilibre. Cent chevaux,

c’est ce qu’il faut. La Société emploie quatre personnes pour le centre, dont

trois pour les pistes. Nous sommes arrivés à un bon équilibre. Mais il y a

encore des choses à améliorer. » Moulins possède quatre pistes d’entraînement:

une en sable de 1.900m, une en herbe de 2.000m environ, une de haies de 1.300m,

ainsi qu’une piste de steeple, de 1.200m. « Nous avons déjà refait la piste en

sable, pour un montant de 170.000 €. Je travaille sur un projet global

définissant les priorités pour le centre, à présenter au Conseil

d’Administration. Les pistes d’obstacle ont besoin d’être encore améliorées, et

certaines écuries ont encore besoin d’être rénovées. »