Prix jean stern (gr2) : victoire des borde se fait la belle

Autres informations / 27.04.2013

Prix jean stern (gr2) : victoire des borde se fait la belle

Pour ses

retrouvailles avec Victoire des Borde (Antarctique), Philip Carberry n’a pas

fait de détails. Il a monté sa partenaire de façon offensive et Victoire des

Borde, qui a fait un bond magnifique au gros open-ditch, s’est imposée à la

manière des forts. Dans le dernier tournant, alors qu’elle avait déjà plusieurs

longueurs d’avance sur le peloton, elle a remis un coup d’accélérateur. Dans la

ligne droite, elle n’a jamais baissé de pied, même si Vanilla Crush

(Martaline), a fini plus vite qu’elle, mais trop tard. Le gris de Guillaume

Macaire, impressionnant lorsqu’il déploie sa gigantesque action, a échoué à une

encolure de la jument. Victoire des Borde avait montré son talent cet hiver sur

la Côte d’Azur, où elle est restée invaincue en trois sorties, écrasant

l’opposition dans le Prix Christian de l’Hermite (L). « Après Cagnes, nous lui

avons accordé un peu de repos, nous a raconté Philip Carberry. J’étais confiant

aujourd’hui, même si elle n’avait passé ce parcours qu’une seule fois

auparavant. Mais comme tous les produits de cette famille, c’est une formidable

sauteuse. Elle est très intelligente et sait quand elle doit faire attention. »

Si lors de son retour à Auteuil, elle avait couru en demi-teinte à deux

reprises, elle avait montré du mieux à Enghien, dans le Prix Hopper (L). Elle a

évidemment gagné son ticket pour le Prix Ferdinand Dufaure (Gr1), dans lequel

elle s’élancera avec des ambitions.

PREMIERE

DEFAITE SUR LE STEEPLE POUR VANILLA CRUSH

Vanilla

Crush a quant à lui perdu son invincibilité sur le steeple. Comme à son

habitude, le gris s’est montré très droitier, ce qui lui fait perdre du temps.

on peut aussi penser qu’il se serait montré plus efficace sur un terrain plus

lourd. La question pour lui, dans trois semaines, sera le terrain, mais aussi

le fait que cette fois, la piste sera décordée. S’il continue de sauter à

droite comme il a l’habitude de le faire, il peut perdre de nouveau un terrain

précieux. De l’armada Cherel présente dans cette course, c’est Laskaline

Martaline)

qui s’est le mieux comportée. Pour autant, ce n’est pas forcément elle qui

portera le drapeau de l’écurie dans trois semaines, comme nous l’a expliqué son

entraîneur : « Laskaline n'est pas à 100 %. Elle court bien mais ne courra le

Prix Ferdinand Dufaure que si elle est en condition. Chardonnay a bien fini,

c'est un cheval que l'on doit monter en position d'attente. éclair Gris est un

poulain de terrain lourd, mais il donne toujours le meilleur de lui même. Volca

de Thaix a fait une faute au brook et son jockey a bien fait de l'arrêter. Mais

le cheval lui a plu. »

LA

GRANDE FAMILLE DES BORDES

Victoire

des Borde appartient à la belle famille "des Bordes". Elle est en

effet la soeur d’Utopie des Bordes (Antarctique), gagnante du Prix Maurice

Gillois (Gr1) l’an dernier, de Quenta des Bordes (Bateau Rouge), gagnante des

Prix Fifrelet, Gérald de Rochefort et Christian de l’Hermite (Ls), mais aussi

quatrième du Prix Maurice Gillois et cinquième du Prix Ferdinand Dufaure

(Grs1). Leur mère, Miss Berry (Cadoudal), est restée inédite. Gamine Royale

(Garde Royale), deuxième mère de Victoire des Borde, a été une bonne pouliche

sur les haies. Elle a notamment gagné le Prix Sagan (L). Au haras, elle a

produit Lutin des Bordes (Épervier Bleu), placé de Groupe, en steeple, à

Merano, et Olivia des Bordes (Antarctique), vainqueur du Prix Rigoletto  (L) et quatrième des Prix Maurice Gillois et

Ferdinand Dufaure. Gamine Royale est la soeur d’une certaine Jasmine des Bordes

(épervier Bleu), mère de Rollex Borget (Khalkevi), lauréat du Prix de l’Avre

(L) et troisième du Prix Royal-Oak (Gr1). Miss Berry a ensuite deux femelles

par Network, Belle du Berry, née en 2011, et Carmen des Bordes, née en 2012.