à la découverte du haras du mazet

Autres informations / 09.02.2013

à la découverte du haras du mazet

Reprise

en novembre 2011 par Mathieu Talleux et sa femme, une ferme bovine est devenue

depuis le haras du Mazet. Cette nouvelle structure, à deux pas de Pompadour,

accueille pour la saison de monte 2013 les étalons Vespone et Rayeni

Lorsqu’ils

ont repris une ferme bovine, Mathieu Talleux et sa femme, Marie-Aude, avaient

en tête de fonder un haras. Après un an de rénovation et d’aménagements, le

haras du Mazet est opérationnel et accueille Vespone (Llandaff), double gagnant

de Gr1 en France, et Rayeni (Indian Ridge), deuxième des 2.000 Guinées

d’Irlande (Gr1). « Après avoir racheté l’exploitation, nous avons pris un an

pour mettre les choses en place, explique Mathieu Talleux. L'existence de

bâtiments a constitué un avantage certain puisque seules des transformations

ont été nécessaires. Bien que l’étalonnage soit ma vocation première, je ne

veux pas me lancer à corps perdu dans cette activité. Je préfère avoir

seulement un ou deux étalons de qualité, plutôt que six ou sept d’un niveau

moyen. Aujourd’hui, si on veut s’en sortir, il faut proposer de la qualité et

ma politique est plutôt de faire travailler un ou deux étalons de façon

optimale. » Le haras est station d’étalon, mais ce n’est pas la seule activité

proposée au "Mazet".« Nous avons ici 26 hectares, poursuit Mathieu

Talleux. Ont été installés quatre boxes d’étalons, quatre boxes de poulinage et

onze autres boxes. Le haras dispose également d’une salle de monte, d’un boxe

gynécologique, d’une salle d’insémination pour les Arabes de course et d’un

spa. Ma femme, qui est associée avec moi dans ce projet, est vétérinaire. Nous

pouvons accueillir des chevaux au repos ainsi que des chevaux à l’année pour

l’élevage appartenant à des éleveurs hors sol ou à des propriétaires étrangers.

Pour l’instant, notre capacité d’accueil est de vingt chevaux. » Avant de

s’installer au haras du Mazet, Mathieu Talleux a travaillé au Haras national de

Pompadour, où il a été responsable de la jumenterie pendant cinq ans. Son

parcours professionnel est ensuite passé par l’Irlande, à Ballylinch Stud, puis

par "Tourgeville", où il a été pendant un an responsable de

l’élevage. « Nous avions comme projet de nous installer, conclut Mathieu

Talleux. Mais il fallait trouver le site adéquat dans cette région. Quand

l’opportunité d’acheter cette structure s’est présentée, nous avons fait le

choix de cette propriété qui, après un an de travaux, est totalement

opérationnelle désormais. »

 

VESPONE,

UN CHOIX RÉFLÉCHI

Auteur

du doublé Prix Jean Prat & Grand Prix de Paris (Grs1) – à l’époque

respectivement sur 1.800 et 2.000m– et placé de Gr1 à 4ans, Vespone (Llandaff)

a été l’un des champions de son époque, au début des années 2000. Après avoir

commencé sa carrière au haras du Petit Tellier, il sera le premier étalon du

haras du Mazet et Mathieu Talleux compte beaucoup sur lui : « Je pense que

l’arrivée de Vespone ne peut être que bénéfique pour le Limousin et même pour

la région du Sud-Ouest. C’est un cheval "vite", qui a gagné deux

Grs1, un sur 1.800m et un autre sur 2.000m et il n’y a pas d’étalon avec le

même profil dans la région. Il est capable de devenir améliorateur pour la

jumenterie locale, même pour l'AQPS. Du côté maternel, il appartient à la famille

"V" des Wildenstein, très connue en plat et qui a aussi eu beaucoup

de succès en obstacle. J’avais le choix entre plusieurs étalons pour notre

haras et j’ai finalement choisi Vespone, qui est capable de devenir un sire de

grande qualité dans la région. Pour l’instant, son meilleur produit est Pain

Perdu, troisième du "Jockey Club" et Nicolas Clément, qui a entraîné

Vespone ainsi que Pain Perdu, m’a expliqué que Vespone produit de vrais chevaux

de course, qui sont solides et durs. » L’arrivée de Rayeni (Indian Ridge) est

plus récente et s’est effectuée ces derniers jours, comme nous l’a expliqué

Mathieu Talleux : « Son propriétaire m’a proposé de le placer au haras du

Mazet. C’est un cheval qui présente un bon profil pour la région, car il a été

précoce et bon sur de courtes distances. Il est invaincu à 2ans, âge auquel il

a gagné un Gr3 en Irlande, sur 1.400m et, à 3ans, il a terminé deuxième de

Mastercraftsman dans les 2.000 Guinées avant de battre ses aînés dans une

Listed sur 1.200m. C’est un cheval intéressant pour la jumenterie du Sud-Ouest.

» Entraîné en Irlande par John Oxx, Rayeni courait sous les couleurs de son

éleveur en début de carrière, S.A. Aga Khan.