Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Mirco demuro commence a prendre ses marques

Autres informations / 17.02.2013

Mirco demuro commence a prendre ses marques

Cela fait maintenant un mois que Mirco Demuro est arrivé en France. À quelques jours de la fin du meeting de Cagnes-sur-Mer, le jockey italien nous a livré ses premières impressions sur sa nouvelle vie professionnelle.

 

JDG – QUEL PREMIER BILAN TIREZ-VOUS DE CES CINQ SEMAINES PASSE A CAGNES-SUR-MER ?

Mirco Demuro – Cagnes est un meeting particulier, avec beaucoup de jockeys qui sont bien implantés. Il n’est donc pas très facile de trouver les bonnes montes. C’est un peu comme lorsqu’en Italie nous allons monter à Pise ou Livourne. Je suis donc très content de pouvoir monter le matin pour Jean-Claude Rouget, l’une des plus grandes écuries françaises, d’être associé à certains de ses pensionnaires et de collaborer avec quelques autres entraîneurs. J’ai remporté cinq courses et j’ai eu la chance de monter Don Bosco dans la Listed. À son sujet, je pense que si j’avais connu le cheval, je ne l’aurais peut-être pas monté de la même façon. David Smaga, qui connaît parfaitement son cheval, pense qu’il avait aussi besoin d’une course. Il sera très bien pour la rentrée parisienne.

COMMENT VOUS ADAPTEZVOUS AUX COURSES FRANÇAISES ?

Vos courses sont très tactiques. Souvent, il n’y a pas de train et les entraîneurs donnent des ordres précis, qui sont rarement d’aller devant. À Cagnes, spécialement sur la P.S.F., il n’est pas facile de revenir de l’arrière-garde. J’ai donc besoin d’un peu de temps pour m’y habituer. C’était la même chose quand je suis arrivé en Grande-Bretagne, où les courses sont rythmées mais les pistes et leurs dénivelés ne sont pas évidents à monter. Je dois encore apprendre à connaître les professionnels et les chevaux. C’était, de toute façon, le but de mon meeting ici. Si j’ai fait des erreurs, je vais les corriger, et cela me servira pour la rentrée parisienne.

JUSTEMENT, COMMENT SE PROFILE POUR VOUS LA REPRISES DES COURSES EN REGION PARISIENNE ?

Le matin, je devrais collaborer avec David Smaga, Alessandro Botti, Mauricio Delcher-Sanchez, Francis Graffard, et tous ceux qui voudront m’accorder leur confiance. Je suis ravi d’être en France. J’ai été bien accueilli dans le vestiaire, d’autant mieux que je suis venu ici lorsque j’étais apprenti et que je connais donc les jockeys de ma génération.

AVEZ-VOUS DEJA QUELQUES DEPLACEMENTS PREVUS A LETRANGER ?

Il est possible que je me rende au Japon en avril, pour les "Guinées". Ce dimanche, je suis à Saint-Moritz où je vais monter Amazing Beauty dans le Grand Prix. J’ai remporté la préparatoire avec elle et je pense avoir une bonne chance.