Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Compiègne : pourquoi tant de haine ?

Autres informations / 04.06.2013

Compiègne : pourquoi tant de haine ?

Certains syndicats et responsables politiques n’en finissent plus d’instrumentaliser l’affaire de la vente de l’hippodrome de Compiègne à des fins électoralistes et partisanes... Ainsi, la semaine dernière, le Tribunal administratif de Paris a été amené à examiner le recours en excès de pouvoir introduit par le Syndicat national unifié des personnels des forêts et de l'espace naturel. Il s’agissait une nouvelle fois de contester l’arrêté du 16 mars 2010 ayant autorisé la cession de l’hippodrome de Compiègne. En cette occasion, le rapporteur public aurait préconisé l’annulation de l’arrêté et l’annulation de la vente.

Problème : la Société des courses de Compiègne (S.C.C.) a été tenue à l’écart de cette procédure, alors qu’elle est concernée au premier chef. De ce fait, l’avocat de la S.C.C., Maître Emmanuel Marsigny, a écrit à la présidente du tribunal pour lui faire part de son incompréhension et s’est volontairement "constitué".

Maître Emmanuel Marsigny nous a aussi indiqué que cette incompréhension s’accompagnait d’une vive inquiétude en raison de la position exprimée par le rapporteur public, alors même qu’une précédente requête aux mêmes fins présentée par un autre syndicat de l’Office National des Forêts, avait été jugée irrecevable par ce même tribunal administratif le 10 février 2012.

Comment une plainte peut-elle être jugée irrecevable un jour... et recevable quelque temps après ? Mystère.

De son côté, la S.C.C. a tenu à rappeler qu’elle est une association à but non lucratif, régie par les dispositions de la loi de 1901, remplissant une mission d’intérêt général. Les syndicats aussi sont des associations ; mais on peut parfois se demander s’ils remplissent toujours une mission d’intérêt général !