Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Ludovic gaubusseau et fabrice smeulders, ces frenchies qui exercent outre-manche

Autres informations / 19.03.2013

Ludovic gaubusseau et fabrice smeulders, ces frenchies qui exercent outre-manche

Au cours

du festival de Cheltenham 2013, nous avons rencontré deux garçons de voyage

français qui évoluent en Angleterre: Ludovic Gaubusseau, employé chez Donald

McCain, l’entraîneur d’Overturn (Barathea,) et Fabrice Smeulders, lequel exerce

chez Ian Williams, l’entraîneur de Batman Senora (Chamberlin), vainqueur du Prix

La Haye Jousselin (Gr1) 2003.

 

DE

SOLIDES C.V.

Frère du

jockey Franck Smeulders, Fabrice nous a raconté son histoire : « Je viens de

l’Ouest de la France. J’ai travaillé à Chantilly, pour Richard Gibson et

Henri-Alex Pantall notamment. À l’époque, je cherchais une place de cavalier

d’entraînement en Australie. Mais le problème, c’est que je ne parlais pas

anglais… Du coup, je suis parti en Angleterre, chez Ian Williams, pour

effectuer un stage. Cela fait maintenant quatorze ans que je réside en Angleterre

et je suis garçon de voyage depuis plus de douze ans. » De son côté, Ludovic

Gaubusseau nous a appris : « J’ai été apprenti chez Marc de Montfort. Puis j’ai

effectué un stage chez Martin Pipe, durant six mois. Cela m’a énormément plu.

Je suis ensuite revenu en France, où j’ai travaillé pour Guy Cherel, Guillaume

Macaire, Arnaud Chaillé-Chaillé. Je suis également monté en course. Cependant,

j’ai préféré revenir en Angleterre. J’y ai travaillé pour Ian Williams puis

pour Donald McCain. Cela fait quatre ans que je suis chez lui. »

DES

ENTRAINEMENTS EN COTE ET EN FRACTIONNE

Fabrice

Smeulders travaille chez Ian Williams, dans une écurie qui alterne le plat et

l’obstacle, à l’inverse de Ludovic Gaubusseau. Ils nous ont expliqué au sujet

de l’entraînement: « C’est différent par rapport à la France. On travaille en

fractionné, un peu comme chez les trotteurs, sur des pistes en ligne droite et

montantes. C’est le cas, par exemple, chez Paul Nicholls, où la piste monte

sérieusement. Il n’y a que des côtes, même si les pistes rondes commencent à

apparaître. »

LES

MEILLEURS SOUVENIRS DE COURSE

Ludovic

Gaubusseau, comme Fabrice Smeulders, a emmagasiné de nombreux bons souvenirs de

courses. Le premier nous a dit, le sourire aux lèvres : « Mon meilleur souvenir

en Angleterre reste bien sûr notre victoire avec Ballabriggs (Presenting) dans

le Grand National de Liverpool (Gr3), la course mythique. » Le second nous a

confié, tout simplement: « Mon meilleur souvenir ? C’est tout simplement

d’emmener des chevaux lors de grands meetings comme celui de Cheltenham. Ce

sont des moments uniques… » Quant à la question de savoir s’ils se voient

revenir en France, ils nous ont répondu de concert : « Ce n’est pas prévu. »

Fabrice Smeulders a même ajouté : « En Angleterre, il n’y a pas de clivage

Paris-province. Un jour, nous pouvons aller à Taunton, le lendemain à York ou

Ascot. Tout est un ensemble. De plus, nous sommes mieux considérés. »