Prix d’hedouville (gr3) : pirika ne se fait pas pieger deux fois

Autres informations / 08.05.2013

Prix d’hedouville (gr3) : pirika ne se fait pas pieger deux fois

Troisième

pour sa rentrée dans le Prix Lord Seymour (L) où le démarrage des deux

animateurs l’avait piégée, Pirika (Monsun) n’a, cette fois, laissé personne

s’échapper dans le Prix d’Hédouville (Gr3). De nouveau attentiste, elle n’a pas

décroché dans la fausse ligne droite et, dans la phase finale, elle a fait très

grosse impression en passant tous ses adversaires en revue. Sa victoire est

d’autant plus méritante que, lors des premières épreuves de mercredi à

Longchamp, c’est le long du rail que les arrivées se sont jouées. Placée de Gr1

l’an dernier à l’occasion du Qatar Prix Vermeille, Pirika a été conservée à

l’entraînement à 5ans. Mercredi, elle a gagné sa première course de Groupe et a

fait dire à son partenaire, Pierre-Charles Boudot : « Elle a montré un vrai

changement de vitesse. L’an dernier, elle avait terminé deuxième du Prix

Vermeille en faisant un bon effort final. Sa rentrée lui a été bénéfique. Ce

n'était une course pour elle, car le rythme était plus celui d’un 3.000m que

d’un 2.400m. Il est difficile de revenir en pleine piste aujourd’hui, ce qui

rehausse encore la performance de Pirika. » En la voyant venir seule en pleine

piste et doubler ses adversaires, on aurait pu croire revoir sa mère, Païta

(Intikhab), troisième du Prix de Diane (Gr1) après un départ en retrait.

HAYA

LANDA COMME DANS "L’ARC"

Quatrième

du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1), Haya Landa (Lando) montre de nets

progrès après ses deux premières courses de l’année dans les Prix d’Harcourt

(Gr2) et Ganay (Gr1). Comme dans l'“Arc”, elle a fini fort le long du rail,

cette fois pour se classer deuxième. Son entraîneur, Sylvie Audon, a indiqué

après la course : « Elle court vraiment très bien. Quand le terrain est souple,

cela change tout. Elle a 5ans maintenant, et quand elle ne trouve pas son

terrain, elle se dit "non je n'y vais pas, ce n'est pas pour moi".

Pour sa prochaine sortie, je ne sais pas vraiment. C'est elle qui décide

maintenant. On y va au coup par coup. Il faudra à nouveau trouver son terrain.

»

REMUS DE

LA TOUR PROGRESSE ENCORE

Troisième

du Prix de la Porte de Madrid (L), Rémus de la Tour (Stormy River) a obtenu le

même classement ici, en courant bien mieux. Animateur, il a repoussé plusieurs

attaques dans la phase finale, montrant qu’il était sur la pente ascendante.

Son entraîneur, Keven Borgel, nous a raconté après la course : « Ses deux

courses précédentes étaient des parcours pédagogiques. Visiblement, cela a

porté ses fruits. Il effectue une bonne performance. Il n’y avait pas d’ordre

strict et ce sont les circonstances de course qui l'ont amené à se positionner

à l'avant. Quant à la suite de son programme, nous allons y réfléchir. Le Grand

Prix de Chantilly ? Je ne sais pas encore, mais j’aimerais bien ! » Entraîneur

du quatrième, Slow Pace (Distorted Humor), Freddy Head a dit pour sa part : «

Le cheval court bien. Il y a devant lui deux juments de Gr1. C’était un bon lot

et il a fait sa course. » Enfin, il est difficile de passer sous silence la

performance de Meleagros (King’s Best). Emmuré vivant durant les trois quarts

de la ligne droite, il a fini comme une balle, mais trop tard, après avoir dû

contourner plusieurs adversaires. Il méritait bien mieux que sa sixième place.

LA FILLE

DE PAÏTA

Élevée

par son propriétaire, Teruya Yoshida, sous la bannière de son haras, Shadaï

Farm, Pirika est le premier produit de Païta (Intikhab), que le

propriétaire-éleveur japonais avait achetée au cours de sa carrière de course.

Païta a commencé chez Mario Hofer, en Allemagne. Après une simple victoire dans

un maiden, elle a enlevé le Critérium de Saint-Cloud. Troisième du Prix de

Diane (Gr1) sous l’entraînement germanique, elle a conclu également troisième

du Prix Vermeille (Gr1) sous la responsabilité d’Élie Lellouche. Lauréate du

Prix Allez France (Gr3), elle a terminé sa carrière par une deuxième place dans

le Prix Corrida (Gr2). Pirika est aussi la nièce de Puntilla (Acatenango),

gagnante de Gr2 et cinquième du Prix de Pomone (Gr2) sur 2.700m à l’époque.