Auteuil, troytown (gr3) : bel la vie, taille patron

Autres informations / 18.03.2013

Auteuil, troytown (gr3) : bel la vie, taille patron

Vu le

style du succès de Bel la Vie (Lavirco) dans le Prix Troytown (Gr3), le Grand

Steeple-Chase de Paris (Gr1) a trouvé son favori. Deuxième pour sa rentrée dans

le Prix Robert de Clermont-Tonnerre (Gr3), Bel la Vie découvrait ce dimanche le

parcours extérieur et son rail-ditch and fence. Cela n’a posé aucun problème à ce

parfait sauteur et dans le dernier tournant, il pointait à quelques longueurs

de Rubis sur Ongle (Robin des Champs), qui a cherché son salut dans la fuite.

Mais Bertrand Lestrade savait ce qu’il avait dans les mains. Sans qu’il ne le

brusque, Bel la Vie est revenu sur Rubis sur Ongle. Après le saut de la

dernière haie, où il a pris l’avantage, Bel la Vie a filé au poteau, faisant

preuve d’une grosse supériorité. DIRECTION LE PRIX INGRE

Pour

Guillaume Macaire, l’interrogation ne portait pas sur le parcours extérieur,

mais plutôt sur le délai entre les deux courses, comme il l’a expliqué : « Je

n’étais pas inquiet du fait qu’il découvre l’extérieur, car c’est un bon

sauteur. L’inconnue, c’étaient les deux semaines entre cette course et sa

rentrée. J’avais donc dit à Bertrand de ne s’occuper que de son cheval et de

voir à la double-barrière comment il était. J’ai couru ce "Troytown"

car j’avais trop peur d’un incident de course dans le Prix Murat. On ne peut

pas arriver sur le "Grand Steeple" sans bagage. Maintenant, il va

courir le Prix Ingré, l’objectif étant évidemment le "Grand Steeple".

Même s’il a de bonnes performances sur les haies, pour moi, il est meilleur sur

les gros obstacles, comme son pedigree le suggère. Il va dans tous les terrains,

mais je pense qu’il est encore mieux sur une piste comme celle d’aujourd’hui,

parce qu’il ne fait pas d’efforts en sautant. C’est un cheval froid, facile à

entraîner. » Derrière l’intouchable Bel la Vie, Guy Cherel a placé ses deux

pensionnaires, Rubis sur Ongle et Tir au But (Trempolino), qui découvrait le

steeple d’Auteuil. « Je suis très content de la prestation de Tir au But, nous

a confié l’entraîneur. Il découvrait le steeple d’Auteuil et mis à part la

rivière, il a tout bien sauté, même le gros d’en face, qu’il a passé comme une

lettre à la poste. Je n’avais pas d’autre choix que cette course compte tenu de

ses gains. Quant à Rubis sur Ongle, il a avalé la butte en terre. Bertrand l’a

ensuite remis aux ordres. Il se comporte très bien et il est battu par un cheval

de classe. Nous discuterons de la suite de son programme avec ses

propriétaires. » Cette fois encore, Rochmi du mont (Rochesson) n’a pas bien

sauté. Après un énorme sursis à la rivière des tribunes, il a éjecté David

Cottin au rail-ditch.

BIBELLE,

UNE ACQUISITION EN OR

Élevé

par les époux Gabeur, Bel la vie est un fils de Bibelle (Le Balafré). Lors des

premiers succès de Bel la Vie, Benoît Gabeur nous avait raconté l’histoire de

Bibelle : « Bibelle a couru "à réclamer" à Lisieux et a été achetée

par Guy Petit [pour 7.000 €, ndlr]. Le lendemain, lorsque j’ai vu dans le

journal que c’était lui qui l’avait réclamée, je l’ai appelé et lui ai proposé

de la reprendre. Guy Petit ne l’avait pas achetée pour un propriétaire en

particulier et il me l’a donc revendue. Je ne l’avais pas vue courir, mais, ce

qui m’intéressait surtout, c’était son potentiel génétique. » Bibelle est née

de miss Tracy (Misti), qui a notamment remporté le Prix Maurice Gillois (Gr1).

Après sa victoire "à réclamer" et six courses disputées, Bibelle est

donc directement partie au haras. Elle a donné cinq produits dont quatre en âge

de courir et trois qui ont gagné. Elle est morte en 2010, après avoir donné

naissance à un poulain de Network. Elle a également produit Belgarde

(Kapgarde), qui s’est malheureusement tuée à Enghien, alors qu’elle avait déjà

gagné dix courses.