Affaire godolphin - al zarooni : le cheikh mohammed exprime sa colere

Autres informations / 25.04.2013

Affaire godolphin - al zarooni : le cheikh mohammed exprime sa colere

Mercredi,

en fin d’après-midi, suite aux chevaux testés positifs à des stéroïdes

anabolisants dans l’écurie de Mahmood Al Zarooni, le Cheikh Mohammed Al Maktoum

s’est exprimé au travers d’un communiqué de presse, dont voici la traduction:

« J’ai

été horrifié et furieux d’apprendre que l’une des nos écuries à Newmarket avait

violé les standards d’éthique de Godolphin et les règles des courses anglaises.

Je me suis impliqué dans les courses anglaises depuis trente ans et j’ai un

profond respect pour leurs traditions et règles. J’ai construit mon pays selon

les mêmes principes. Il ne peut y avoir aucune excuse pour une violation

délibérée comme celle-ci. Godolphin coopère entièrement avec la British

Horseracing Authority pour revenir aux fondements de cette affaire et prendre

toutes les sanctions disciplinaires adéquates. J’ai demandé aux managers de

Godolphin de mettre en place un état des lieux immédiat de nos procédures

internes et contrôles pour prévenir toute occurrence de ce genre d’activités

dans n’importe laquelle de mes écuries. Nous avons décidé de confiner les

écuries de Moulton Paddocks sur le champ et j’ai demandé un examen sanguin sur

chacun de mes chevaux. Je peux assurer le public qu’aucun de mes chevaux de cet

établissement ne courra tant que je n’aurais pas été assuré par mon équipe que

l’écurie dans sa globalité est propre. J’ai travaillé dur pour que Godolphin

mérite sa réputation d’intégrité et de sportivité, et j’ai redit à chaque

employé de Godolphin que je ne tolèrerai pas ce type de comportement. »

MAHMOOD

AL ZAROONI ENTENDU JEUDI APRÈSMIDI PAR LA B.H.A.

La

B.H.A. (British Horseracing Authority) a révélé mercredi que Mahmood Al Zarooni

serait entendu par une commission disciplinaire ce jeudi, à 14 h 30 (heure

anglaise), dans ses bureaux de Londres. Nous avons aussi appris que

l’entraîneur avait admis avoir administré des substances prohibées à quatre

autres chevaux, en plus des onze qui ont été contrôlés positifs. Il s’agit de

Comitas, Sashiko et Vacationer (traités à l’ethylestranol) et Tearless (traitée

au stanozolol). Ces chevaux n’ont pas été prélevés par la B.H.A. Ils ne seront

donc pas ajoutés à la liste pour laquelle Mahmood Al Zarooni répondra avoir

enfreint les règles 50 et 55 du code anglais, concernant l’usage de substances

prohibées. En revanche, ils seront pris en compte dans l’accusation de conduite

préjudiciable aux courses. Le troisième chef d’accusation auquel Mahmood Al

Zarooni devra répondre est celui concernant la détention de substances

prohibées. La sanction encourue peut aller jusqu’à dix années de suspension,

car Mahmood Al Zarooni est récidiviste. Deux de ses pensionnaires avaient été

contrôlés positifs à un antidouleur l’an dernier. Il peut aussi recevoir une

sanction supplémentaire pour avoir nui à l’image des courses. Rappelons que

Mahmood Al Zarooni est installé depuis mars 2010 à côté de Newmarket (Moulton

Paddocks), où il veille sur environ cent cinquante chevaux appartenant au

Cheikh Mohammed Al Maktoum. Seulement deux cas de contrôles positifs à des

stéroïdes anabolisants ont été enregistrés ces dernières années en

Grande-Bretagne. Cela concernait Howard Johnson, en 2008 et 2009, et Kevin

Tork, dont un cheval avait couru sous stanozolol, mais le traitement avait eu

lieu alors qu’il n’était pas sous son entraînement.