Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Morceaux choisis avec yves saint-martin, l’ambassadeur de la soiree des cravaches d’or

Autres informations / 20.03.2013

Morceaux choisis avec yves saint-martin, l’ambassadeur de la soiree des cravaches d’or

 

Lundi

après-midi, à la Maison Champs Élysées à Paris, France Galop a organisé une

rencontre entre quelques membres de la presse et Yves Saint-Martin, qui sera

l’ambassadeur de la 64e soirée des Cravaches d’or. Qui mieux que l'ancien

jockey, qui a reçu quinze fois cette suprême récompense, pourra rehausser de sa

présence cette grande cérémonie ? Jour de Galop était naturellement présent

lors de cet important rendez-vous au cours duquel Yves Saint-Martin nous a

donné son point de vue sur plusieurs sujets d’actualité.

SOUVENIRS

DE CRAVACHES D’OR

«

J’aurais pu avoir dix-huit Cravaches d’or. Malheureusement, une année, je me

suis cassé le poignet en Afrique du Sud, une autre fois, je suis parti au Japon

et j’ai loupé la fin de saison et enfin une autre, j’étais tête de liste en

comptant les victoires à l’étranger. Mais cette année-là, on ne les a plus

comptabilisées. Il y en a une aussi que je n’aurais pas dû avoir car

l’Australien Neville Selwood était en tête lorsqu’il s’est tué en course à

Maisons-Laffitte. Il avait une vingtaine de victoires d’avance et je ne l’aurais

jamais rejoint. De ce fait, j’avais offert la Cravache d’or reçue à la femme de

Neville Selwood. »

LE

NIVEAU DES JOCKEYS FRANÇAIS

« La

moyenne des jockeys français est très élevée. À l’étranger, ils ont une grande

faculté d’adaptation, à l’image des Olivier Peslier, Christophe Soumillon et

bien d’autres. Tous sont passés par l’Afasec qui est une grande réussite.

Lorsque l’école des jockeys a été créée, beaucoup ont pensé que l’on allait

faire des jockeys de salon, mais cela n’a pas été le cas ! À mon époque,

existait une équipe européenne qui effectuait une sorte de tournée à travers le

monde, durant l’hiver. Il y avait Lester Pigott, Pat Eddery, Willie Carson et

moi-même. D’ailleurs, je me souviens que nous nous étions retrouvés à la lutte

et nous avions fini ensemble. Les écarts devaient être nez, courte tête, tête

et encolure. C’était à Singapour. Déjà, à l’époque, nous nous exportions. »

LES

AGENTS DE JOCKEYS

« C’est

sûrement utile, mais je regrette ce contact direct que nous avions avec les

entraîneurs, pour leur parler de l’évolution d’un cheval ou de son

entraînement. Et ce n’était pas dans ma nature de demander à un entraîneur de

monter un cheval. Je ne l’ai fait qu’une fois. Lors d’un dîner avec monsieur

Wildenstein, je lui ai dit : "Si monsieur Mathet est intelligent, il va me

demander de monter le Grand Prix de Paris pour monsieur Fustok." À

l’époque, nous étions fâchés avec François Mathet et je ne sais pas ce que

monsieur Wildenstein a dit à monsieur Fustok, mais j’ai pu monter le cheval et

gagner le Grand Prix de Paris. »

CHRISTOPHE

PIEUX,L’AUTRE HOMME AUX QUINZE CRAVACHES D’OR

« Il a

plus de mérite que moi, c’est le Tarzan des courses, un vrai casse-cou. De mon

côté, je n’ai jamais pu monter en obstacle, car mes contrats me l’interdisaient,

alors que je pouvais faire du ski… »

DEBAT

SUR LA CRAVACHE

« Je ne

suis pas pour la cravache. Si au bout de deux ou trois claques, le cheval

n’avance plus, ce n’est pas la peine de continuer à taper. Les chevaux sont

déjà dressés à courir, il y a une émulation entre eux pendant la course. »

L’INFLATION

DES COURSES

« D’un

point de vue de spectateur, je trouve cela amusant, mais en tant que

professionnel, ça ne doit pas vraiment l’être… »

ON A

FAILLI VOIR YVES SAINT-MARTIN ENTRAINER

« Après

avoir arrêté de monter, j’ai pris deux années sabbatiques. Suite à cela, et

après la période François Boutin, j’avais proposé à Maria Niarchos de prendre

en charge les chevaux de la famille et de devenir leur entraîneur particulier.

Mais finalement, cela ne s’est pas fait. Au-delà de cela, je n’étais pas

intéressé par la possibilité de devenir entraîneur public. »


 

LANCEMENT

DE TROIS NOUVELLES RECOMPENSES

La 64e

cérémonie de remise des Cravaches d’or se tiendra le 3 avril, au Théâtre des

Champs Élysées. Trois nouvelles récompenses ont été instaurées : la Cravache du

coeur, pour laquelle le public peut voter et choisir entre Mickaël Barzalona,

Christophe Pieux, Mid Dancer et Saônois, la Cravache internationale, qui sera

remise à une personne influente en France, et la Cravache d’honneur. Ces

nouvelles récompenses ont pour but de redynamiser la cérémonie. Pour plus

d’informations ou pour voter pour la Cravache du coeur, rendez-vous sur

http://cravachedor.com/