Prix d’ispahan (gr1) : la confrontation de la classe et de l’aptitude

Autres informations / 26.05.2013

Prix d’ispahan (gr1) : la confrontation de la classe et de l’aptitude

Sur la

piste pénible qui attend les concurrents du Prix d’Ispahan (Gr1), l’aptitude au

terrain peut brouiller les cartes. D’ailleurs, Jean-Pierre Gauvin a finalement

déclaré Saônois (Chichicastenango) non-partant. Un cheval comme Zinabaa (Anabaa

Blue) qui, en valeur pure, est en dessous des autres, peut en profiter pour

inscrire son nom au palmarès de ce Gr1, ouvert depuis 2001 aux hongres. Il

deviendrait ainsi le premier hongre à remporter l’épreuve. Deuxième de Golden

Lilac (Galileo) l’an dernier, Planteur (Danehill Dancer) a remarquablement

couru dans le Dubai World Cup (Gr1), n’étant battu que par Animal Kingdom

(Leroidesanimaux) et Red Cadeaux (Cadeaux Généreux). Marco Botti avait ensuite

évoqué une possible participation au Singapore International Cup (Gr1), mais,

de peur que la piste soit trop ferme à Kranji, il a privilégié l’option

française. Planteur apprécie Longchamp et devrait se sortir du terrain. Il peut

réaliser une grande performance.

LA

CLASSE AVEC BEAUTY PARLOUR

Beauty

Parlour (Deep Impact), autre produit élevé par l’Écurie Wildenstein, a été

déclarée non-partante dernièrement dans les Lockinge Stakes (Gr1), à Newbury.

Le terrain était trop ferme. Lors de sa dernière sortie l’an passé, Sir Henry

Cecil avait en effet expliqué que la pouliche n’avait jamais eu d’action sur

une surface trop ferme. Depuis qu’elle a été transférée en Grande-Bretagne,

elle n’a donc pas encore eu l’occasion de montrer l’étendue de son talent. Même

si elle effectue une rentrée, elle peut faire un "truc" à la Golden Lilac,

car c’est clairement celle qui a montré le plus de classe du lot.

LE JOUR

DE GLOIRE DE MAXIOS ?

À 5ans,

Maxios (Monsun) n’a pas encore brillé au niveau Gr1. Sa carrière a été

contrariée par des ennuis de santé, mais cette année, il peut rattraper le

temps perdu. Il a devancé Don Bosco (Barathea) dans le Prix d’Harcourt (Gr2)

avant de buter sur Pastorius (Soldier Hollow) dans le Prix Ganay (Gr1). Son

jour de gloire peut arriver dimanche. On ne peut rien reprocher à Don Bosco

depuis le début de l’année, si ce n’est sa rentrée à Cagnes où il n’avait sans

doute pas encore récupéré de son voyage à Hongkong. Il a réussi à contenir

jusqu’au bout l’attaque de Sarkiyla (Oasis Dream) dans le Prix du Muguet (Gr2).

Il peut de nouveau aller loin dimanche, même si sa mission est plus difficile

qu’à Saint-Cloud. Enfin, Sofast (Rock of Gibraltar) et Mandour (Smart Strike),

dont l’aptitude au terrain n’est pas avérée, sont a priori barrés pour la

victoire par différents rivaux.