Prix albert de taillac : les battus du "daniel guestier" se font la belle

Autres informations / 13.01.2013

Prix albert de taillac : les battus du "daniel guestier" se font la belle

En

attendant le 3 février et la Grande Course de Haies de Pau (L), les

préparatoires à cette compétition s’enchaînent. Après le Prix Daniel Guestier,

c’est au tour du Prix Albert de Taillac de nous en apprendre plus sur les

postulants à la course principale. Parmi les neuf partants, on retrouvera les

deuxième,  troisième, quatrième et

cinquième du "Daniel Guestier". Ils avaient tous été dominés par Misérable

(Discover d’Auteuil), absent cette fois. L’occasion est donc belle pour eux

d’afficher leurs prétentions, d’autant que les bons hurdlers d’âge vus à Pau se

tiennent de près. Deuxième le 29 décembre, Rushwell (Shaanmer) représente

l’entraînement de Guy Cherel, lequel aura trois partants au total. Rushwell est

la meilleure chance théorique. Très bon en steeple, discipline dans laquelle il

a gagné le Prix Montgomery (Gr3), il est aussi le tenant du titre de la Grande

Course de Haies paloise. Son retour à Pau a été prometteur et, en dépit de ses

soixante-dix kilos, il ne devrait pas taper loin du succès. Compagnons

d’entraînement de Rushwell, Kinglaska (Kingsalsa) et Estoril (Enrique) ont

aussi des titres. Kinglaska a remporté la Grande Course de Haies d’Enghien

(Gr3). Ensuite, il a connu une période de méforme. Cet automne, il a retrouvé

le moral dans de petites catégories. Il vient de confirmer ses bonnes

dispositions à Pau (3e le 29 décembre), mais visera avant tout une

place. Trois fois placé de Groupe sur les haies d’Auteuil, Estoril est invaincu

à Pau, mais en steeple. Comme de nombreux pensionnaires de Guy Cherel, il fait

tout, les haies comme le steeple. Et changer d’hippodrome lui fera le plus

grand bien.

UN

REGARD, LA VALEUR MONTANTE

Un Regard

(Bonnet Rouge) a commencé son meeting de la meilleure des façons, par deux

succès. L’un dans une petite course à conditions et l’autre dans un gros

handicap. La forme compte beaucoup en meeting et, avec cet élément, le fossé

entre Un Regard et les chevaux de Groupe se rétrécit. Il peut donc jouer un bon

rôle dimanche. Vainqueur à Pau, sous la responsabilité de Michel Roussel, Celtus

(Keltos) a été vendu à Simon Munir en Angleterre. Mais il ne s’est jamais

adapté à son nouvel environnement. De retour en France, il a pris la quatrième

place du Prix Daniel Guestier. Il devrait accuser des progrès cette fois. Argentique

(Saint des Saints) vient de prendre 5ans et le programme devient difficile. À

Pau, il trouvera néanmoins des lots plus faciles qu’en région parisienne. En

fin de saison, il a conclu troisième du Prix Morgex (Gr3), sur un terrain très

profond qu’il ne retrouvera pas à Pau. En haies, il a déjà gagné, à Lyon, dans

un lot de plus faible valeur. Il peut espérer accrocher une place, voire mieux

en profitant d’un poids favorable. Sirène d’Ainay (Dom Alco) est plus connue

sur les gros obstacles, mais, sur sa qualité, elle peut prendre part à

l’emballage final.