Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Mahmood al zarooni suspendu pour huit ans

Autres informations / 26.04.2013

Mahmood al zarooni suspendu pour huit ans

Mahmood

Al Zarooni était entendu ce jeudi par la commission disciplinaire de la British

Horseracing Authority (B.H.A.) pour violation des règles 50 et 55 du code des

courses anglais (usage de substances prohibées). La Commission a livré son

verdict, aux alentours de 20 heures (heure française). L'entraîneur est

suspendu pour une durée de huit ans. La commission disciplinaire a notamment

estimé que « les substances en question [ethylestranol et stanozol, ndlr] ont

été administrées sous les instructions de Mahmood Al Zarooni. » Le B.H.A. a

publié un communiqué pour expliquer cette sanction. Extrait : « Nous pensons que

les huit ans de suspension donnés par la commission disciplinaire à Mahmood Al

Zarooni, associés aux six mois d'interdiction de courir que le B.H.A a ordonné

aux chevaux concernés, vont permettre de rassurer le public ainsi que les

personnes vivant de ce sport, en montrant que l'utilisation de substances

prohibées par le code anglais ne sera pas tolérée et que notre sport dispose

d'un système de contrôle contre le dopage et la médication efficace et solide.

» Le B.H.A. conclut son communiqué en insistant sur la nécessité de mener une

réflexion internationale sur ce sujet : « Cette affaire a permis de mettre en

valeur un élément qui nous est déjà connu : il y a des inconstances entres les

différentes juridictions du monde hippique sur les substances autorisées à

l'entraînement. Autant les autorités hippiques se sont en générale mises

d'accord sur une tolérance zéro sur la détection de stéroïdes anabolisants lors

des contrôles d'après-course, autant cette approche reste moins claire

concernant les chevaux à l'entraînement. En cette époque de voyages et de

compétitions aux dimensions internationales, nous allons proposer à nos

collègues internationaux de discuter de ce sujet. » Nous reviendrons plus en

détails sur cette affaire dans notre prochaine édition.