Plat

Autres informations / 08.01.2013

Plat

QUI POUR

SUCCEDER A FRANKEL ?

Star des

courses en 2012 et 2013, Frankel (Galileo) a arrêté sa carrière sportive pour

devenir étalon. Qui a les épaules assez solides pour prendre sa place dans le

cœur des professionnels et des turfistes en 2013 ? A priori personne n’a son

envergure. Chez les 2ans de 2012, Morandi (Holy Roman Emperor), Dawn Approach

(New Approach) ou Reckless Abandon (Exchange Rate) sont de très bons chevaux

mais ils ne sont pas Frankel non plus. Outre-Manche, il n’y a pas de chevaux

d’âge capables de franchement soulever les foules et, seul notre Cirrus des

aigles (Even Top), dans cette catégorie de chevaux, est capable d’attirer un

réel enthousiasme lors de ses apparitions. Reste le cas de Black Caviar (Bel

Esprit), qui est revenue à l’entraînement et est toujours invaincue. Mais elle

officie loin de l’Europe, en Australie, et en plus sur le sprint. Seule

l’annonce d’une nouvelle expédition en Europe, à Royal Ascot ou ailleurs, la

ferait devenir le cheval que tout le monde va suivre en 2013.

 

LA

FRANCE POINT D’ATTRACTION DE L’EUROPE

Alors

que beaucoup d’acteurs ont le moral assez bas, notamment suite aux dernières

mesures concernant la T.V.A., la France n’a jamais autant attiré de

professionnels étrangers. Les pays limitrophes ne vont pas fort, notamment à

cause des allocations en baisse depuis plusieurs années, alors qu’en France,

elles n’ont fait qu’aller vers le haut depuis dix ans. Résultat des courses, de

nombreux professionnels viennent s’installer en France. Cette année encore,

c’est Mirco Demuro et Mauricio Delcher-Sanchez, respectivement Italien et

Espagnol qui viennent s’installer sur notre sol. Ils imitent Giuseppe Botti,

Umberto Rispoli et Yan Durepaire qui ont décidé de quitter le pays où ils

étaient installés pour venir en France lors de ces trois dernières années. Finalement,

le système français est celui qui va le mieux en Europe et c’est pour cela que

certains n’hésitent pas à s’expatrier. 

Seuls des entraîneurs basés en Angleterre ne viennent pas et on a vu des

jeunes, comme Mickaël Barzalona, quitter la France pour aller s’installer à

Newmarket. Sans doute parce que la tradition des courses outre-Manche l’emporte

sur tout le reste.