Prix girofla : my alco nous fait une "mandali

Autres informations / 05.05.2013

Prix girofla : my alco nous fait une "mandali

Imposante

pouliche, My Alco (Dom Alco) n’avait pas été à son aise sur des pistes trop

souples, pour ses deux premières sorties. Dimanche, le terrain était plus

raffermi et sa tactique de prédilection, tête et corde, loin devant, a

fonctionné à merveille. La fille de Dom Alco a ainsi signé sa première victoire

dans le Prix Girofla. Un peu comme Mandali (Sinndar) dans la Grande Course de

Haies d’Auteuil (Gr1) en 2010,

My Alco

a dirigé les débats, détachée d’une trentaine de longueurs. Et dans le tournant

final, ses rivales étaient encore loin. Bien que fatiguée en fin de parcours,

ce qui explique qu’elle ait penché sur sa droite au franchissement de la

dernière haie, My Alco a vécu sur son avance. Aller devant et surtout s'y

maintenir jusqu'au poteau n'est moins que difficile, surtout à 3ans. Mais pour

durer, My Alco devra s'assagir car ce genre de courses laisse souvent des

traces. « My Alco est une pouliche compliquée, qu’il faut gérer [elle avait

fait quelques difficultés dans le rond, ndlr], a avoué Vincent Cheminaud,

jockey de la gagnante. Mais elle est comme ça aussi bien le matin que

l’après-midi. Nous sommes partis "régulier" et en face, j’ai pu la

reprendre. Aujourd’hui, elle a fait ça en force. » Love Flight (Irish Wells) a

réalisé des débuts prometteurs à Auteuil, elle qui restait sur un succès dans

le Prix d’Essai des Pouliches à Enghien. Toujours dans le groupe de chasse,

elle a été courageuse sur le plat pour contenir les assauts de Holy Virgin

(Saint des Saints). Quatrième, Martalette (Martaline) a tracé un bon dernier

kilomètre.

UNE MERE

GAGNANTE A AUTEUIL

Coélevée

par Thierry Cyprès, Jacques Détré et Nicolas de Lageneste, My Alco est une

fille de Dom Alco, dont l’influence sur l’élevage d’obstacle est remarquable et

de My Asadore (Kadounor), lauréate du Prix Auricula à Auteuil. Avant My Alco,

My Asadore avait donné une autre gagnante: Tête à Tête (Epalo), qui s’est

imposée sur le steeple de Saint-Brieuc. Fait amusant, si l’on remonte le

pedigree de My Alco, on retrouve en quatrième mère Almyre (Wild Risk),

génitrice d’une certaine Albertine (Irish River), à l’origine de la grande

famille Wildenstein des "A".