Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Hommages à sir henry cecil

Autres informations / 13.06.2013

Hommages à sir henry cecil

Tous les grands des courses ayant eu la chance de côtoyer Sir Henry Cecil lui ont rendu hommage. Nous retranscrivons ici les témoignages les plus marquants, ainsi que ceux que vous avez commencé à nous envoyer (et que vous pouvez continuer à envoyer à cg@jourdegalop.com).

PRINCE KHALID ABDULLAH

« C'est avec une grande tristesse que j'ai appris la mort d'Henry. Sa vie est une histoire remarquable, qui a inspiré beaucoup de monde. Son génie et sa sensibilité, spécialement dans l'entraînement de Frankel, sautaient aux yeux. Leurs deux noms resteront à jamais liés. Avant tout, c'était un véritable ami. »

TOM QUEALLY

« Il était très facile de monter pour lui. C'était un entraîneur génial et une personne encore plus formidable. Tout ce qu'il faisait était classe, il était tout simplement classe. Tout à son propos l'était. Il était d'une autre trempe. Beaucoup d'entraîneurs aspirent à devenir comme lui, mais personne ne pourra jamais l'égaler. Les courses vont se ressentir longtemps de sa perte : des gens comme lui, il n'en existe plus. Il avait une grande empathie envers ses chevaux et les gens qui l'entouraient. Il avait une façon extraordinaire de communiquer et de mettre les gens à l'aise. Il était à la tête d'une entreprise sérieuse, mais il faisait en sorte que cela paraisse fun, et je pense que toute son équipe le ressentait. Il connaissait ses chevaux par cœur et il était une vraie légende. Il était le plus grand et jamais plus nous ne verrons un entraîneur comme lui. Les courses ont perdu un diamant. »

SIR MICHAEL STOUTE

« Je ne pense pas que ce pays ait produit un plus grand entraîneur que lui. Je sais qu'aucun autre entraîneur n'a été autant aimé que lui. Et fallait voir son courage et sa résistance, alors qu'il continuait d'entraîner ses chevaux. Un grand homme. »

RICHARD HUGHES

« Ç'a été un privilège d'avoir pu être à ses côtés, et ses performances comme entraîneur parlent d'elles-mêmes. Sa force, c'était de ne pas être trop porté sur la technique : certaines personnes lisent des livres avec des schémas et des explications, mais pas lui. Nous avons probablement perdu l'un des plus grands entraîneurs de tous les temps. Frankel était un cheval exceptionnel, mais c'était aussi grâce à lui. »

KIEREN FALLON

« C'était une légende. Je suis devenu champion jockey dès ma première année passée avec lui. Nous nous entendions très bien et il laissera un grand vide. »

JOHNNY WEATHERBY, REPRÉSENTANT DE SA MAJESTÉ ÉLIZABETH II

« Il est évidemment très triste d'apprendre la mort de Sir Henry Cecil, ce mardi matin. Il a été une part intrinsèque du monde des courses et de Royal Ascot durant toute sa carrière. Personne n'a eu plus de succès que lui lors de ce meeting, et 75 gagnants sera un chiffre difficile à égaler. Nos pensées vont vers les membres de sa famille et nous penserons à eux toute la semaine prochaine. »

ED DUNLOP

« Que d'hommages magnifiques à Sir Henry. Le mien sera court : vous étiez mon plus grand et ultime héros. Merci pour tout ce que vous avez fait pour moi. »

PAUL NICHOLLS (SUR SON COMPTE TWITTER)

« Reposez en paix, Sir Henry Cecil. Une vraie légende. »

BROUGH SCOTT (AUTEUR DE HENRY CECIL : TRAINER OF GENIUS)

« C'est un décès dans notre famille et, évidemment, nos pensées vont avant tout vers sa famille. Henry faisait partie de celle des courses hippiques (...). Il était l'entraîneur le plus charismatique et le plus apprécié de tous. Il aimait la compétition et était une superstar absolue. Pas juste une superstar dans ce qu'il a fait, mais il a aussi rayonné sur les courses. Il a donné de la personnalité et de l'attractivité aux courses. Son combat contre le cancer, coïncidant avec l'ultime triomphe de Frankel, l'a mis au centre des attentions. Personne n'oubliera son apparition à York et à Ascot l'an dernier, alors qu'il amenait le meilleur pur-sang que le monde ait jamais vu.

Gérer Frankel, un cheval au tempérament explosif, a été un chapitre final épique. (...) Il ne vivait plus pour ses chevaux, il était vivant grâce à ses chevaux. Tout le monde aimait Sir Henry Cecil : la foule, le public, les fans des courses... Il nous a laissé de merveilleux souvenirs, et nous remercions le Seigneur de l'avoir eu parmi nous, de lui avoir donné Frankel ces dernières années. Si un cheval a jamais écrit une épitaphe à son entraîneur, c'est bien ce qu'a fait Frankel pour Sir Henry Cecil. »

STEVE CAUTHEN

« C'est une grande perte pour le sport et pour tous ceux qui le connaissaient. C'était quelqu'un à part : différent, spécial, un génie. Nous avons passé six ans formidables côte à côte. La première année, nous avions eu de grands moments quand Slip Anchor a remporté le Derby, et Oh So Sharp la Triple couronne des pouliches. Il y en a eu bien d'autres : les victoires d'Old Vic dans les Derby français et irlandais, Reference Point, Indian Skimmer... Il y en a tellement. Il avait un grand sens de l'humour.

C'était quelqu'un d'une très grande intelligence, qui savait où situer ses chevaux. Il essayait de s'amuser. L'atmosphère, lorsque j'étais à Warren Place, était juste fantastique. C'était grâce à lui. Nous travaillions en équipe, mais tous les yeux étaient tournés vers lui. C'est lui qui décidait où courir ses chevaux. Il avait une manière d'entraîner géniale, et une façon de situer ses chevaux qui était fantastique. C'était un entraîneur à part. Avoir Frankel et terminer sa carrière ainsi, alors qu'il était en mauvaise santé, était incroyable. Il a effectué un travail parfait pour faire de Frankel le cheval qu'il était. »

SIMON BRAY (ANALYSTE CHEZ TVG ET ANCIEN ASSISTANT DE SIR HENRY CECIL)

« J'ai travaillé directement chez Sir Henry Cecil après avoir quitté l'école et j'ai passé cinq ans à son côté avant de partir aux États-Unis. Il était réellement unique et remarquable, à la fois comme personne et comme entraîneur. Professionnellement, c'était en fait assez difficile d'apprendre de lui. Il était comme un génie. Il avait un sixième sens avec les chevaux et agissait en fonction de son instinct plutôt qu'en fonction des règles. Sir Henry était quelqu'un de gentil, généreux et humble. »

THIERRY DE CHAMBORD

« Lors de notre venue à Ascot l’année dernière, j’avais croisé ce gentleman aux chaussettes jaunes. Poliment, je l’avais salué ; courtoisement, il m’avait répondu ... Jamais je n’oublierai ! »

YVES DÉCRION

« Ce n’est pas par hasard que Henry Cecil est Sir. Il a été un très grand entraîneur, et ce, sur plus de trente ans. Il a eu Frankel pour sa dernière année ; qui ne rêverait pas d’entraîner Frankel ?

Il part après avoir façonné le meilleur cheval de ce siècle ; je vais aux courses depuis cinquante ans et je n’ai pas vu de meilleur cheval entre Frankel et Sea Bird. Si je puis m’exprimer : c’est une belle sortie que de franchir la porte avec Frankel. Après avoir entraîné le cheval de sa vie. Beaucoup en aimeraient une de cette teneur. J’espère que les Anglais créeront des Sir Henry Cecil Stakes. »