Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Flintshire, un feu d’artifice signe juddmonte

Autres informations / 15.07.2013

Flintshire, un feu d’artifice signe juddmonte

Troisième lauréat du Grand Prix de Paris (Gr1) ayant Dansili comme père et Juddmonte Farms comme éleveur, après Rail Link et Zambezi sun, Flintshire a déclenché en cette veille de fête nationale un vrai feu d'artifice de classe pure. Focus sur un pedigree à la fois classique et singulier, le meilleur d'une famille qui ne fut pas toujours bénie par la chance...

Par Thierry Grandsir (DNA Pedigree)

OPUS 13 POUR DANSILI

Fort curieusement, Flintshire nous offre pour la première fois l'opportunité de parler de son père, Dansili, dont les produits n'avaient pas enregistré de victoire dans une course de Gr1 en France depuis 2007, année du succès de Zambezi Sun dans ce même Grand Prix de Paris, suivant une saison 2006 marquée par les exploits de Rail Link (Grand Prix de Paris, Prix de l'Arc de Triomphe) et de Passage of time (Critérium de Saint-Cloud), d'où un titre de tête de liste des pères de gagnants à la clé. Pourtant, Dansili est clairement l'un des meilleurs reproducteurs européens, aujourd'hui responsable de treize gagnants de Gr1 dont le champion Harbinger, la régulière Proviso et notre belle Giofra. L'écart s'est brisé un treize juillet.

Très beau cheval, masculin et puissant, de bonne taille (1,64 m), carré et très bien équilibré, Dansili fut un miler des plus réguliers et talentueux, doté d'une superbe pointe de vitesse. Si son palmarès ne le crédite que d'une victoire dans un Gr2 (le Prix du Muguet) et de deux succès dans des Gr3, on peut clairement invoquer la malchance lors de ses tentatives au niveau supérieur, ayant eu à affronter des adversaires du calibre de Dubai Millenium, Sendawar et autre Giant's Causeway, avant de conclure sa carrière par un parcours malheureux dans un Breeders' Cup Mile (Gr1), qui lui était promis au regard de la fin de course époustouflante qu'il délivra ce jour-là. Pas de chance...

Ayant pour père le chef de race Danehill et pour mère la gagnante de Listed Hasili, une petite jument au modèle réduit (bien dans le type "Kahyasi") mais qui sut produire des chevaux athlétiques (plutôt signés "Île de Bourbon"), Dansili est le propre frère, ou trois quarts frère, de cinq gagnants de Gr1 : Banks Hill, Cacique, Champs Élysées, Heat Haze et Intercontinental. Une liste suffisamment évocatrice pour statuer sur son capital génétique hors norme ! À ce jour, dix-sept de ses fils ont intégré le haras, dont strategic Prince, père de la gagnante de Gr1 La Collina (Phoenix Stakes), Zambezi Sun (stationné au haras de la Hêtraie), père de vainqueur avec ses premiers 2ans, et Early March, lequel nous a tristement quittés l'an passé suite à un accident survenu durant une saillie, gratuite qui plus est. Pas de chance non plus...

Sur le plan du croisement, Flintshire est le troisième gagnant de Groupe produit par Dansili avec une fille de Sadler's Wells, après Passage of Time et The Fugue (Nassau Stakes), formule que l'on rencontre également chez La Collina (père par Dansili, mère par Galileo). Une combinaison à laquelle Dansili est abondamment et logiquement exposé, histoire de reproduire le croisement magique Danehill x Sadler's Wells. Au passage, on notera que ce dernier, dont le sang coulait dans les veines de cinq des huit participants à ce Grand Prix de Paris, enregistre avec Flintshire son quarante- sixième gagnant de Gr1 en tant que père de mère dans notre hémisphère, et que six d'entre eux sont par Danehill ou un de ses fils.

ILE DE BOURBON, EN 4X4

Bien qu'ultra-classique, le pedigree de Flintshire présente une singularité : la duplication en 4x4 de l'étalon Île de Bourbon, dont il fut d'ailleurs question lors de notre étude concernant Novellist, récent lauréat du Grand Prix de Saint-Cloud (Gr1) (mère par Lagunas). La loi des séries, sans doute. De modèle imposant, issu d'un gagnant de Derby (Nijinsky) et d'une lauréate du Prix de Diane (Roselière), frère utérin de Rose Bowl (Champion Stakes), Île de Bourbon s'était lui-même distingué en enlevant les King George VI & Queen Elizabeth II Stakes (Gr1 - devant Acamas) à 3ans, avant de s'adjuger la Coronation Cup (Gr1 - devant Frère Basile et Gay Mécène) l'année suivante. Dupliquer son nom dans un pedigree peut présenter certains

risques : celui d'obtenir un cheval au modèle trop lourd, de générer un excès de tenue, ou de voir resurgir l'influx excessif qui le caractérisait, et qui généra des passages de forme très éphémères durant toute sa carrière de courses. Par chance, Flintshire est exempt de ces imperfections.

Île de Bourbon est un réel vecteur de tenue dans un pedigree. Pour s'en convaincre, on notera que le seul gagnant de Gr1 issu d'une de ses filles est le stayer Give Notice, un fils du rapide Warning, lauréat du Prix du Cadran (Gr1) sur 4.000m. Une tenue classique que l'on retrouve chez Flintshire, dont le pedigree s'orne des noms de Ribot, Kahyasi, Roberto, Shirley Heights, Mill Reef et Nijinsky, tous gagnants classiques sur 2.400m, en sus de Sadler's Wells et Île de Bourbon. Le Prix de l'Arc de Triomphe tombe pile sur sa distance...

ENCORE ET TOUJOURS LA FAMILLE 4-M...

Notre jeune champion émane de la famille 4-m, à l'image d'intello (Galileo), porteur de la combinaison Sadler's Wells x Danehill sur une même base (probable) d'ADN mitochondrial. La branche dont est issu Flintshire, admirablement exploitée par Juddmonte, avait jusqu'alors joué de malchance, et n'avait produit qu'un autre gagnant de Gr1 sous les quatre premières mères grâce à Spanish Moon, lauréat du Grand Prix de Saint-Cloud (Gr1) et aujourd'hui étalon au Haras national du Lion-d'Angers. Ce fils de l'influent El Prado (Sadler's Wells) issu d'une fille de Bourbon Girl (troisième mère de Flintshire) aurait sans doute pu orner son palmarès d'autres succès de prestige, s'il ne s'était accidenté à l'âge de 2ans, et s'il n'avait été interdit d'hippodrome durant plusieurs mois en Angleterre à cause de ses facéties devant les stalles de départ. Pas de chance. Un autre membre de la famille proche dont la carrière comporte son lot d'aléas est Apsis, un fils de Barathea (Sadler's Wells) et d'Apogée, donc trois quarts frère de la mère de Flintshire. Miler brillant, très doué, il ne dut sans doute qu'à des problèmes physiques récurrents de ne pouvoir dépasser le niveau Gr3 en course. Il est stationné au haras de la Rousselière et se recommande de la paternité du bon stayer Les Beaufs, dernier lauréat en date du Prix Royal-Oak (Gr1).

Pas de chance non plus pour Daring Miss. Fille de Sadler's Wells et de Bourbon Girl (donc trois quarts sœur génétique de la mère de Flintshire), elle s'adjugea le Grand Prix de Chantilly (Gr2) mais échoua aux portes du Gr1, se classant deuxième du Grand Prix de Saint-Cloud (Gr1) entre Montjeu et Sagamix, deux gagnants d'“Arc” ! Même commentaire pour Bourbon Girl elle-même, qui ne remporta qu'une simple victoire avant de se placer deuxième des Oaks et des Oaks d’Irlande (Grs1) d'Unité, deuxième des Musidora Stakes (Gr3) d'indian Skimmer, et troisième des Yorkshire Oaks (Gr1) de Bint Pasha, le tout à 3ans.

Sa fille, Apogée, empocha quant à elle trois de ses cinq sorties publiques, avec pour point d'orgue le Prix de Royaumont (Gr3) sur 2.400m. Comme il se doit, elle rencontra les meilleurs étalons du moment pour ne produire que des vainqueurs, à une exception près : Appearance, fruit de sa seule union avec Galileo. Pas de chance... Quant à Dance Routine, mère de Flintshire, elle tenta le difficile pari de disputer le Prix de Diane (Gr1) seulement une semaine après s'être imposée dans le Prix de Royaumont (Gr3) sur 2.400 m, et ne trouva devant elle que l'excellente Bright sky pour la priver de la consécration... .

Elle ajoutera toutefois le Prix de Royallieu (Gr2) à son palmarès, avant d'entrer au haras.

Après Deliberate (King's Best), gagnante à 3ans avant d'échouer dans une Listed, et ideal Match (Rock of Gibraltar), qui n'a pas couru, Dance Routine a donné le jour à deux fils de Dansili : Dance Moves, gagnant du Prix de Boulogne (L) et qui vient tout juste de s'illustrer dimanche en s'adjugeant le Prix Louis Desboudet (L) à Vichy, et Flintshire, son quatrième produit. Elle a une pouliche yearling par Oasis Dream. Enfin, pour être complet, on ajoutera que cette souche très vivante est aussi celle du valeureux Don Bosco (Barathea), lauréat cette année du Prix du Muguet (Gr2).

Daring Miss

LA CHANCE TOURNE TOUJOURS

Le succès des grands élevages dont Juddmonte est l'un des modèles ultimes, repose généralement sur une stratégie privilégiant les meilleurs, qu'il s'agisse des hommes (manager, entraîneur, jockey, lads), des étalons et de la jumenterie, et sur une persévérance déterminée dans le choix des croisements. Que l'on dispose ou non de moyens importants, la chance finit toujours par répondre à la provocation. Il faut juste, parfois, être patient...

QUELQUES IDEES DE CROISEMENT...

On le sait, Juddmonte Farm ne dispose pas d'antenne d'étalonnage en France. Imaginez un instant que les Frankel, Dansili et autre Oasis Dream soit stationnés chez nous, et Redoute's Choice se sentirait un peu moins seul... Quoi qu'il en soit, les origines Juddmonte transparaissent chez plusieurs de nos reproducteurs, dont Apsis, Spanish Moon et Zambezi Sun, cités dans notre étude. Apsis étant le plus âgé, plusieurs de ses filles ont déjà intégré le haras, ce qui nous amène tout naturellement à suggérer pour elles deux croisements inspirés du pedigree de Flintshire :

_avec Zambezi Sun, on obtient une combinaison Dansili x Sadler's Wells x Apogée, donc très proche de celle du vainqueur du Grand Prix de Paris 2013, plus une duplication en 5x5 d'Île de Bourbon et le renforcement de l'inbreeding sur Habitat présent chez Apsis ;

_avec Spanish Moon, le croisement génère un inbreeding sur Sadler's Wells sous forme d'équivalence génétique entre El Prado et Barathea, tous deux issus de petites-filles de Sir Gaylord, et une duplication spéculative en 3x4 de Bourbon Girl.

Avis aux amateurs qui souhaitent provoquer la chance, à moindre frais !