126e grande course de haies de pau - prix max de ginestet (l) : sirene d’ainay s’affirme sur les "balais

Autres informations / 04.02.2013

126e grande course de haies de pau - prix max de ginestet (l) : sirene d’ainay s’affirme sur les "balais

Vainqueur

de la préparatoire à cette Grande Course de Haies de Pau (L), le Prix Albert de

Taillac, Sirène d’Ainay (Dom Alco) a effectué un doublé dans la

"belle". D’ailleurs, elle a eu une course similaire à celle du 13

janvier. Malgré une distance de 4.100m, plus longue de trois cents mètres par

rapport au "Taillac", son jockey, Jonathan Plouganou, a pris les devants.

Parfois fautive, notamment devant les tribunes et en face, elle a abordé la

dernière ligne droite avec du gaz. Mazuelo (Poliglote) a bien essayé de

l’attaquer à son intérieur, après l’avoir filé dans les derniers huit cents

mètres. Mais Sirène d’Ainay l’a repoussé avec autorité pour s’en aller au

poteau. Avec ce succès de prestige, la protégée d’Emmanuel Clayeux s’affirme

sur les haies, discipline où elle ne possédait pas encore de titres

significatifs. C’est donc chose faite ! « Comme Mazuelo, Sirène d’Ainay va de

l’avant et nous avons essayé de ne pas nous gêner, a confié un Jonathan Plouganou

récompensé de sa confiance envers sa partenaire. Cela a bien fonctionné. Ma

partenaire est bonne, elle était prête et elle l’a bien fait. » Avec l’âge,

Sirène d’Ainay devient aussi bonne en haies qu’en steeple. Fautive sur des

parcours sur les haies, elle sait néanmoins conserver son influx pour la fin de

course. Un an après sa révélation, lors du précédent meeting palois, sur le

steeple, elle semble posséder une marge de progression pour s’essayer dans les Groupes

parisiens.

ROYAL

BONNET, SUR LA BONNE VOIE

Longtemps

absent, Royal Bonnet (Bonnet Rouge) est en train de recouvrer ses moyens, et

même mieux. Dans une course très rythmée grâce à Sirène d’Ainay et Mazuelo, sa cavalière,

Nathalie Desoutter, l’a fait patienter dans la seconde moitié du peloton.

Ainsi, il a pu tracer une belle ligne droite pour venir accrocher la troisième

place. Au fil des sorties, il retrouve ses sensations et n’a peut-être pas

montré l’étendue de ses moyens.

DECEPTION

AUTOUR DE RUSHWELL ET MISERABLE

Deux des

chevaux en vue ont déçu dans cette Grande Course de Haies : Rushwell

(Shaanmer), le gagnant 2012, et Misérable (Discover d’Auteuil). Le premier a

galopé à proximité des animateurs durant le premier tour. Ensuite, il a

progressivement cédé, étant arrêté. Le pensionnaire de Guy Cherel n’était pas

dans un grand jour et le rythme imprimé n’a sans doute pas aidé. Misérable a,

lui, entraîné par deux fois la reprise du départ. D’ailleurs, lorsque les

élastiques se sont levés, il a contrarié Gratia Plena (Solid Illusion), qui

sera arrêtée. Une fois parti, à une dizaine de longueurs du peloton, il a

multiplié les fautes, étant lui aussi arrêté.

LA SOEUR

DE LOUPING D’AINAY

Élevée

par Stéphane Milaveau, comme le label "Ainay" l’indique, Sirène

d’Ainay est la soeur du bon Louping d’Ainay (Saint Preuil), un cheval acheté

"à réclamer", qui a remporté les Prix des Drags (Gr2) et du Président

de la République (Gr3). Sirène d’Ainay est la soeur de deux autres gagnants :

Malin d’Ainay (Lute Antique) et Koktail d’Ainay (Agent Bleu). Mère de Sirène

d’Ainay, Evermine (Perrault) est restée inédite. La famille de Sirène d’Ainay

appartient à une vieille souche du haras de Saint-Voir.