Christian bellot, president d’anglo course, nous a demande de publier la lettre ouverte qu’il a adressee a bertrand belinguier.

Autres informations / 06.03.2013

Christian bellot, president d’anglo course, nous a demande de publier la lettre ouverte qu’il a adressee a bertrand belinguier.

 « Monsieur Le Président,

Au

moment où les "Anglos" sont pointés du doigt, il m’apparaît

nécessaire de vous apporter un autre éclairage. En effet, contrairement aux

idées reçues, les "Anglos" sont un moteur pour l’Institution. Pour

preuve, une moyenne de partants lors du meeting de Pau avoisinant les douze,

une dernière course de plat premium (Mont-de-Marsan 25/02/13 – 10 partants) qui

génère près de 700.000 € d’enjeux (deuxième meilleure recette de la réunion). À

cela, s’ajoutent des actions exemplaires de notre syndicat en faveur des

propriétaires en payant la sixième et la septième place dans 28 épreuves

premium (plat et obstacle) et en distribuant des encouragements aux

propriétaires dont les produits s’illustrent en course à obstacle (premium),

sans oublier des aides pour la mise à l’entraînement des poulains élites. Les

"Anglos" sont également pourvoyeurs de nouveaux propriétaires qui

commencent souvent avec un Anglo-Arabe et qui par la suite font l’acquisition

d’autres chevaux. Je pense notamment à mes amis Paul Couderc et Jean-Marie

Lapoujade qui restent des passionnés de l’"Anglo" mais qui ont eu le

très grand bonheur de remporter notamment le Prix La Haye Jousselin avec Net

Lovely en 2012, et le Prix Robert de Clermont-Tonnerre, en 2013 avec Farlow des

Mottes. Il faut savoir aussi que les "Anglos" ne courent pas

seulement entre eux, les meilleurs n’hésitant pas à affronter AQPS et pur-sang

comme ce dimanche 3 mars 2013, Monpilou, deuxième à Auteuil du Prix Jean

Doumen, Feu Croisé, 1er du Grand Cross de Mont-de-Marsan. Tout ceci démontre à

l’évidence que nous avons notre place même s’il est vrai que pour des raisons

essentiellement économiques (augmentation de la T.V.A., augmentation des

pensions, augmentation des frais de transport…) la durée de préentraînement se

prolonge au détriment d’un départ chez l’entraîneur. Il serait donc souhaitable

que les premières courses de 3ans soient retardées et peut-être faudrait-il

basculer vers l’obstacle quelques épreuves de plat. J’espère, Monsieur Le

Président, que ces quelques lignes vous auront convaincu de notre attachement

et de notre soutien à France Galop.

Je reste

votre bien dévoué. »