Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Spider flight, un "papier" de reve pour l’obstacle

Autres informations / 25.01.2013

Spider flight, un "papier" de reve pour l’obstacle

 

SPIDER

FLIGHT

(MONTJEU

& KARLY FLIGHT, PAR MANSONNIEN)

HARAS DE

LA COURLAIS (49) - 900 €

 

Belles

origines et parcours atypique. Voilà comment, en deux mots, peut être décrit

Spider Flight (Montjeu). Ce fils de Montjeu (Sadler's Wells) et de la

championne Karly Flight (Mansonnien) a intégré le haras de la Courlais pour la

saison de monte 2013, où il stationne au prix de 900 euros. Son éleveur et

propriétaire, Patrick Boiteau, nous a expliqué : « Il est davantage destiné à

la reproduction pour l'obstacle, notamment par ses origines, mais aussi par son

beau modèle. J'ai voulu le proposer à un petit prix, la conjoncture n'étant pas

facile. Il ne faut pas laisser de côté les petits éleveurs. » Géniteur

d’Hurricane Fly, gagnant de Gr1 à Punchestown, en haies, son père, Montjeu, a

bien produit pour l'obstacle. Quant à sa mère, Karly Flight, elle s'est

illustrée au plus haut niveau dans cette discipline, remportant les Prix Renaud

du Vivier, Ferdinand Dufaure (Grs1) et La Barka (Gr2). Il est certain que ce

"papier" attractif a motivé la décision de placer Spider Flight au

haras, même si l'étalon ne possède pas de caractère gras. Sur ce point, il a

des excuses à faire valoir et Patrick Boiteau est revenu sur le parcours de son

protégé. « Il a une histoire particulière. Il faut savoir qu'il a eu un

accident étant foal, et il a conservé un problème à la hanche. Il a été placé à

l'entraînement chez André Fabre, qui l'estimait beaucoup. Il a d'ailleurs couru

dans de bons lots, débutant à Longchamp dans le Prix de Belleville, avant de se

classer deuxième du Prix Coaraze. » Une première année pleine de promesse. «

Pour sa rentrée à 3ans, il s'est classé troisième derrière Célèbrissime et

Chinchon. Mais, en course, il tirait et se montrait compliqué. Comme un cheval

qui ne se sent pas bien, qui a mal au dos et s'appuie sur le mors, mais rien

n'apparaissait lors des examens. Puis il a fini cinquième dans une épreuve

remportée par Montmartre, mais là, il était encore moins bien physiquement. »

Ne gagnant pas sa course en plat, bien que les "lignes" restent

bonnes, Spider Flight est dirigé vers les obstacles, rejoignant les boxes

d'Arnaud Chaillé-Chaillé. Ses problèmes de santé restaient encore cachés. «

Arnaud l'estimait beaucoup aussi, retrouvant en lui sa mère Karly Flight. Et

puis il a fini par ne plus progresser. On l'a couru sur les haies, et cela a

été une catastrophe. Ses problèmes de dos et de bassin se sont bien manifestés.

On l'a arrêté, mis au box pendant deux mois. Il avait perdu cinquante kilos. On

l'a laissé au repos, soigné, puis il est reparti en plat. » Spider Flight

continue sa carrière, d'abord chez Henri-Alex Pantall, puis chez Norbert

Leenders. « Tous ses problèmes ont évidemment altéré ses performances. Il s'est

débrouillé en plat, et c'est vraiment dommage qu'il n'ait pas acquis de

caractère gras. Je pense qu'il aurait pu gagner une Listed ou un petit Gr3. »

Cela n'entache en aucun cas le mérite de Spider Flight. « C'est un cheval très

courageux. On l'a gardé entier, et même avec ses problèmes, malgré ses

souffrances, il s'est toujours battu en course. Il a du coeur. Je pense qu'il

tient cela de sa mère, qui était toujours très vaillante au combat. Là où

d'autres chevaux n'auraient plus eu l'envie, lui a toujours bataillé. » Outre

Spider Flight, Karly Flight a aussi produit la bonne Chutney Flight (Dylan

Thomas). La pouliche a eu plus de chance que son aîné, obtenant du black type

grâce à sa victoire dans le Prix Madame Jean Couturié (L). « Chutney Flight est

revenue chez Norbert Leenders mardi midi. Ses résultats satisfaisants prouvent

que Karly Flight est une très bonne poulinière. Les performances de la pouliche

parlent donc aussi à l'avantage de Spider Flight. » Et, bien que l'étalon ne

possède pas de caractère gras, il intéresse déjà les éleveurs. « Il y a déjà

entre quinze et vingt juments qui lui sont destinées. Ce qui est encourageant

puisque l'on n'a pas encore fait de publicité. Tout s'est fait grâce au

Répertoire des étalons 2013, et avec le bouche à oreille. »