Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Les reactions des professionnels

Autres informations / 01.05.2013

Les reactions des professionnels

FRANÇOIS

ROHAUT : « UNE SAINE CONCURRENCE »

« C’est

la première fois que je viens à ce breeze up. Je trouve que l’organisation est

très bonne. Au niveau catalogue, j’ai vu des poulains avec du modèle, très bien

présentés et accessibles à toutes les bourses. J’ai également assisté à tous

les "breeze" ce matin. Cela s’est passé de façon très fluide, et sur

P.S.F., les actions sont plus uniformes que sur le gazon, même si les canters

n’ont pas une énorme influence sur ce que j’achète. Nous sommes venus avec

Marc-Antoine Berghgracht, l’équipe de Safsaf et leurs entraîneurs, et nous

avons acheté plusieurs lots. Ce genre de ventes crée une saine concurrence avec

Arqana, c’est un bon dérivatif. »

 

NICOLAS

DE WATRIGANT : « SUR LA BONNE VOIE »

«

J’étais déjà venu l’an dernier et nous avions acheté ici Zayev (Diableneyev),

qui a gagné en débutant à Deauville, en fin d’année, et qui devrait bientôt

effectuer sa rentrée. Le catalogue est bien monté en gamme. L’alliance avec

Tattersalls a sans doute permis de faire venir de nouveaux clients et l’on a vu

des courtiers britanniques comme Richard Brown de Blandford Bloodstock. Cela

prend la bonne direction. Les poulains sont dans l’ensemble bien préparés, bien

droit lors des "breeze". Le fait est que de nouveaux consignataires

reconnus, comme le haras du Saubouas, Philip Prévost-Baratte ou Alban Chevalier

du Fau, tirent l’ensemble vers le haut. C’est encourageant. »

 

THIERRY

DOUMEN : « DE VRAIS CHEVAUX DE COURSE »

« Je

n’étais pas venu l’an dernier, mais je suis agréablement surpris. Tout est bien

organisé et il y a un lot homogène, avec des chevaux de course. Évidemment, trois

ou quatre éléments sortent du lot, mais je n’ai pas vu grand-chose de médiocre.

Le travail est bien fait, les "breeze" se sont bien placés. Ce genre

de ventes représente une saine concurrence à Arqana ; elles sont importantes

pour reconquérir le propriétariat français. Avec un budget raisonnable, on peut

trouver des poulains pour aller aux courses. Il est vrai que j’attache moins

d’importance aux "breeze" que s’ils avaient eu lieu sur le gazon, car

sur P.S.F., l’action est plus flatteuse. Cela dit, on leur demande de faire des

canters propres, d’être droits, clés en main. Il faut faire ce que l’on sait

faire, sans chercher à imiter Newmarket, évidemment. »