Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Passé, présent et avenir d’intello

Autres informations / 04.06.2013

Passé, présent et avenir d’intello

Au lendemain de la victoire d’intello?(Galileo) dans le Prix du Jockey Club (Gr1), Pierre-Yves Bureau est revenu sur le début de carrière du cheval et a passé en revue ses opportunités futures.

LE "JACQUES LE MAROIS"

« Pour les propriétaires, le Prix Jacques Le Marois est une option tout à fait envisageable, d'autant que cette course leur tient à cœur. Mais André Fabre décidera d'y présenter, ou non, Intello en fonction de la forme du cheval. Le Prix Jacques Le Marois sera la seule épreuve que courra Intello s’il est revu avant l’automne. Le Prix Jean Prat, par exemple, n’est pas du tout envisagé. »

L’“ARC DE TRIOMPHE”

« Même s’il court le "Jacques Le Marois", cela ne ferme pas l'option d’aller sur 2.400m à l’automne. Aujourd’hui, nous envisageons deux possibilités. Courir à Deauville ou bien attendre l’automne. André Fabre est le meilleur juge du programme du cheval et il reste du temps pour affiner ces décisions concernant des épreuves qui se dérouleront dans deux mois ou plus. »

UN CHEVAL QUI A PASSÉ UN CAP CET HIVER

« Les deux victoires d’Intello à 2ans n’étaient pas si impressionnantes, mais le cheval gagnait à chaque fois sûrement. Olivier Peslier est doué pour donner de bonnes leçons aux jeunes chevaux et ne pas les mettre dans le rouge pour effectuer des démonstrations. Finalement, à 2ans, Intello faisait ce qu’on lui demandait. L’hiver lui a été bénéfique et le cheval a gagné en maturité. Il aurait pu courir une grande course à 2ans, mais son entraîneur a logiquement privilégié sa carrière de 3ans. Le pedigree d’Intello indiquait qu’il ferait carrière à 3ans plutôt qu’à deux. Et lors de sa rentrée à Newmarket, Intello a effectué une démonstration, ce qui n'était pas le cas auparavant. Finalement, il sait tout faire. C’est le propre des bons chevaux de s’adapter à toutes les situations. »

INTELLO ÉTALON ?

« Sur ce sujet, j’ai une réponse claire : il est encore trop tôt pour en parler ! Il est logique qu’Intello suscite de l’intérêt au regard de ses performances, de son papier et de son modèle. Mais pour l’instant, il a toujours une carrière de course à mener et il ne faut pas précipiter son avenir. »

INTELLO, SIGNÉ GALILEO

« Intello est signé par Galileo, notamment au niveau de son élégance. Sa mère, Impressionnante, était une vraie Danehill. C’était une bonne jument de course, semi-classique, qui s’est placée dans la Poule d’Essai, a terminé deuxième d’un très bon Prix d’Astarté et a gagné le Prix de Sandringham. Elle avait été conservée à l’entraînement à 4ans, sans grande réussite. Il n’est pas toujours évident pour les juments de gérer le passage d’une génération. »

UN CHEVAL TRÈS MANIABLE

« Intello a gagné corde à gauche, corde à droite et en ligne droite. C’est un cheval très maniable et il a été monté comme le sont les très bons chevaux dans le "Jockey Club". Les ordres étaient clairs, il fallait éviter les aléas et ne pas subir. Ensuite, seule sa qualité allait déterminer s’il pouvait gagner ou pas. »

TRENTE-HUIT ANS D’ATTENTE ET DE SÉLECTION

Suite à la disparition de Jacques Wertheimer, le 6 février 1996, l’entité Wertheimer & Frère a repris les couleurs bleu et blanc. Animée par Alain et Gérard Wertheimer, elle a dû attendre dix-sept ans et son onzième partant dans le "Jockey Club" pour gagner le Derby français. La victoire a failli être au rendez-vous en 2004, avec Prospect Park (Sadler’s Wells), battu d’une tête par Blue Canari (Acatenango) et, l’an dernier, Nutello (Lemon Drop Kid) était troisième, très proche des deux premiers. Il aura fallu trente-huit ans pour que les couleurs Wertheimer brillent de nouveau dans le "Jockey Club". Intello fait suite à Val de l’Orne (Jacques Wertheimer), gagnant du Derby français en 1975. Le troisième gagnant Wertheimer dans le "Jockey Club" étant Roi Lear (Mme Germaine Wertheimer), en 1973.

UN NOUVEL ELAN AVEC GOLDIKOVA ?

Suite à Egyptband, la gagnante du Prix de Diane en 2000, la casaque a continué d’aligner les succès, mais les vrais classiques se sont fait attendre. L’élevage et le propriétariat sont aussi affaire de patience et l’année 2008 a marqué un vrai rebond pour l’Écurie Wertheimer. Avec Falco (Pivotal), lauréat de la Poule d’Essai des Poulains (Gr1), aujourd’hui étalon en France, et, surtout, l’avènement de Goldikova?(Anabaa), héroïne de quatorze Grs1 de 3 à 6ans ainsi que véritable idole du turf français. Goldikova a fourni un nouvel élan aux couleurs Wertheimer et a été une véritable locomotive pour toute l’équipe. L’après Goldikova s’est parfaitement bien déroulé, avec le succès de Solémia (Poliglote) dans le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1) en 2012 et, aujourd’hui, les 3ans Intello et Silasol (Monsun), cette dernière étant candidate au Prix de Diane-Longines (Gr1). La sélection paye toujours et en allant chercher de grands étalons, Wertheimer & Frère continuent année après année de produire des chevaux de premier plan depuis la base de Saint-Léonard.

FABRE & WERTHEIMER, UNE COLLABORATION ENTAMEE EN 2004

Ce "Jockey Club" 2013 a été remporté avec un cheval placé chez André Fabre. C’est en 2004 que l’entraîneur a reçu ses premiers yearlings de Saint-Léonard et parmi ses premiers élèves Wertheimer & Frère, figuraient Sweet Travel (Danzig), placée de Groupes à 2ans, puis Légèreté (Rahy), gagnante des Prix de Royaumont (Gr3) et de Malleret (Gr2) et placée de Grs1. En 2010, André Fabre a gagné son premier Gr1 pour les couleurs Wertheimer & Frère avec Plumania (Anabaa), dans le Grand Prix de Saint-Cloud.

Enfin, comme le rappelait Olivier Peslier, premier jockey de Wertheimer& Frère, chaque succès récompense un véritable travail d’équipe, de Saint Léonard à l’entraînement.

INTELLO?ÉTALON EN FRANCE, UN RÊVE ACCESSIBLE ?

Intello?(Galileo) a tout pour faire rêver les éleveurs. Classe, vitesse, modèle, pedigree... Il affiche toutes les qualités requises pour devenir un grand étalon. Dimanche, après son succès dans le Prix du Jockey Club (Gr1), beaucoup se projetaient déjà sur son avenir au haras. Intello étalon en France, est-ce imaginable ? Nous avons posé cette question à plusieurs responsables de grands haras français, ainsi qu’à Loïc Malivet, Président du syndicat des éleveurs.

ÉRIC PUERARI (HARAS DES CAPUCINES)

« Intello étalon en France, ce serait non seulement un acte souhaitable de la part de ses propriétaires, qui sont bien entendu libres de prendre leur décision mais qui sont engagés dans une opération d’élevage en France, mais aussi un acte courageux, intelligent et majeur pour remettre la France au centre de l’échiquier de l’élevage européen. L’arrivée de Redoute’s Choice en France, grâce à l’Aga Khan, a également représenté une avancée importante pour l’élevage français. Où qu’il aille, un cheval comme Intello, qui allie classe, vitesse, modèle et pedigree, connaîtra le succès avec de grandes juments. Mais je pense même qu’il aurait un attrait supérieur s’il restait en France, d’une part parce que sa carrière devrait avoir lieu majoritairement sur notre sol, ensuite parce que les marché anglais et irlandais est déjà inondé par le sang de Galileo. Évidemment, le haras des Capucines serait très demandeur et le soutiendrait s’il venait à faire la monte en France. Mais il faut respecter la liberté de chacun, tout en reconnaissant que peu de choses sont faites par les instances pour encourager les éleveurs en France et que la logique du marché, malheureusement, va plutôt vers une concentration des étalons en Irlande. »

HENRI BOZO (ECURIE DES MONCEAUX)

« Intello étalon en France, ce serait une opportunité fabuleuse pour l’élevage français, au vu du potentiel en course du cheval, de son modèle, de son croisement entre Galileo et une fille de Danehill, de sa vitesse, du fait qu’il soit gagnant de "Jockey Club" ainsi que gagnant à 2ans... Il représente le type même du grand étalon. L’exemple de Redoute’s Choice nous montre qu’il y a en France des gens prêts à effectuer des efforts financiers pour envoyer leurs juments à ce genre d’étalon, donc qui ont foi en l’avenir. La solution pour garder un tel cheval en France passe par la constitution d’un pool d’investisseurs, donc l’union de différents haras, comme cela s’est fait pour Falco par exemple, à un niveau inférieur, tout en comptant sur la volonté des frères Wertheimer de privilégier la France. On peut aussi facilement imaginer qu’un tel cheval attirerait des juments en provenance de Grande-Bretagne, d’Irlande et d’Allemagne. »

NICOLAS DE CHAMBURE (HARAS D’ETREHAM)

« Pourquoi ne serait-il pas envisageable d’avoir un cheval comme Intello en France ? Premièrement, les frères Wertheimer ont une telle jumenterie qu’ils seraient sans doute ravis de garder leur cheval en France. Ensuite, pour un tel

cheval, la constitution d’un pool d’investisseurs français, mais aussi anglais, irlandais ou allemands, est complètement imaginable. Et bien entendu, ce serait une superbe nouvelle pour l’élevage français. »

LOÏC MALIVET (PRÉSIDENT DU SYNDICAT DES ÉLEVEURS)

« Tout d’abord, il faut souligner que dimanche, tout le monde était unanime pour dire que le meilleur avait gagné. Intello a dominé un très bon lot, car Morandi et Sky Hunter sont des chevaux qui vont briller au plus haut niveau. Intello est donc un cheval de tout premier plan, issu de Galileo, un courant de sang qu’il faut absolument récupérer en France. L’accueillir dans notre parc étalon serait exceptionnel et nous permettrait de relever le défi face à nos amis anglais et irlandais. On a vu avec l’exemple de Makfi, pour lequel il y a eu des discussions importantes qui n’ont finalement pas abouti, que ce n’est pas simple. Il faut donc partir de loin, y penser dès maintenant, trouver le bon leader pour gérer le tour de table. Je pense que les nouveaux investisseurs internationaux qui ont choisi de s’installer en France, notamment en provenance du Qatar, peuvent représenter un plus s’ils acceptent de s’associer sur un tel cheval. Les arrivées de Redoute’s Choice et d’étalons comme Manduro ou Motivator, sont des éléments qui annoncent un tournant pour l’élevage français. Je ne peux que souhaiter une confirmation avec l'arrivée d’un cheval comme Intello. »