Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Rencontre avec sami jassim al boenein, directeur general du qatar racing & equestrian club

Autres informations / 05.04.2013

Rencontre avec sami jassim al boenein, directeur general du qatar racing & equestrian club

Lors du

Qatar Equestrian Festival, nous avons rencontré Sami Jassim Al Boenein, l’une

des figures importantes des courses au Qatar. Il est le directeur général du

QREC (Qatar Racing & Equestrian Club) et est également propriétaire. Il

nous avait parlé de l’Emir’s Sword, la course la plus importante du Qatar, et

également du partenariat entre le Qatar et le weekend du Prix de l’Arc de

Triomphe.

JOUR DE

GALOP : QUELLE EST L’IMPORTANCE DE L’EMIR’S SWORD AU QATAR ?

Sami

Jassim Al boenein. - L’Emir’s Sword est la plus grande course du Qatar,

l’épreuve numéro un. Aussi bien pour le prestige, l’allocation, que la qualité

des chevaux. Ils viennent du monde entier pour la disputer, comme Mkeefa Gb

(Amer), qui a remporté le Qatar Arabian World Cup l’an passé à Longchamp. Cette

course représente ici le plus haut niveau pour les chevaux arabes et Son

Altesse l’Émir est le supporter numéro un de cette race. C’est pour cela que

nous avons nommé cette épreuve l’Emir’s Sword, de même que l’équivalent pour

les pur-sang anglais, l’Emir’s Trophy, et l’Emir’s International Trophy réservé

aux chevaux arabes nés sur notre sol. Ces deux épreuves se disputent le même

jour que l’Emir’s Sword.

L’EMIR’S

SWORD S’EST-IL TOUJOURS DISPUTE SUR CETTE DISTANCE DE 2.400M ?

Oui,

même si nous avons pensé le raccourcir un temps. Mais c’est trop court, vous

n’avez plus aucun droit à la moindre erreur. Regardez notamment les épreuves

sur 1.200m. Faire courir l’épreuve sur le mile n’était pas non plus

envisageable, car nous avons déjà de bonnes courses de ce type au calendrier.

Les épreuves de plus longue distance donnent l’opportunité aux jockeys de

choisir leur place dans un parcours. De plus, les chevaux arabes ont de la

tenue, on les voit souvent courir dans les épreuves d’endurance. En tant que

président de l’IFAHR (Fédération International des courses de chevaux arabes),

j’ai rencontré une délégation polonaise. Or, les Polonais travaillent sur une

course qui devrait se disputer le 29 septembre prochain sur une distance

comprise entre 5.000 et 10.000m. Cela ne me dérange pas, même si je pense que

c’est trop long. Les 2.400m me semblent raisonnables et sont ceux du Qatar

Arabian World Cup et l’Emir’s Sword, deux courses de champions !

CETTE

ANNEE, CETTE EPREUVE EST ASSOCIEE A D’AUTRES COURSES INTERNATIONALES COMME LE

QATAR INTERNATIONAL TROPHY (GR1 PA), SUR UN MEETING DE TROIS JOURS.  EST-CE UNE NOUVEAUTE ?

En

effet. Dans le passé, l’Emir’s Sword se courait à part, tout comme les courses

du meeting international. Nous les avons réunies car des gens du monde entier

se déplacent ici dans le cadre du Festival équestre international du Qatar. Je

crois que c’est également bon que nos meilleures courses soient en symbiose

avec le calendrier international. La seconde raison est que l’Emir’s Sword se

disputait de manière trop rapprochée du Dubai Kahayla Classic. Nous voulons que

les meilleurs chevaux puissent courir ici comme à Dubaï. C’est pourquoi il y a

désormais un espace d’un mois entre les deux épreuves.

SELON

VOUS, L’EMIR’S SWORD EST-IL L’EQUIVALENT DU QATAR PRIX DE L’ARC DE TRIOMPHE ?

Je pense

que le Qatar Arabian World Cup (Gr1 PA) est la course la plus importante, car

elle se dispute le même jour que la plus prestigieuse épreuve du monde, le

Qatar Prix de l’Arc de Triomphe, devant 50.000 à 80.000 personnes et des télés

du monde entier… L’Emir’s Sword (Gr1 PA) vient en seconde position au niveau

international, avec beaucoup d’excellents chevaux de tous horizons. Ces deux

épreuves sont des courses de très haut niveau pour les chevaux arabes.

POURQUOI

ET QUAND A ETE CREE L’EMIR’S SWORD ?

C’est

une tradition pour nous de faire courir des chevaux arabes. Nous devons

remercier Son Altesse l’Émir, qui est un grand supporter des courses de chevaux

arabes au Qatar et à travers le monde. Si vous regardez les chevaux de concours

de beauté d’Al Shaqab Stud, qui appartient à l’Émir, ils obtiennent des

résultats dans le monde entier. Plusieurs d’entre eux ont été champions du

monde au Salon du cheval à Paris et ont disputé des concours aux Etats-Unis

également. Les courses de pur-sang arabes et anglais se développent beaucoup

dans notre pays, grâce au soutien de l’Émir, et tout le monde veut le remercier

en participant aux épreuves portant son nom. Nous avons également une course

traditionnelle, Al Sabiq, où deux cavaliers s’affrontent sur la distance de

quatre cents mètres. Ce type de course date du temps où les deux fils du cheikh

Jassim bin Mohammed Al Thani, fondateur du Qatar, du cheikh Ali bin Jassim et

du cheikh Abdullah bin Jassim, passaient leur temps à se défier de cette

manière. Il existe un poème nommé "Maseelah", dédié à cette épreuve.

Elle se court normalement le jour de la Fête nationale (18 décembre) et

fonctionne par élimination automatique. Le gagnant d’un duel avance au tour

suivant, jusqu’au dernier tour. Le public apprécie beaucoup cette compétition

et nous avons décidé d’en organiser certaines lors de trois festivals durant la

saison, celui de Son Altesse le Conseiller de l’Émir, celui du prince héritier

et celui de l’Émir. Nous appelons désormais cette compétition Al Sabiq au lieu

d’Al Maseelah. Il est bon pour les visiteurs de voir quelque chose de vraiment

représentatif du Qatar.

QUELLE

EST VOUS AVEZ UNE POULICHE NOMMEE ATLAL QA (BURNING SAND) QUI A ETE ELEVEE

LOCALEMENT ET QUI A DISPUTE LE QATAR ARABIAN TROPHY DES POULICHES (GR1 PA) A

SAINT-CLOUD, EN 2012…

Oui et

j’ai d’autres chevaux également en Europe. J’aime les chevaux arabes, mais,

cette année, je vais acquérir des pur sang anglais. Georges Mikhalides, qui

entraîne au Qatar, est prêt à venir s’installer en France. Je lui ai déjà parlé

et j’espère avoir de bons pur-sang. Peut-être serai-je assez chanceux pour

gagner un Gr1 ? On ne sait jamais ! Pour être honnête, j’adore les courses en

France. Je suis un ami de Louis Romanet depuis 1995 et ma venue pour assister à

l’"Arc de Triomphe" enlevé par Lammtarra. Je viens chaque année à

Longchamp pour cette course qui est pour moi la meilleure. Tout le monde

l’adore ! Bien sûr, j’ai été heureux que le Qatar soit partie prenante de cette

épreuve et qu’elle porte son nom désormais. C’est bon pour l’image de notre

pays comme pour celle de la course. Tous les gagnants d’"Arc" sont

des légendes, les meilleurs chevaux du monde. De plus, je voudrais remercier

France Galop et la communauté des professionnels français d’avoir accepté une

course de chevaux arabes, le Qatar Arabian World Cup, le jour de

l’"Arc". C’est fantastique. J’adore l’idée que nos deux pays

soutiennent ces courses-là. C’était quelque chose de nouveau à l’époque, une

vraie aventure d’avoir une telle course à Longchamp devant tant de professionnels

issus du pur-sang anglais. Louis Romanet ne savait pas quel serait le résultat

d’une telle épreuve, mais il était vraiment heureux après avoir vu le

"World Cup", la finale des pur-sang arabes. C’est fantastique et le

contrat stipule que ce sera encore le cas jusqu’à l’horizon 2020-2022.

ENFIN,

DEPUIS COMBIEN DE TEMPS DIRIGEZ-VOUS LE QREC ?

Je suis

le directeur général du QREC depuis juin 2006. Mais j’ai débuté en 1995 comme

directeur d’une écurie de course. C’est l’époque où j’ai rencontré Louis

Romanet.