Oriental wind, une reclamation judicieuse

Autres informations / 15.07.2013

Oriental wind, une reclamation judicieuse

Acquise à réclamer lors de son succès début juin à Longchamp, Oriental Wind (Zamindar) avait attiré les investisseurs, puisque six bulletins avaient été déposés dans l’urne. Matthieu Offenstadt avait emporté la cession pour 31.625 euros, alors que la pouliche était proposée à 23.000 euros. Oriental Wind a justifié cette somme en s’imposant dans le Prix des Compagnons de la Ficelle (D), à l’issue d’une vive lutte avec Mixer Swing (Carlotamix), qui bénéficiait de la décharge d’Elliot Canal. Après un mauvais départ, la pouliche a pu se faire emmener très longtemps dans la ligne droite, et, sur un bon terrain auquel ses origines la prédisposent, elle a placé une belle accélération. Oriental Wind avait bien débuté à Bordeaux, avant d’ouvrir son palmarès pour sa rentrée à 3ans. Elle avait ensuite montré ses limites au niveau Listed, dans le Prix Rose de Mai.

LA SŒUR D’OMANA

Élevée par Chevotel de la Hauquerie, elle avait été vendue pour 60.000 euros à Meridian International, en octobre 2010, chez Arqana. C’est une fille d’Orion Girl (Law Society), gagnante du Prix Urban Sea (L), et donc une sœur d’Omana (Speedmaster), troisième du Prix de Flore (Gr3). Orion Girl est une sœur d’Orion Star (Sternkoenig), ga-

gnant du Prix de Suresnes (L), deuxième du Prix Vicomtesse Vigier (Gr2), et troisième du Grand Prix de Paris (Gr1). Le frère de la pouliche, par Acclamation, passe en vente lors des prochaines sessions d'Arqana, au mois d’août.