Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Compte-rendu du dernier conseil d’administration de france galop

Autres informations / 26.06.2013

Compte-rendu du dernier conseil d’administration de france galop

Le conseil d’administration de France Galop s’est réuni lundi 24 juin. Le président de France Galop est, tout d’abord, revenu sur l’approbation par la Commission Européenne du projet français de taxe affectée sur les paris hippiques par Internet, en soulignant que cette décision reconnaissait, pour la première fois, le principe d’une rémunération spécifique de la filière hippique, différente du droit au pari sur les autres sports, pour financer la filière équine et la promotion de l'élevage de chevaux.

Il a regretté que la Commission ait décidé de limiter le montant de cette taxe à 5,6 %, alors que la Direction générale du marché intérieur avait donné son accord sur la loi française qui prévoyait un montant compris entre 7 et 9 %. Il a rappelé que l’accord de la Commission devait faire l’objet d’une transcription dans la loi de finances 2014 pour que les dispositions soient appliquées à compter du 1er janvier.

 

Une enquête suite à l’incident nantais

Le président a évoqué l’incident survenu à Nantes le 11 juin à la suite du non retrait des stalles de départ et s’est félicité qu’il n’y ait pas eu de conséquences graves pour les jockeys et les chevaux. Il a demandé au président de la Société des courses de Nantes de procéder à une enquête sur les raisons de cet incident et sur les mesures prises pour éviter de tels dysfonctionnements.

France Galop va d’ailleurs alerter les sociétés de courses qui organisent des réunions premium sur de tels risques.

Le président a souligné le succès de la réunion du Prix de Diane-Longines avec une assistance record de 47.000 personnes et s’est, une nouvelle fois, félicité du partenariat avec Longines qui contribue à renforcer la notoriété de cette journée.

Les membres du conseil d’administration ont donné leur accord sur les programmes des réunions premium de plat et d’obstacle, de la période du 1er septembre au 31 décembre 2013.

 

Plus de courses à Chantilly l’hiver

Les membres du conseil d’administration ont par ailleurs décidé d’augmenter le nombre de réunions à chantilly en janvier et février 2014, de 5 réunions de 8 courses sur la P.S.F. Ces courses sont déplacées de Deauville, en ramenant de 12 à 9 le nombre de courses de chacune des 13 réunions de décembre et janvier, ce qui était souhaité par les entraîneurs de Deauville.

L’horaire des réunions de Deauville sera ainsi décalé de 10 heures 30 à 12 heures afin de supprimer les contraintes que l’organisation de 12 courses à cette période de l’année imposait pour l’entraînement des chevaux du centre. L’augmentation des réunions à Chantilly en hiver est une expérience qui sera reconduite en 2015, si elle donne satisfaction sur le plan des partants tant à Chantilly qu’à Cagnes, et qu’elle ne génère pas un surcoût global pour France Galop.

Les membres du conseil d’administration ont pris connaissance des hypothèses de densification du calendrier des réunions premium en 2014 et demandé une étude complémentaire sur les conséquences de la poursuite de cette stratégie sur le calendrier des sociétés de courses en régions et les contraintes imposées aux professionnels.

 

La réforme des indemnités de transport

Faisant suite à la dénonciation du contrat relatif à l’obligation de transport par la STH Hipavia et dans le souci de pérenniser un système d’indemnisation des transports qui favorise le nombre de partants dans les courses premium et qui soit équitable pour les propriétaires, les membres du conseil d’administration ont décidé, après avoir pris connaissance des avis des conseils du plat et de l’obstacle, les évolutions suivantes, à compter du 1er septembre 2013 :

la revalorisation globale d’environ 7 % du barème des indemnités grâce aux économies réalisées, et donc à budget constant ; l’abandon de l’obligation de transport l’abaissement à 5.000 euros (hors prime propriétaire) du seuil d’allocation reçue en plat au-delà duquel l’indemnité de transport n’est pas versée (le seuil reste fixé à 6.000 euros en obstacle pour tenir compte de l’absence de prime propriétaire) l’abandon de l’indemnité pour les chevaux qui courent "sur place" la mise en place d’un plafond annuel d’indemnisation par cheval fixé à 1.000 euros entre le 1er septembre et le 31 décembre 2013 et à 2.500 euros pour 2014

la mise en place d’une nouvelle règle de calcul des distances (kilométrage réel).

Les membres du conseil d’administration ont donné leur accord pour que le montant forfaitaire demandé pour l’instruction du dossier d’agrément des éleveurs ne soit plus exigible lors du dépôt du dossier mais prélevé lors du versement de la première prime.