à nous les petites anglaises

Autres informations / 24.04.2013

à nous les petites anglaises

Au fil

des préparatoires aux premiers classiques, une évidence se met peu à peu en

place : les Britanniques possèdent les meilleurs mâles sur 1.600m, mais nous

sommes mieux armés sur ce créneau de distance avec les femelles. Les mâles

anglais sur 1.600m sont, pour l’instant, intouchables, alors que les anglaises

sont, elles, largement "prenables". Toronado (High Chaparral) a été

impressionnant dans les Craven Stakes (Gr1) et il se pose aujourd’hui comme le

challenger numéro 1 à l’invaincu Dawn Approach (New Approach). Ce dernier est

considéré comme le meilleur 3ans en Europe, mais on ne peut pas dire qu’il ait

été si impressionnant que cela en fin de saison, dans les Dewhurst Stakes

(Gr1). Finalement, la confirmation du talent de Toronado a eu raison des

français Style Vendôme (Anabaa) et Penny’s Picnic (Kheleyf) qui restent en

France pour courir la Poule d’Essai plutôt que d’aller à Newmarket. En

revanche, du côté des pouliches, What a Name (Mr Greeley) peut continuer

d’envisager les 1.000 Guinées (Gr1) avec sérénité et optimisme. Maureen (Holy

Roman Emperor) a bien gagné les Fred Darling Stakes (Gr3) à Newbury, mais il y

a une vraie différence de classe entre elle et la pensionnaire de Mikel

Delzangles, qui a battu les mâles à 2ans. Quant à la gagnante des Nell Gwyn

Stakes (Gr3), Hot Snap (Pivotal), elle a fait grosse impression, mais son

entraîneur, Sir Henry Cecil, qui sait ce qu’il dit, pense qu’elle peut manquer

d’expérience pour une course comme les "Guinées". Elle n’a couru que

deux fois et son entraîneur pense qu’elle sera plutôt compétitive pour les

Coronation Stakes (Gr1) à Royal Ascot, en juin.