Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Bel la vie à l’heure pour la consécration de la famille papot

Autres informations / 20.05.2013

Bel la vie à l’heure pour la consécration de la famille papot

« C’est le plus beau jour de ma vie. Nous sommes une famille très unie, et c’est le résultat de vingt-neuf ans de travail. C’est la consécration. » Xavier Papot a parfaitement résumé ce que représente le succès de Bel la Vie (Lavirco) dans le Gras Savoye Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) pour sa famille. Une consécration.

En 2011, les "Papot" avaient frôlé la victoire avec Rubi ball (Network). Ce dernier au repos, c’est Bel la Vie qui a pris le relais, deux ans plus tard, avec Ozamo (Alamo Bay), pour les couleurs à losanges verts et bleus. Bel la Vie a apporté un premier succès dans le Grand Steeple à la famille Papot et Ozamo a pris la quatrième place. Le pensionnaire de Guillaume Macaire a ainsi récompensé ses propriétaires des investissements fournis. Après deux victoires dans les Prix Troytown et Ingré (Grs3), Bel la Vie devient le leader des steeple-chasers d’Auteuil. Et il peut le rester longtemps. « J’ai été très stressé pendant toute la semaine, je n’en dormais presque pas, nous a avoué Xavier Papot. Quand on achète un cheval sous la mère, avec un objectif précis, et qu’il gagne, c’est tout simplement extraordinaire. Nous avons vécu ce Grand Steeple différemment de celui de Rubi Ball. Nous étions novices à cette époque-là, et c’est vrai que nous avions beaucoup parlé avant la course. Celui de Bel La Vie a été vécu de façon plus intérieure, sans trop parler. Les ordres avaient été fixés après le Prix Ingré avec Guillaume Macaire. Pendant le parcours, Bel la Vie a fait un canter. Il allait vraiment très bien. Mais nous étions un peu inquiets, car il est venu assez vite près de la tête, alors que c’est un cheval qui aime attendre et venir ensuite sur les autres. Shannon Rock nous a fait peur. Il faut féliciter la monte de David Cottin, qui nous a pistés toute la course. Mais je crois que nous avions le meilleur cheval au départ. Il a su se relancer et s’imposer. Je ne trouve vraiment pas les mots pour exprimer ce que je ressens maintenant. C’est extraordinaire ! » Tête de liste des propriétaires en obstacle en 2009, 2010 et 2012, la famille Papot peut, avec ce succès, espérer conserver son titre.

UN CHAMPION COMPLET

Bel la Vie est un champion complet. Dès son plus jeune âge, il a montré du talent, brillant dans le Prix Renaud du Vivier (Gr1), avant de terminer deuxième de la Grande Course de Haies d’Auteuil (Gr1) 2011 derrière Thousand Stars (Grey Risk). Ensuite, il n’a pas couru pendant un an, revenant en fin d’année dernière. Son entourage a décidé de l’orienter vers le Grand Steeple et il s’est alors transcendé sur les gros obstacles. À 7ans, il doit être l’un des vainqueurs de la grande épreuve parmi les moins expérimentés de la discipline. En effet, Bel la Vie n’a couru que neuf fois sur le steeple, pour sept victoires et deux deuxièmes places.

LE FILM DE LA COURSE Départ

Dès le départ, Bel la Vie, Mid Dancer (Midyan) et Grand Charly (Le Triton) ont pris les devants, suivis par Kotkieglote ?(Poliglote), Shannon Rock (Turgeon), quarouso (Lavirco), Pibrac (Spadoun) et Full Jack (Kahyasi). Farlow des Mottes (Maresca Sorrento) a patienté à l’arrière-garde avec Lagunak (Mansonnien), Polar Rochelais (Le Balafré) et Ozamo. Pour passer l’oxer, Pibrac a fait une faute. Au premier passage de la rivière des tribunes, Kotkieglote a pris l’avantage devant Shannon Rock. Tout le monde a bien négocié cet obstacle. Les positions n’ont pas évolué jusqu’au deuxième passage de la rivière des tribunes. Mid Dancer a perdu quelques rangs, se retrouvant à l’arrière-garde. Tout le monde a ensuite accéléré pour sauter le “juge de paix”. Farlow des Mottes a fait une énorme faute, éjectant Benoît Gicquel. Polar Rochelais et Full Jack ont aussi fait tomber leurs pilotes. Au moyen-open ditch, c’est Lagunak qui s’est séparé de Jérémy da Silva, alors qu’il avait des ressources. Au bout de la ligne d’en face, Bel la Vie et Kotkieglote se sont détachés. À plusieurs longueurs, Shannon Rock s’est lancé à leur poursuite, alors qu’Ozamo et Mid Dancer le suivaient. Bel la Vie a sauté la double barrière en tête. Shannon Rock est venu l’attaquer sèchement à la corde, lui prenant même le meilleur sur le plat. Mais Bel la Vie est reparti courageusement dans les cent derniers mètres pour dominer Shannon Rock plus facilement que ne l’indique l’écart à l’arrivée. Pour la dernière sortie de sa carrière, Mid Dancer a fini troisième, précédant Ozamo, prometteur quatrième, et Kotkieglote, qui réalise la meilleure performance de sa carrière.

GUILLAUME MACAIRE, BIEN PLUS QU’UN ENTRAÎNEUR...

Bel la Vie a offert un deuxième Grand Steeple-Chase de Paris à Guillaume Macaire. L’entraîneur royannais avait déjà connu cette joie en 1996, avec Arenice (Brezzo). Mais ce succès a une autre saveur que celui acquis avec le représentant de la famille Montauban. D’abord parce que Guillaume Macaire avait reçu Arenice trois mois seulement avant le grand rendez-vous. Bel la Vie, il l’a façonné de A à Z. Celui que l’on qualifie souvent de grand spécialiste des jeunes chevaux a apporté la preuve qu’il savait aussi faire vieillir un cheval. Il a su emmener Bel la Vie au sommet de son art à 7ans, tout en exploitant à la perfection ses plus jeunes années. Le cheval aurait pu être lauréat de Gr1 dès l’âge de 3ans, s’il n’avait chuté à la dernière haie du Prix Cambacérès (Gr1), laissant le succès à son compagnon de couleurs, Prince Oui Oui (Poliglote), alors que la victoire lui semblait promise. À 4ans, resté sur les haies, il avait concédé une tête à Sadler Roque (Muhtathir) dans le Prix Alain du Breil (Gr1), avant d’être couronné à l’automne dans le Prix Renaud du Vivier (Gr1).

C’est ensuite, à 5ans, qu’il a fallu pianoter, éviter les combats trop durs. Le cheval a alors découvert le steeple, avant de revenir sur les haies où l’opposition était moins relevée. Il s’est ainsi classé deuxième de la Grande Course de Haies d’Auteuil (Gr1), derrière thousand stars (Grey Risk) ! Après avoir été mis de côté pendant un an, le cheval est revenu en septembre 2012, en steeple, avant d’alterner les deux spécialités. À 7ans, Guillaume Macaire savait que son cheval était suffisamment mur pour le Grand Steeple. « J’avais dit à la famille Papot, bien avant que Bel La Vie ne débute en steeple, qu’un jour nous nous présenterions au Grand Steeple de Paris avec lui ! », a-t-il même précisé après la course.

TOUJOURS SUIVRE SES IDEES

De surcroît, cette victoire a été obtenue avec un élève de Benoît Gabeur, un professionnel avec qui Guillaume Macaire collabore depuis ses débuts. « Nous travaillons ensemble depuis toujours, depuis vingt-cinq ans je pense, nous a raconté Guillaume Macaire. Nous avons toujours suivi nos idées, et aujourd’hui, c’est une consécration. Nous avons voulu conserver des choses qui fonctionnaient, mais qui n’étaient pas à la mode. Je ne crois pas à la mode. Par

exemple, on nous disait qu’on ne pouvait pas faire des étalons avec des chevaux qui n’avaient pas gagné en plat, et des chevaux comme Saint des Saints, Robin des Champs ou encore Kapgarde ont prouvé le contraire. Benoît Gabeur a suivi ses idées en matière d’élevage, appliquant aussi les préceptes de ses maîtres, de ses recherches, de sa culture hippique... Et moi, j’ai appliqué les miennes en matière d’entraînement, mais aussi de croisement et de fabrication d’étalons. À présent, j’ai souvent entraîné les pères, les mères ou les grand-mères des chevaux qui sont sous ma responsabilité... »

Cette victoire dans le Grand Steeple couronne un homme qui a marqué durablement l’obstacle, aussi bien dans les méthodes d’entraînement que dans l’élevage, ou même la formation des cavaliers, puisque c’est chez lui que Christophe Pieux a réellement appris son métier. L’empreinte de Guillaume Macaire n’est pas prête de s’effacer de la piste d’Auteuil...

BENOÎT GABEUR : « BEL LA VIE EST UN CHEVAL SAIN »

Benoît Gabeur, est l’éleveur, avec son épouse, Marie-Christine, de Bel la Vie. Ce succès est fantastique pour lui. Il nous a confié à chaud : « Il faut dire un mot sur Pascal Hervé qui était le garçon de voyage de Guillaume Macaire. Il s’occupait de Bel la Vie et il aurait été heureux. Je suis content pour la famille Papot. Je travaille avec eux depuis trente ans. À l’époque, ils avaient des chevaux chez Yannick Fertillet. Un jour, monsieur Papot m’a dit : "Vous allez vous occuper de nos chevaux." Et voilà comment tout a commencé. Nous avons acheté la mère de Bel la Vie, Bibelle, à Guy Petit. Bibelle a couru "à réclamer" à Lisieux. Guy Petit l’a achetée [pour 7.000 €, ndlr]. Le lendemain, lorsque j’ai vu dans le journal que c’était lui qui l’avait réclamée, je l’ai appelé et lui ai proposé de la reprendre. Guy Petit ne l’avait pas achetée pour un propriétaire en particulier et il me l’a donc revendue. Je ne l’avais pas vue courir, mais ce qui m’intéressait surtout, c’était son potentiel génétique. Petit, Bel la Vie était dans les prés, avec Royal Tune et Lucky to Be, lequel était son souffre-douleur. Bel la Vie est un cheval sain. Il n’a jamais vu un vétérinaire, n’a jamais eu d’infiltration. C’est rare. » Malheureusement, Bibelle est morte en 2010 et Benoît Gabeur a gardé une seule femelle de cette famille. « La poulinière que nous avons gardée est hyper nerveuse. Elle a été à la saillie de Martaline. Mais je n’aime pas les familles protégées. » Revenant sur la course, Benoît Gabeur nous a précisé : « Je suis vraiment heureux de cette première victoire dans le Grand Steeple en tant qu’éleveur. Bertrand [Lestrade, ndlr] a bien fait de le reprendre pour lui donner un bol d’air. C’est très important dans une course comme celle-ci. » Les époux Gabeur ont déjà élevé Long Run (Cadoudal), vainqueur du Cheltenham Gold Cup (Gr1) en 2011 et maintenant, ils tiennent leur premier Grand Steeple, avec Bel la Vie. Ils ne leur manque plus qu’un succès dans le Punchestown Gold Cup (Gr1) pour boucler la boucle des Grands Steeples européens.

BIBELLE, UNE ACQUISITION EN OR

Élevé par les époux Gabeur, Bel la Vie est donc un fils de Bibelle (Le Balafré). Bibelle est née de Miss Tracy (Misti), qui a notamment remporté le Prix Maurice Gillois (Gr1). Après sa victoire "à réclamer" et six courses disputées, Bibelle est donc directement partie au haras. Elle a donné cinq produits dont quatre en âge de courir et trois qui ont gagné. Elle est morte en 2010, après avoir donné naissance à un poulain de Network. Elle a également produit Belgarde (Kapgarde), qui s’est malheureusement tuée à Enghien, alors qu’elle avait déjà gagné dix courses.

MID DANCER SORT PAR LA GRANDE PORTE

Hervé Barjot n’a pas pu retenir ses larmes en regardant le champion Mid Dancer (Midyan) revenir de son sixième Grand Steeple-Chase de Paris. En prenant la troisième place, à 12ans, c’est un nouvel exploit pour ce cheval qui a définitivement marqué l’histoire des courses d’obstacle. Celui qui avait repéré le cheval tout jeune, après son succès pour ses débuts à Compiègne, alors qu’il était entraîné par Marie-Laetitia Mortier, a confié : « La course s’est déroulée à un rythme d’enfer, sans temps mort et, une fois de plus, Mid Dancer est là. L’âge a joué à la fin... C’est irréel. C’était un challenge extrêmement difficile, et nous avons réussi à être là. Je félicite d’ailleurs le gagnant et tous les chevaux qui ont pris part à la course, car je sais à quel point c’est dur. Mid Dancer a mérité une retraite heureuse. C’était sa dernière course ! »

Mid Dancer a donc réussi à sortir par la grande porte dans l’épreuve où il n’a jamais fini plus loin que troisième. Lauréat des éditions 2007, 2011 et 2012, il s’est aussi classé deuxième en 2009, troisième en 2008 et donc en 2013. Katko et Hyères III avaient réussi à enlever avant lui trois “Grand Steeple”. Mais, avec ses six tentatives où il n’a jamais fini plus loin que troisième, Mid Dancer a encore fait plus fort. C’est un cheval hors norme, qui a été aussi applaudi que le lauréat quand il est rentré aux balances. Il méritait bien cela. Il se retire avec un compte en banque riche de 3.365.430 €, un chiffre qui donne le tournis. À titre de comparaison, Al Capone II (Italic) – et ses sept Prix La Haye Jousselin – avait amassé 2.623.874 €. Le palmarès de Mid Dancer est tout aussi hallucinant : en quarante-deux sorties, il s’est imposé vingt-cinq fois et s’est placé à seize reprises. Longue vie champion !

SHANNON ROCK, JEAN-PAUL GALLORINI ET DAVID COTTIN PASSENT À CÔTÉ DE L’EXPLOIT

La déception était visible sur le visage de David Cottin, deuxième avec Shannon Rock (Turgeon). Le jockey s’était fracturé la clavicule il y a dix jours.

Il a tout fait pour être en forme et en selle dans ce Grand Steeple-Chase de Paris. David Cottin a lutté jusqu’au bout pour la victoire, avec rage. « Shannon Rock allait très bien pendant tout le parcours. Il avait du gaz. J’étais embarqué ! Malheureusement, il est venu en tête trop tôt, et il s’est arrêté une fois devant. » Jean-Paul Gallorini se classe donc deuxième de ce Grand Steeple avec Shannon Rock.

La déception est là, mais l’entraîneur relativise : « On n’est jamais philosophe quand on est deuxième. Mais il y a quand même plus malheureux que nous ! Shannon Rock a trop bien sauté la dernière haie. J’avais dit à David Cottin qu’il s’arrêtait dès qu’il était devant. Et c’est ce qui s’est passé. Bel la Vie se raccourcit. Shannon Rock prend la tête, et il le regarde. Il l’attend, il l’attend... Et puis, il est venu à la gauche de Bel la Vie. Ce n’est pas un secret : à Auteuil, quand vous venez à gauche, vous perdez. Cela s’est encore vérifié aujourd’hui. Mais le capital jockey est intact, le capital cheval est intact aussi. C’est important. » La déception peut se comprendre. En 2012, Shannon Rock se classait déjà deuxième de ce Grand Steeple-Chase de Paris, s’inclinant à la lutte devant Mid Dancer.

Jean-Paul Gallorini avait cinq concurrents au départ de ce Grand Steeple-Chase de Paris. Kotkieglote (Poliglote) a longtemps été vue en tête de la course. Avant l’épreuve, l’entraîneur avait expliqué qu’il attendait de cette dernière qu’elle le rassure.

Elle se classe finalement cinquième. « Nous avons eu beaucoup de mal à amener Kotkieglote pour cette épreuve. C’était la seule jument de la course. Nous visions avec elle une quatrième ou une cinquième place. Elle est cinquième, donc c’est bien. »

Kotkieglote a dû être départagée, à la photographie, avec Ozamo (Alamo Bay).

OZAMO PROMETTEUR QUATRIÈME

Souvent allant, Ozamo s’est amendé et le travail de son entraîneur, Philippe Peltier, a payé. Placé à l’arrière-garde, il a eu le parcours parfait pour un cheval comme lui. Il ne s’est intéressé à la course que tout à la fin, traçant un dernier kilomètre excellent. Il a pris la quatrième place. Son mentor nous a dit : « Je suis très content. Il fait une petite faute à la réception de la double barre qui lui coûte sûrement la troisième place. Mais nous n’allons pas cracher dans la soupe ! Il court très bien. Jonathan lui a donné une course parfaite. Je tiens à remercier les jockeys qui ont monté Ozamo auparavant, car il n’était vraiment pas évident et tout cela résulte d’un travail d’équipe entre les jockeys, le personnel de l’Écurie, la famille Papot et Monsieur Dubois. À eux, bravo et merci. »

TOUS LES CHEVAUX BIEN RENTRÉS

Polar Rochelais est tombé au rail-ditch. D’après son entraîneur, Patrice Quinton, il aurait pu faire l’arrivée. Il a demandé à souffler au mauvais moment. Il faut aussi souligner que tous les chevaux sont bien rentrés de la course, d’autant que le climat a été idéal pour des sauteurs.

 

GRAS SAVOYE GRAND STEEPLE-CHASE DE PARIS

Gr1 - Steeple-chase – 850.000€?-5.800m -16 partants. Pour tous chevaux de 5 ans et au-dessus. Poids : 5 ans, 66 kg ; 6 ans et au-dessus, 68 kg.

1er BEL LA VIE (H7)

B. Lestrade (68)

Lavirco & Bibelle

Pr. : Mme P. Papot

Ent. : G. Macaire - El. : Mme B. Gabeur

2e SHANNON ROCK (H7)

D. Cottin (68)

Turgeon & Shannondore

Pr. : Mme H. Devin

Ent. : J.-P. Gallorini - El. : Mme H. Devin

3e MID DANCER (H12)

S. Dehez (68)

Midyan & Dancer Lady

Pr. : Ec. MD Bloodstock Limited

Ent. : C. Aubert - El. : G. Gilles

Arqana, octobre 2002, Deauville, Yearling, 8.000 €, Haras du Patis (rachat)