Première victoire en france de corey brown

Autres informations / 29.07.2013

Première victoire en france de corey brown

En Australie, Corey Brown fait partie des jockeys vedettes. À 36 ans, il compte déjà plus de 2.000 victoires dans son pays. Le jockey est arrivé en France dans le courant du mois de juin, et a remporté sa première victoire en France, dans le Quinté de ce dimanche, en selle sur Quirinus (Okawango). Corey Brown était déjà venu dans l’Hexagone, et justement à Deauville, lors du Galop Hermès 2010. Il s’est déclaré très heureux de ce succès : « J’ai toujours admiré les jockeys français. Alors gagner ici, si tôt durant mon séjour, c’est formidable. J’avais déjà monté une fois, à Dieppe, et je remercie Mathieu Boutin de m’avoir fait confiance. J’aurais dû avoir deux autres montes auparavant, mais les chevaux avaient été déclarés non partants. » Un succès qui le rend heureux, mais Corey Brown n’est pas venu en France dans l’idée de tout remporter. « J’ai des contacts avec quelques entraîneurs. Par exemple avec David Smaga : j’ai monté pour lui à Dieppe, et je monte chez lui le matin. Mais je ne suis pas venu en France dans l’idée de tout remporter sur mon passage. Je veux avant tout profiter. J’étais déjà venu pour le Galop Hermès, et cela avait été une bonne expérience. Je reste encore quatre semaines. J’ai la chance d’être ami depuis quatre ans avec Christophe Lemaire, et sa femme et lui m’ont accueilli. »

Corey Brown est un admirateur des courses françaises et des jockeys de l’Hexagone. « J’aime beaucoup la façon de monter des jockeys français. En Australie, c’est différent. On a tendance à aller très vite depuis le début jusqu’à la fin, tandis qu’en France on reprend et on attend, pour venir ensuite. Les jockeys australiens auraient beaucoup de mal à faire cela. Les courses sont aussi différentes : lors d’une réunion, il n’y a qu’une ou deux courses sur 2.000m ou 2.400m.

La majorité des épreuves sont sur 1.000m à 1.600m. Parfois, en Australie, des jeunes apprentis me demandent des conseils, et je leur dis de regarder une course française. Les jockeys français sont pour moi les meilleurs. Je n’ai jamais monté en Angleterre, mais j’ai vécu à Singapour, où c’est assez international. Et si je devais citer un jockey français en particulier, ce serait Olivier Peslier. Il comprend le cheval et fait ce qu’il veut avec. » Corey Brown apprécie aussi l’ambiance à Deauville : « C’est beaucoup plus détendu ici qu’en Australie. Les gens sont très amicaux, les jockeys passent au milieu de la foule. En Australie, il y a beaucoup plus de sécurité, cela ne se fait pas. Mais cela vient peut-être aussi du fait que les jockeys sont plus starifiés. »