Le tour de force de karakontie

Autres informations / 02.07.2013

Le tour de force de karakontie

Encore loin des premiers à l’entrée de la ligne droite, Karakontie (Bernstein) a réalisé quelque chose de rare à Compiègne pour venir s’imposer. Rapproché le long du rail et venu très vite, Itoobeboss (Lawman), le propre frère d’Us Law, a fait illusion pour la victoire avant que ne s'enclenche Karakontie à l’extérieur. À cet instant, il aidait quelque peu Ectot (Hurricane Run), un peu désemparé avant de bien se ressaisir. Le lauréat défend les couleurs de la famille Niarchos et était monté par Stéphane Pasquier, qui a livré après la course : « J’avais eu l’occasion de le travailler le matin. Il avait bien "bossé" et c’est pour l’instant le meilleur 2ans que j’ai monté cette année. Il est encore un peu vert et possède de la marge, vu ce qu’il a effectué. Car s'imposer en étant loin de la tête à l'entrée de la ligne droite n'est pas chose aisée à réaliser. » Il faut noter que Karakontie était muni de guêtres pour ces débuts.

UN DESCENDANT DE MIESQUE

Karakontie possède la particularité d’avoir le suffixe JPN, comme Japon. Sa mère, Sun is Up (Sunday Silence), possède le même. Elle a couru en France sans montrer de qualité en quatre sorties, mais a déjà produit Bottega (Mineshaft), gagnant de Listed à 2ans en France. La deuxième mère de Karakontie, Moon Is Up (Woodman), est gagnante du Prix de Lieurey (Listed à l’époque) et placée de Gr3. Surtout, c’est une fille de la grande championne Miesque.