Qui est andré duboé, le "président" 2013 ?

Autres informations / 22.04.2013

Qui est andré duboé, le "président" 2013 ?

André

Duboé a vécu une double émotion, dimanche à Auteuil. Son élève, qui aussi

défend ses couleurs, Full Jack (Kahyasi), a remporté le Prix du Président de la

République (Gr3). Nous sommes revenus avec lui sur son succès dominical, son

élevage et sa passion pour les courses.

FULL

JACK VERS LES GROUPES

Lorsque

l’on évoque son succès dans le plus grand handicap de l’année à Auteuil, André

Duboé répond avec émotion : « Ce succès de Full Jack fait partie de mes plus

belles victoires. Cela récompense plusieurs années de persévérance dans les

courses et dans l’élevage. Je suis vraiment content de vivre des moments comme

celui-ci. » Full Jack n’aura plus vraiment le choix des engagements désormais

et devra viser les Groupes. Peut-être sera-t-il au départ du Prix des Drags

(Gr2) car il est « trop tendre » pour le Gras Savoye Grand Steeple-Chase de

Paris.

UNE

FAMILLE AVEC DU CADRE

La famille

de Full Jack est l’une des plus brillantes du monde de l’obstacle. Et elle a

une caractéristique, comme nous l’a confirmé André Duboé : « Depuis qu’il est

jeune, j’ai toujours bien aimé Full Jack. Il est le portrait-robot de sa

famille, car il a de l’os, il est costaud et tardif. Avec sa mère, j’avais été

à Kahyasi car c’est un cheval que j’ai toujours bien aimé en course. Je

fonctionne comme cela pour le choix des étalons, j’y vais au feeling. » Full

Contact (Cadoudal), la mère de Full Jack, a été vide quatre ans de suite. Son

dernier produit, une femelle, Full Lingakia (Ballingarry), a été gardée par

André Duboé, sachant que ses poulinières ont de l’âge.

UN

CADEAU POUR SE LANCER DANS L’ELEVAGE

Charcutier

à la retraite, André Duboé a toujours été féru de rugby. Une passion qu’il

tient de son père (et de sa région, puisqu’il vient de Tarbes !). C’est

justement par le biais de son père qu’il s’est intéressé aux courses. Pas pour

le jeu, mais plus parce qu’il a « toujours aimé les chevaux, les voir à

l’élevage, à l’entraînement. » Il a sauté le pas en 1985, devenant

propriétaire, puis éleveur sans sol un peu par la force des choses. « Avec des

amis, nous étions à Deauville et ils avaient acheté pas mal de poulinières, une

douzaine environ. Ils m’ont dit : "On en a gardé une pour toi."

C’était Full of Pep (Hard to Beat) – seconde mère de Full Jack – et elle était

alors pleine de Maelstrom Lake. De mon côté, je n’étais pas trop chaud car je

n’y connaissais rien en origines. Il s’est avéré, ensuite, que Full of Pep a

été la meilleure des douze poulinières. » Full of Pep est à l’origine de

Libertina (Balsamo)– génitrice de Long Run (Cadoudal) – ou encore de Full of

Ambition (Galetto), deuxième du Prix Alain du Breil (Gr1). Et c’est aussi à cause

de Full of Pep que tous les produits d’André Duboé ont un nom avec

"Full".

ENTRE LE

HARAS DES FONTAINES ET CELUI DU CHENET

André

Duboé a toujours été fidèle aux entraîneurs comme aux haras avec lesquels il a

collaboré. Il a notamment eu des chevaux chez Jean Lesbordes. Actuellement, il

en a chez Marcel Rolland, mentor de Full Jack, Antoine de Watrigant et

Christian Baillet. Du côté des haras, il a ses poulinières (deux) partagées

entre le Chênet en Normandie et les Fontaines, chez Thierry Abadie. Il nous a

précisé : « Je ne vends pas trop mes produits. J’essaye de les exploiter

moi-même, sous mes couleurs. »