Cheltenham (gb), cheltenham gold cup (gr1) : bobs worth, le nouveau roi de cheltenham

Autres informations / 16.03.2013

Cheltenham (gb), cheltenham gold cup (gr1) : bobs worth, le nouveau roi de cheltenham

Si l’on

se place d’un point de vue franco-français, on peut être un peu déçu du

résultat du Cheltenham Gold Cup (Gr1). L’élève de Patrick Joubert, Silviniaco

Conti (Dom Alco), allait très facilement lorsqu’il est tombé au fence du

tournant final, s’écrasant après la réception. Long Run (Cadoudal) a émaillé

son parcours de petites fautes et, à l’entrée de la ligne droite, il a pris une

"balle" lorsque le futur lauréat, Bobs Worth (Bob Back), l’a passé.

Dès lors, il a su se montrer courageux pour conserver la troisième place. Sir

des Champs (Robin des Champs) a lui aussi fait une excellente valeur, finissant

deuxième. Mais si bons soient-ils, les "FR" ne pouvaient rien contre

Bobs Worth. Ce dernier a tracé un parcours idéal. Il n’a pas fait de fautes,

laissant Long Run et the Giant Bolster (Black Sam Bellamy) accélérer dans la

cuvette, pour revenir les dominer sûrement. Son passage à l’entrée de la ligne

droite a d’ailleurs été l’une des images marquantes de la course. Il ne faut

pas s’y tromper, Bobs Worth n’avait pas été propulsé favori du Gold Cup sans

raison. Ce cheval était programmé pour réussir dans cette course, d’autant

qu’il est amoureux de Cheltenham et de son Festival. En effet, il y est

invaincu en cinq sorties et, en 2011, il avait gagné le Albert Barlett Novices’

Hurdle (Gr1) puis le RSA Chase (Gr1) l’an passé. Quoi de plus normal, dès lors,

qu’il devienne le roi de Cheltenham ? « Mes pensées sont floues avec l’émotion,

a avoué Nicky Henderson, entraîneur de Bobs Worth et de Long Run. Les deux chevaux

ont très bien couru et tout le monde a fait du super boulot. Le travail de

l’équipe était important, car tous deux n’avaient pas couru depuis longtemps.

Bobs Worth avait eu un contretemps et n’avait pas pu courir la préparatoire. »

Nicky Henderson a sellé, avec Bobs Worth, son cinquantième vainqueur au

Festival de Cheltenham. Une victoire marquante pour un tel événement.

JOCKEY

DE BOBS WORTH, BARRY GERAGHTY L’AVAIT ACHETÉ YEARLING

Nouvelle

preuve que Bobs Worth est un champion : il a su se sortir du terrain. Son

jockey, Barry Geraghty, a raconté : « Il a eu une excellente attitude et a bien

sauté, même si, à six obstacles de la fin, j’ai pensé qu’il était battu.

Néanmoins, il avait du mal sur ce terrain. Je pensais qu’il avait toutes ses

chances de gagner. C’est un jeune lion et il aime ce qu’il fait. Déjà à

Kempton, lors de son galop, il avait montré beaucoup de vitesse. J’ai une

pensée pour John-Thomas McNamara. » Avec ce succès dans la plus belle course

d’obstacle anglaise, Barry Geraghty obtient son 28e succès du Festival et égale

Tony McCoy. Anecdote amusante, c’est lui et son frère qui ont acheté Bobs Worth

yearling pour 16.500 €, avant de le vendre pour 20.000 £ à Nicky Henderson.

SIR DES

CHAMPS REVIENDRA

Sir des

Champs a fait sa course et il n’a pas d’excuses. Néanmoins, il a prouvé, en

prenant la deuxième place, qu’il est de ce bois-là. Il a toujours été pointé

dans le groupe de tête et a constamment attaqué. D’ailleurs, sur le plat, il a

été le seul à refaire du terrain sur Bobs Worth, se relançant bien pour

conclure. « Il a fait une course exceptionnelle, d’autant plus sur ce terrain,

a déclaré son mentor Willie Mullins, lequel attend toujours son premier Gold

Cup. Tony [Tony McCoy son jockey, ndlr] a été toujours dessus. J’aurais aimé

qu’il ne pleuve pas. J’aimerais revenir courir le Festival sur un meilleur

terrain. Nous reviendrons définitivement à Cheltenham en 2014. »

UN

PROBLÈME DE CONCENTRATION POUR LONG RUN

Jockey

de Long Run, Sam Waley-Cohen a raconté au sujet de sa course : « Il a fait sa

course, mais je suis déçu car il ne semblait pas concentré [Long Run portait

les œillères australiennes pour la première fois, ndlr]. Je pense qu’il

regardait la voiture suiveuse, car j’étais constamment obligé de lui dire :

“Allez, fais attention, il y a un fence.” » Robert Waley-Cohen, père de Sam et

propriétaire de Long Run, a déclaré, pour sa part : « C’est très dur de gagner

là. Je pense que le cheval a très bien couru. » Derrière Long Run, c’est The

Giant Bolster qui a fait une superbe valeur, se faufilant à la corde, dans les

huit cents derniers mètres, pour finir quatrième. Il a même fait illusion pour

la troisième place.