Alban chevalier du fau : « une histoire de confiance »

Autres informations / 07.05.2013

Alban chevalier du fau : « une histoire de confiance »

Créée fin 2009 par Alban Chevalier du Fau et Jamie Railton, The Channel Consignment s’est rapidement imposée comme l’un des meilleurs spécialistes de la préparation aux breeze up en France. Cette année, les deux hommes présentent un lot d’une qualité rarement atteinte lors d’une vente de 2ans montés.

JDG. – POURQUOI AVEZ-VOUS CREE CETTE STRUCTURE DEDIEE AUX BREEZE UP ET POURQUOI L’AVOIR CREEE AVEC JAMIE RAILTON ?

Alban chevalier du fau. – À la base, je suis spécialisé dans le travail des jeunes chevaux : débourrage, préentraînement. Mais je voulais ajouter une dimension de compétition à cette activité, et la préparation aux breeze up permet de relever des challenges en se fixant des objectifs pour mon équipe et moi-même. De son côté, Jamie Railton, consignataire très reconnu outre-Manche, admirait le système français et cherchait un moyen d’y entrer. Nous nous sommes rencontrés et retrouvés sur de nombreux points, notamment le côté ambitieux du projet, car tous les deux, nous voulions viser le top-niveau des breeze up. De plus, nos profils se complétaient bien : lui avec son expérience de pinhooker, moi et ma connaissance du marché français et de ce qu’attendent les entraîneurs. La société The Channel Consignment a été créée en septembre 2009, nous avons fait notre première levée de fonds dans la foulée pour commencer à acheter des chevaux à l’automne 2009. Nous avons présenté pour la première fois sous ce nom en 2010.

D’OU VIENNENT LES POULAINS QUE VOUS PRESENTEZ AUX BREEZE UP ?

L’une des clés de voûte du fonctionnement de The Channel Consignment, c’est que la quasi-totalité des poulains que nous présentons ont été sélectionnés par nos soins et achetés yearlings dans le but d’être vendus lors de breeze up. Chaque année, nous organisons une levée de fonds auprès d’investisseurs. Comme nous sommes deux, nous pouvons vraiment décortiquer toutes les ventes européennes et même américaines, même si nous préférons trouver des chevaux éligibles à la prime pour les ventes françaises.

QUELLE EST VOTRE CONCEPTION DE LA PREPARATION DES CHEVAUX A CE TYPE DE VENTES ?

Nous avons toujours le souci de vendre des chevaux qui puissent s’illustrer sur un hippodrome. La préparation aux breeze up ne doit donc pas hypothéquer leur potentiel. En revanche, je ne veux pas entrer dans cette polémique entre ceux qui travailleraient trop et d’autres pas assez, ou ceux qui achètent en “clockant” les poulains, et ceux qui ne prêtent pas attention à leur canter… Pour moi, c’est stérile, car chacune des méthodes fonctionne. J’ai grandi dans une écurie, j’ai travaillé chez des entraîneurs reconnus avant de m’installer, donc j’ai la prétention de savoir ce qu’ils attendent d’un poulain issu de ces ventes. Ils cherchent un cheval sur la pente ascendante, avec toute son intégrité physique et mentale. Concernant la préparation, il n’y a pas de modèle préfini. Il est évident que je ne vais pas travailler un poulain précoce comme un élément plus tardif, fait pour faire un 3ans. L’avantage de la France, c’est justement que l’on peut présenter aux breeze up des chevaux pas particulièrement précoces, qu’il faudra attendre un peu. En Grande-Bretagne,  c’est inconcevable pour le moment…

COMMENT EXPLIQUEZ-VOUS LE RETARD DE LA FRANCE EN MATIERE DE BREEZE UP PAR RAPPORT A NOS VOISINS BRITANNIQUES ?

Je pense qu’il s’agit surtout d’une différence culturelle. En Grande-Bretagne, depuis longtemps, les entraîneurs ont coché ces ventes sur leur agenda et ils vont y acheter des bons chevaux. En France, traditionnellement, les entraîneurs axent plutôt leurs achats sur les ventes de yearlings. Les breeze up sont d'un type relativement récent dans le paysage français, mais font leurs preuves chaque année. De nombreux champions et beaucoup de chevaux de Stakes ont été achetés lors de breeze up, et je pense que c’est ainsi, grâce au sérieux de notre travail, que nous gagnerons la confiance des entraîneurs. Car c’est avant tout de confiance dont il s’agit !