Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Peter moody hausse le ton face aux rumeurs de steroïdes pour black caviar

Autres informations / 02.05.2013

Peter moody hausse le ton face aux rumeurs de steroïdes pour black caviar

L'affaire

Al Zarooni a mis en exergue l'utilisation autorisée de stéroïdes en période de

préentraînement dans certains pays du monde : Dubaï, États-Unis et Australie,

pour ne citer qu'eux. Des critiques et des rumeurs se sont alors élevées. La

British Horseracing Authority aurait notamment été sommée par certains

professionnels, d'affirmer que la championne Black Caviar (Black Caviar),

gagnante à Royal Ascot, ne s'était jamais vue injecter des substances

prohibées. Les entraîneurs étrangers venant courir en Angleterre sont supposés

déclarer si leurs chevaux ont été traités aux stéroïdes, et des tests sont

effectués sur les chevaux lorsqu'ils arrivent au Royaume-Uni. La B.H.A a

déclaré : « Il n'y a aucune preuve suggérant que les chevaux entraînés hors

d'Angleterre et ayant couru dans notre pays aient été sous l'influence de

stéroïdes. Il n'y a eu aucun cas positif aux stéroïdes anabolisants. Si tel

avait été le cas, le cheval aurait été interdit de courir. » Une réponse qui

n'aurait pas satisfait certains entraîneurs britanniques. Au bout d'un certain

temps, les stéroïdes anabolisants ne sont plus détectables, mais les effets

(prise de masse musculaire) restent. Peter Moody a réagi avec son franc-parler

habituel à ces accusations, auprès du Herald Sun australien. « Les stéroïdes donnent

plus de masse. Black Caviar est une jument imposante, et ce, depuis sa

naissance. Lui en administrer aurait été totalement contreproductif. » Peter

Moody répond par ailleurs aux attaques des entraîneurs anglais, « blancs comme

neige », par cette phrase : « Ils s'insurgent contre l'utilisation de

stéroïdes, alors qu'ils sont les premiers à donner du Lasix à leurs chevaux dès

qu'ils vont courir aux États-Unis. Peut-être que les "Angliches"

feraient mieux de s'occuper de leurs affaires avant de mettre leur nez dans les

nôtres. »