Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Les americains ont soif de victoires

Autres informations / 30.03.2013

Les americains ont soif de victoires

Course la mieux dotée au monde, le Dubai World Cup (Gr1) a souvent souri aux chevaux américains au cours de ces dernières années. Mais, depuis 2010 et le succès du français Gloria de Campeao (Impression), ils se sont inclinés face aux concurrents entraînés dans d’autres pays. Radicalement battue l’an dernier, Royal Delta (Empire Maker) fait de nouveau le voyage à Meydan. Son succès dans le Breeders’ Cup Ladies’ Classic (Gr1) la désigne comme la meilleure jument de dirt aux États-Unis. Si Bill Mott insiste malgré son échec de 2012, il faut y voir un signe. Animal Kingdom (Leroidesanimaux) avait réalisé une performance peu commune dans le Breeders’ Cup Mile (Gr1) l’an dernier. Il y effectuait sa rentrée après huit mois d’absence et se présentait sur une distance où il n’avait jamais vraiment brillé. Cet ancien lauréat de Kentucky Derby (Gr1) a confirmé début février à Gulfstream Park, en se classant deuxième de Point of Entry (Dynaformer). Il va trouver une distance et une surface qui devraient parfaitement lui convenir. Dullahan (Even the Score) est le troisième américain au départ, et celui qui semble détenir la moins bonne chance. Néanmoins, il a l’avantage d’avoir déjà couru au cours du meeting. Il a aussi déjà battu Game on Dude (Awesome Again) sur une polytrack. Il faudra toutefois qu’il affiche de nets progrès sur sa dernière sortie.

MEANDRE, LA GRANDE INTERROGATION

Depuis la France, on suivra surtout la performance de Méandre (Slickly), seul français au départ, et celle de Planteur (Danehill Dancer), récent achat de cheikh Joaan Al Thani. Si l’on se borne à sa course de rentrée et à l’étude mathématique de son résultat, on peut dire que les chances de Méandre sont nulles. Il n’avait en effet devancé que d’une longueur Sea Fight (Smart Strike), pris en 29 de valeur. Mais c’était sur le mile, une distance qui n’est pas la sienne, et sur la P.S.F., qu’il découvrait. Il va trouver cette fois une distance plus adaptée à ses aptitudes, mais la surface sera comparable à celle de Chantilly. Mais si, malgré cette rentrée, André Fabre a décidé de l’aligner dans cette épreuve, c’est qu’il a dû nettement progresser. Méandre se montre d’ailleurs rarement au meilleur de sa forme pour ses courses de rentrée. Planteur a quant à lui effectué sa rentrée sur la P.S.F. de Lingfield. Il s’est imposé, et il tentera de faire mieux que l’an dernier, quand il avait terminé troisième de cette course. La casaque Godolphin, victorieuse l’an dernier grâce à Monterosso (Dubawi) et à Mickaël Barzalona, qui seront de nouveau associés cette année, a un atout de tout premier plan avec Hunter’s Light (Dubawi), auteur d’un meeting parfait. Facile lauréat du Al Maktoum Challenge Rd 3 (Gr1), il se présentera comme le cheval à battre sur un hippodrome où il est toujours invaincu.