Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Paul basquin : « nous travaillons pour l’avenir ; pas pour gagner le "breeze" la veille de la vente »

Autres informations / 19.04.2013

Paul basquin : « nous travaillons pour l’avenir ; pas pour gagner le "breeze" la veille de la vente »

Le haras

du Saubouas est le leader des consigners lors des ventes breeze up françaises

depuis plusieurs années. Et ses résultats sur la piste plaident en faveur de sa

méthode : un pré-entraînement totalement axé sur le foncier et sur les

spécificités de chaque poulain.

JOUR DE

GALOP. – QUELLE EST VOTRE APPROCHE DES VENTES BREEZE UP ?

Paul

Basquin. – La politique du haras du Saubouas aux ventes breeze up est de

permettre aux entraîneurs et aux propriétaires d’acheter des poulains ayant

bénéficié d’un débourrage et d’un préentraînement classiques et de qualité,

dans le calme et en progression. Le Saubouas présente des poulains qui peuvent,

dès le lendemain de la vente, intégrer l’entraînement sans être tendus ni

stressés au travail. Et tous nos poulains ont une importante marge de

progression, car ils ne sont pas surtravaillés. Dans le même esprit, nous ne

voulons surtout pas standardiser nos canters: chaque poulain n’a pas la même

précocité et donc la même faculté à encaisser le travail.

TECHNIQUEMENT,

COMMENT SE PASSE LA PREPARATION DE VOS 2ANS MONTES ?

Elle se

fait uniquement dans notre centre de préentraînement privé, équipé de plusieurs

pistes en sable. Nous ne voulons pas aller travailler nos poulains à

l’extérieur avant la vente, car cela les rend trop vite "matures".

Chacun sa méthode, mais je suis contre le fait d’emmener un cheval travailler

sur un hippodrome pour le gazonner. Cela permet peut-être de réaliser le "breeze

parfait" le jour de la vente, mais ça peut surtout être négatif avec les

poulains les plus immatures. Je préfère avoir des poulains "verts" le

jour de la vente, pour laisser aux entraîneurs une véritable marge de

progression postérieurement. Dans le même esprit, nous ne travaillons jamais

nos poulains vite et nous privilégions toujours le travail foncier. Nous

respectons l’intégrité physique de nos 2ans et, comme je vous l’ai dit, nous

adaptons le travail à chacun d’entre eux. Je le répète car c’est important :

aucun ne travaille de la même manière.

PRECISEMENT,

AUX BREEZE UP, LA METHODE DE PREPARATION EST ASSEZ DIFFERENTE D’UN PAYS A

L’AUTRE… QUE PENSEZ-VOUS DES EXEMPLES ANGLAIS OU IRLANDAIS ?

Je pense

qu’elle n’est pas adaptée à nos courses ! Les courses et les pistes

d’entraînement françaises sont extrêmement différentes des courses et pistes

d’entraînement outre-Manche. Les courses françaises sont plus tactiques et

moins rythmées et nécessitent, encore plus qu’ailleurs, des chevaux très bien

mis et surtout très bien dans leur tête. Quand vous copiez les méthodes de nos

voisins d’outre-Manche, vous obtenez des poulains très démonstratifs dans leur

"breeze" le jour de la vente, c'est-à-dire très tendus au galop de

chasse et capables, en l’espace de quelques dizaines de mètres, d’être à une

vitesse maximale. Mais ce type de présentation me semble trop dure à encaisser

pour une grande majorité de 2ans et inadaptée. À l’inverse, notre politique de

travail est totalement calquée sur la demande des entraîneurs français. Et je

crois d’ailleurs que c’est pour cette raison que nos statistiques en France sont

aussi bonnes.

QUEL

CONSEIL DONNERIEZ-VOUS A UN ACHETEUR NOVICE AUX BREEZE UP ?

La base,

et tout le monde le sait, c’est que l’on peut acheter un bon poulain dans

n’importe quelle vente et à n’importe quel tarif. Ce qui est primordial, c’est

que ce poulain ait été bien élevé et, en ce qui concerne particulièrement les

ventes breeze up, qu’il n’ait pas été abîmé par le travail. À ce sujet, ce

serait une erreur – et tout particulièrement pour la breeze up de Saint-Cloud –

de juger un poulain "au chronomètre". On demande à un poulain de

prendre son départ en ligne droite, de travailler seul sur une longue ligne

droite en gazon qui monte un peu et face au public ! Travailler au chronomètre

est l’inverse de ma philosophie et je crois que c’est contreproductif dans

notre contexte. Sauf si vous me dites que, désormais, on travaille avec une

médication différente, sur des pistes avec tournant en dirt, avec les oeillères

et des jockeys surexcités à cheval…Mais cela, ce n’est heureusement pas notre

culture. Les meilleurs poulains aux courses issus de cette vente ne sont pas

systématiquement ceux qui ont "breezé" le mieux, bien au contraire.

On s’en rend compte facilement en analysant les résultats.

LA

REUSSITE EN COURSE DES CHEVAUX ISSUS DES BREEZE UP EST-ELLE SATISFAISANTE ?

Les

breeze up sont des ventes qui ont leur place dans la filière et permettent de

sortir un bon nombre de gagnants malgré peu de chevaux vendus chaque année. Il est

évident qu’avec quinze fois plus de numéros présentés et des pedigrees hypersélectionnés,

les ventes de yearlings sortent régulièrement un bon gagnant de Gr1. Mais les ventes

breeze up en sortent aussi et la qualité augmente d’année en année. Au vu des

effectifs concernés, elles n’ont donc absolument pas à rougir de la comparaison

avec les ventes de yearlings. Ces ventes breeze up permettent avant tout d’acheter

des 2ans préentraînés et, si les acheteurs travaillent en étroite collaboration

avec les vendeurs, elles permettent –statistiquement parlant –de prendre moins

de risques qu’en achetant un yearling. Quand on veut acheter un 2ans aux breeze

up, il est à mon avis primordial d’aller le voir travailler chez son consigner

dans son environnement quotidien. Cela permet de gommer des erreurs de jugement

le jour des "breeze".C’est à mon sens beaucoup plus important que

d’aller voir les yearlings avant qu’ils ne passent en vente. Comme je le

répète, c’est la qualité de la préparation qui fait toute la différence aux

courses. Trop de 2ans sont surtravaillés pour préparer ces ventes breeze up,

abîmés dans leur psychisme et dans leur intégrité physique et n’ont aucune marge

de progression quand ils arrivent chez leur entraîneur!