Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Les chevaux, au-dela des frontieres

Autres informations / 30.03.2013

Les chevaux, au-dela des frontieres

Anne-Louis

Echevin, reporter à Jour de Galop depuis 2013

2013

vient tout juste de commencer, mais elle aura été, pour moi, riche en

nouveautés. La principale est mon intégration dans l’équipe de Jour de Galop.

Donc, si vous ne me connaissez pas (encore !), c’est normal ! Mais nous avons

tous un point commun: nous aimons les courses et nous aimons les chevaux.

Venant de l’équestre, je n’ai découvert les courses que plus tardivement. Mais

l’amour des chevaux a toujours été là. Tournée vers le sport équestre, le monde

des courses restait pour moi un milieu assez obscur. Il faut dire que,

malheureusement, les courses n’ont pas bonne presse chez bon nombre de

cavaliers ! J’ai découvert ce milieu par hasard et je m’y suis intéressée, puis

me suis passionnée. Quand on aime les chevaux, comment ne pas apprécier la

beauté d’un pur-sang ou d’un trotteur en pleine action ? Les années d’élevage

permettent, chaque année, de voir apparaître de nouveaux athlètes, toujours

plus magnifiques, plus rapides. C’est aussi le cas chez les chevaux de selle.

Il serait bien que cette frontière-là, entre deux univers différents mais

pourtant proches, s’efface encore davantage. Mais ce n’est peut-être qu’utopie,

pour le moment. Les courses sont magnifiques. C’est un spectacle physique,

élégant et plein d’émotion. Le frisson est là et parcourt le monde entier.

Depuis 2007, Jour de Galop a vu défiler bon nombre de champions dans ses pages.

Il sera impossible de tous les citer. La formidable Zarkava, et tout

particulièrement cette ligne droite irréelle qu’elle a réalisée dans le Prix

Vermeille. Le fabuleux Sea the Stars, juste magnifique. L’incroyable Goldikova,

toujours à l’assaut de nouveaux défis, tout autour de la planète, faisant

vibrer des foules de supporters. Le valeureux Cirrus des Aigles, globe-trotter,

petit poucet devenu grand, très grand. Le magnifique Mid Dancer, toujours

présent, avalant les obstacles. La petite

et

courageuse Princesse d’Anjou...Au-delà des frontières... Que dire de Kauto

star, vénéré par les Anglais ? De l’imposant Denman ? D’Overdose, qui a redonné

le sourire à tout un pays ? De Black Caviar, la nouvelle reine du peuple

australien, qui l’aura fait trembler à Ascot pendant un si long moment ? Sa

défaite aurait certainement plongé les Australiens dans la même tristesse qui a

touché le peuple américain après la seule défaite de Zenyatta. Tout ça pour un

nez. Cyrano pourrait commenter... Les courses, ce sont des moments de joie et

de tristesse. La tristesse des Japonais lorsque Orfèvre semblait avoir gagné le

Graal, avant de flotter et de voir la victoire tant espérée s’échapper. Après

El Condor Pasa et Nakayama Festa, voilà bien un nouveau coup dur pour cette

nation qui ne perd pas espoir: le rêve, ils le réaliseront !  Les chevaux ont, depuis toujours, eu ce

pouvoir de fascination.  Ils peuvent

capturer l’imagination. Comment ne pas citer celui qui a ébloui la planète

hippique, ces dernières années ? Frankel, l’intouchable. Ses sorties sont

devenues des événements à ne pas manquer. Ses courses sont devenues de

véritables démonstrations de ce que peut être la perfection. La vitesse, la

puissance, l’allure. Un champion, une icône. Il a été sujet à des critiques,

cependant. N’a jamais couru la distance classique, n’a jamais quitté

l’Angleterre... Soit ! Mais que restera-t-il de lui dans quelques années ? Les

souvenirs de ces démonstrations folles...Les années passent, les chevaux

restent. Tout le monde garde un cheval de coeur. En plat, ces chevaux

s’appellent Zarkava, Goldikova, Black Caviar, Frankel, Cirrus des Aigles, Sea

the Stars, mais aussi Dancing brave, Shergar, Secrétariat, Allez France,

Seabiscuit, Urban Sea, Alleged, Corrida... et tant d’autres. En obstacle, ils

se nomment Mid Dancer, Sprinter Sacré, Kauto Star, Denman, mais aussi Katko,

Ucello II, Ubu III, Al Capone II, Kotkijet... Il y a les grands chevaux, entrés

dans la légende, mais aussi les plus petits, qui font vivre, espérer et rêver

leur entourage chaque jour. Il y a ceux dont Jour de Galop a parlé, ceux dont

nous parlons et ceux dont on parlera demain. En France et à l’étranger. Et

toujours avec la même passion.