Prix vamos (f) : ipswich en eleve tres appliquee

Autres informations / 23.04.2013

Prix vamos (f) : ipswich en eleve tres appliquee

Ipswich

(Danehill Dancer) n’a pas été forcément très démonstrative en s’imposant dans

le Prix Vamos (F). Mais plus que le style de son succès, il faut retenir le

comportement de la pouliche, inédite comme ses dix-huit adversaires du jour.

Elle était bien posée sur la main de son jockey, qui a pu prendre une bonne

roue, celle de Wahib (Invincible Spirit), et a ensuite fait preuve de courage

pour dominer à la lutte, mais finalement sûrement, le pensionnaire de Mikel

Delzangles. En un mot, Ipswich a fait preuve de maniabilité, et c’est toujours

un atout important pour les courses françaises. Et comme le rappelait Alain de Royer

Dupré après la course, les circonstances n’étaient pas évidentes : « Il n’est

jamais facile de débuter en ligne droite, avec autant de partants et face aux

mâles. De plus, elle a très peu travaillé à 2ans et n’était jamais allée sur un

hippodrome. C’est une pouliche très attachante, car elle est facile à

entraîner. Elle fait bien les choses, de façon discrète. Elle avait travaillé

avec des 4ans de bonne manière. À présent, plusieurs options s’ouvrent à nous.

Étant donné son comportement, elle va pouvoir aller sur le mile et on peut

penser à une Listed qui se dispute à Chantilly. » Alain de Royer Dupré pourrait

en effet songer au Prix Volterra, réservée aux femelles, le 14 mai.

UNE

FILLE D’IMPERIAL BEAUTY

Ses

débuts étaient d’autant plus attendus que, comme nous le rappelait Alec Waugh,

la pouliche n’est pas issue de l’élevage maison, mais a été achetée à

l’amiable. Sa mère n’est autre que la top-sprinteuse Imperial Beauty (Imperial

Ballet), gagnante du Prix de l’Abbaye de Longchamp (Gr1). Au haras, elle s’est

pour le moment montrée moins percutante, et Ipswich est sa première gagnante.

Dans le pedigree de la pouliche, on trouve aussi le nom de Together (Galileo)

et Jan Vermeer (Montjeu).