Prix ganay (gr1) : une vraie course de gr1

Autres informations / 27.04.2013

Prix ganay (gr1) : une vraie course de gr1

Cette

année, il n’y a pas d’épouvantail comme Cirrus des Aigles (Even Top) au départ

du Prix Ganay (Gr1), mais ce premier Gr1 de l’année en France est très compétitif,

avec cinq des neufs concurrents qui ont déjà gagné au plus haut niveau. Deux

chevaux au départ assurerons le train, Point Blank (Royal Dragon) et Mandistana

(Azamour). Il faut s’attendre à une vraie course, où les battus n’auront pas

d’excuse. Une fois les leaders enlevés de l’équation de ce Prix Ganay, on peut

voir une bonne raison de gagner à chacun des autres concurrents. Maxios

(Monsun) a fait grosse impression dans la préparatoire à ce "Ganay",

le Prix d’Harcourt (Gr2). À 5ans, il est au départ de son premier Gr1 : après

avoir connu le creux de la vague, il revient au niveau qui aurait dû être le

sien plus tôt et peut frapper fort dimanche. Le globe-trotteur Dunaden

(Nicobar) a l’avantage d’avoir couru cette année, et plutôt bien, à Meydan. La

distance de 2.100m est peut-être un peu courte pour lui, mais s’il y a beaucoup

de train, il est capable de jouer un premier rôle. Les trois femelles du bas de

tableau ont aussi une première chance. Haya Landa (Lando) a terminé quatrième

de l'“Arc” (Gr1), mais sa marge face à de tels adversaires n’est pas si grande,

surtout si le terrain est rapide. Giofra (Dansili) n’a été battue que par

Cirrus des Aigles dans cette épreuve, l’an dernier. Elle aussi a bien couru à

Meydan et se présente ici comme l’une des meilleures chances pour la victoire.

Conservée à l’entraînement à 4ans, Ridasyina (Motivator) a effectué sa rentrée

dans ce Prix Ganay. Elle est invaincue à Longchamp et finalement, seule

l’interrogation inhérente au retour des pouliches à 4ans empêche de faire

d’elle un penalty absolu dans cette course. Si l'épreuve est menée grand train,

ce sera pour elle un avantage. Elle avait gagné l’“opéra” (Gr1) à l’automne,

face à ses aînées, dans ce contexte. Reste le cas des mâles de 4ans. La

génération des 3ans de 2012 n’a jamais été considérée comme d’un très grand

cru. Dès lors, les deux gagnants de Derbies Pastorius (Soldier Hollow) et

Saônois (Chichicastenango), qu’on a plaisir à revoir, ont toujours des choses à

prouver. Ce Prix Ganay, où ils effectuent une rentrée, est l’occasion pour eux

de montrer que leur génération était finalement meilleure qu’il n’y paraît.