Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Now we can s’immisce parmi l’elite des chevaux d’age

Autres informations / 03.06.2013

Now we can s’immisce parmi l’elite des chevaux d’age

Ce Grand Prix de Chantilly (Gr2) 2013 a marqué l’arrivée de Now we Can (Martillo) parmi l’élite des chevaux d’âge français. Face à plusieurs bonnes valeurs, et notamment opposé au lauréat du "Jockey Club" 2012, Saônois (Chichicastenango), il a confirmé qu’il était le bon cheval entrevu dans le Prix Lord Seymour (L). Ce jour-là, à Longchamp, il n’avait pas été piégé dans une course tactique. Dimanche, face à des chevaux plus endurcis que lui, Now we Can aurait pu payer son relatif manque d’expérience. Mais comme le bon cheval qu’il est, il a surmonté ce désavantage. Après avoir galopé à l’extérieur de l’animateur, Rémus de la Tour (Stormy River), il a rejoint ce dernier dans le faux plat, à cent mètres du but et, à la lutte, il a pris l’avantage dans les derniers mètres pour gagner d’une tête. L’arrivée de ce Gr2 a été serrée puisque les cinq premiers ont passé le disque en moins d’une longueur. Mais que l’on ne s’y trompe pas. Si l’arrivée est digne d’un handicap, c’est bien le meilleur cheval qui l’a emporté. Now we Can est monté en gamme au fil de ses courses. Tardif, il s’est enclenché dès que son mentor l’a rallongé, après des débuts manqués sur une distance de 1.600m, trop courte pour lui. Son entraîneur, Nicolas Clément, nous a déclaré : « Aujourd’hui, Now we Can s’est montré très courageux. C’est un cheval qui est froid le matin. 2.400m, c’est son truc, mais il a besoin de quatre semaines entre ses courses. Si l’on excepte sa course de débuts, il est invaincu. Il nous surprend à chaque fois. Nous avons beaucoup de chances d’avoir un cheval comme lui. Nous avons désormais pas mal d’options. Le Grand Prix de Saint-Cloud en est une, mais cela vient un peu vite. » Now we Can a été engagé dans le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1). Il appartient à Winfried Engelbrecht-Bresges, propriétaire allemand qui dirige le Hong Kong Jockey Club.

SYLVIE AUDON : « LA PLUIE S’EST ARRETEE TROP TOT... »

Face aux chevaux d’âge, mâles et femelles réunis, Haya Landa (Lando) trouve des tâches plus faciles que face aux femelles uniquement. Elle s’est de nouveau très bien défendue, en prenant la deuxième place, sur une piste pas suffisamment souple pour elle. Cette année, Haya Landa donne l’impression qu’elle a encore progressé. Entraîneur d’Haya Landa, Sylvie Audon nous a déclaré : « Je suis ravie et déçue à la fois. Elle fait encore quelque chose d’exceptionnel aujourd’hui, d’autant plus qu’elle ne courait pas sur son terrain. La pluie s’est arrêtée trop tôt... Je suis déçue pour elle : elle mérite vraiment sa victoire de Groupe. Pour la suite, nous allons suivre le programme que nous avions déjà établi : elle va aller sur le Grand Prix de Vichy, à condition que le terrain soit souple. Nous ne voulons pas prendre le risque de faire un long voyage pour ne pas trouver un terrain lui convenant. Ensuite, ce sera le Grand Prix de Deauville, encore une fois selon le terrain. Et l’"Arc", si on peut le courir. »

REMUS DE LA TOUR REFAIT SA MEILLEURE VALEUR

Rémus de la Tour aime la piste cantilienne. L’an passé, il y avait remporté le Prix du Lys (Gr3). Cette année, il n’est pas passé loin de la victoire dans ce Grand Prix de Chantilly. Vite aux avant-postes, comme il en a l’habitude, il a montré du courage et prouvé qu’il ne valait pas sa cote de 22/1. Mentor de Rémus de la Tour, Keven Borgel nous a dit : « C’est génial. Il refait sa meilleure valeur, celle qu’il avait faite dans le Prix du Lys. Nous nous étions dit que s’il courait bien ici, nous pourrions l’engager dans le Grand Prix de Saint-Cloud, mais il faut voir, car c’est dans trois semaines, avec, à chaque fois, un long voyage. Pour l’anecdote, j’ai été stagiaire chez Nicolas Clément, et j’ai bien vu qu’il prenait ma roue dans le parcours ! » Après avoir attendu en dernière position, Pirika (Monsun) a tracé la même fin de course fulgurante que dans le Prix d’Hédouville (Gr3). Mais elle a dû se contenter de la quatrième place, devant son compagnon d’entraînement, Dance Moves (Dansili).

DECEPTION DE SAONOIS

Huitième. C’est le classement de Saônois, dont on attendait beaucoup mieux dans ce Grand Prix. Il a attendu dans la seconde moitié du peloton. Son parcours a été excellent, mais il n’a jamais été capable de placer une vraie accélération. Le pensionnaire de Jean-Pierre Gauvin tarde à se retrouver.

LA FAMILLE DE NOROIT

Now we Can est un fils de Martillo, double lauréat du Prix du Muguet (Gr2). Cela explique en partie pourquoi Nicolas Clément a débuté Now we Can sur 1.600m. Ce dernier a alors terminé septième. Notre Dame (Acatenango), la mère de Now we Can, a déjà produit un black type, Now Again (Lomitas), placée de Listed. Noble Princesse (Windwurf), la deuxième mère de Now we Can, est également la génitrice de Noël (Acatenango) et Noroit (Monsun), lauréat de Gr2 et placé de Grs1.

 

GRAND PRIX DE CHANTILLY

Gr2 Plat 130.0002.400m Pour chevaux entiers, hongres et juments de 4 ans et au-dessus. Poids: 56 k.

1er NOW WE CAN (M4)

T. Thulliez (56)

Martillo & Notre Dame

Pr. : W. Engelbrecht-Bresges

Ent. : N. Clément El. : Gestut Zoppenbroich

2e HAYA LANDA (f5)

F. Blondel (54,5)

Lando & Haya Samma

Pr.:MmeO.Fau

Ent. : Mme L. Audon El. : Mme Odette Fau

3e RÉMUS DE LA TOUR (M4)

N. Perret (56)

Stormy River & Calithea

Pr. : B. Vives Ent. : K. Borgel

El. : Mme Anne de Clermont Tonnerre

 

LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Départ à 1.000m : 1’05’’33

1.000m à 600m : 25’’58

600m à 400m : 12’’09

400m à 200m : 11’’29

200m à l’arrivée : 11’’49

Temps total : 2’33’’16