Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Shikarpour cherche sa victoire de groupe

Autres informations / 20.07.2013

Shikarpour cherche sa victoire de groupe

Ils seront neuf au départ de ce Prix Eugène Adam (Gr2). Son Altesse l’Aga Khan aura deux représentants au départ : Shikarpour (Dr Fong) et Dalwari (More Than Ready). André Fabre, recordman de l’épreuve avec treize victoires, aligne trois pensionnaires, soit un tiers des partants : Triple Threat (Monsun), Buckwheat (Manduro) et Pilote (Pivotal).

SHIKARPOUR APRES ROYAL ASCOT

Shikarpour (Dr Fong) ne cesse de surprendre. Ce poulain très puissant s’était imposé pour ses débuts. Il avait été aligné au départ du Prix du Jockey Club pour sa deuxième sortie, et il s’est bien comporté pour s’y classer cinquième. Mais il était nettement dominé par les trois premiers. Cependant, le poulain entraîné par Alain de Royer Dupré ne manque pas de moyens : il reste sur une deuxième place à Royal Ascot dans les Tercentenary Stakes (Gr2). Shikarpour échouait de peu pour la victoire, et il aurait pu prétendre au succès s’il n’avait pas connu quelques ennuis de trafic dans la ligne droite. La semaine dernière, on parlait par ailleurs d’une supplémentation de Shikarpour dans le Juddmonte Grand Prix de Paris (Gr1). Finalement, Alain de Royer Dupré a préféré préserver le poulain. Le fils de Dr Fong trouve ici une belle occasion de décrocher une première victoire de Groupe. Il est, avec Manndawi (Dalakhani), l’un des deux espoirs, pour l’automne, de l’entraîneur cantilien.

DALWARI DOIT SE RACHETER

Dalwari ne manque pas de moyens. Il l’a prouvé en remportant le Prix de Guiche (Gr3). Il reste sur une contre-performance dans le Prix du Jockey Club (Gr1), où il n’a pu faire mieux que neuvième. Il s’était à cette occasion montré particulièrement tendu derrière les stalles. Il n’avait pas eu un parcours idéal ensuite, devant évoluer le nez au vent. Il faut préciser qu’il s’élançait avec le 16 à la corde, ce qui compliquait aussi nettement sa mission. Ce fils de More Than Ready trouvera un bon terrain, comme il les aime. Il peut se racheter.

LES TROIS ATOUTS D’ANDRE FABRE

André Fabre est présent en force pour tenter de décrocher un quatorzième succès dans ce Prix Eugène Adam. Olivier Peslier est logiquement associé au Wertheimer Pilote, deuxième en dernier lieu du Prix Daphnis (Gr3). Il a déjà bien fait en bon terrain, mais il n’a jamais couru sur plus long que 1.800m. Les deux autres pensionnaires d’André Fabre sont Triple Threat, gagnant du Prix La Force (Gr3), et Buckwheat, gagnant de Listed, le Prix Ridgway, pour sa deuxième sortie. Lors de sa première sortie, Buckwheat avait été battu par Manndawi, deuxième du Juddmonte Grand Prix de Paris. Maxime Guyon a choisi de se mettre en selle sur le deuxième nommé. Il faut dire que les limites de Buckwheat sont encore inconnues. Il a débuté sur 2.400m, puis gagné sur 2.100m. La méfiance est donc de mise. Triple Threat, quant à lui, avait laissé une très belle impression dans le Prix La Force : mal parti, il avait passé le peloton en revue dans la ligne droite. Le départ est le point faible du poulain : il s’était à nouveau mal élancé dans le Prix de Guiche et, face à une meilleure opposition, n’avait pu finir que troisième, à près de trois longueurs de Dalwari.

CE SERA PLUS COMPLIQUE POUR LES AUTRES

Ménéas (American Post) n’a pas convaincu pour sa rentrée. Invaincu à 2ans, le hongre entraîné par Carlos Laffon-Parias s’est montré très tendu lors de son retour en piste, dans la Listed remportée par Buckwheat. Il pourrait toutefois avoir progressé sur cette sortie, et montrer son vrai visage. Glacial Age (Verglas) se classait quant à lui deuxième de cette même Listed. Le poulain entraîné par Mme J.-F. Hughes s’était retrouvé devant par la force des choses. Il n’avait pas pu résister au retour de Buckwheat. Le bon terrain ne sera pas un problème pour lui mais, au mieux, il peut prétendre à une place. Mutin (Kentucky Dynamite) vient de décevoir à Royal Ascot. Il n’a jamais couru au-delà de 1.600m. Jean- Claude Rouget fait un test sur 2.000m. Avant le coup, cela s’annonce compliqué. Quant à Saint Thomas (Dansili), poulain estimé, il vient de décevoir dans le Prix Daphnis, mais le terrain assoupli n’était probablement pas au goût de ce fils de Dansili. Il ne s’était pas si mal comporté dans le Prix Paul de Moussac (Gr3). Il s’agit pour lui aussi d’un premier essai sur 2.000m.

SOUS L’ANGLE HISTORIQUE

Épreuve créée en 1893, sous le nom de Monarque (père du célèbre Gladiateur). Elle devient le Prix Eugène Adam en 1911.

Temps record de l’épreuve sur 2.000m ligne droite : 2’00’’80 (2006).

Temps record de la piste : 1’59’’40 par Fair Mix (Linamix) dans la Coupe de Maisons-Laffitte (Gr3), en 2004.

Peu de femelles se sont imposées. La dernière victoire d’une femelle, Highest Hopes (entraînée par W. R. Hern), remonte à 1970. Treize vainqueurs venus de l’étranger, dont Hitchcock, le premier, en 1969.

Quelques noms du palmarès “contemporain” : le Cheikh Mohammed Al Maktoum est lauréat à six reprises. Godolphin inscrit son nom avec Dubai Millennium (Seeking the Gold).

Quatre des élèves du prince Khalid Abdullah ont inscrit leur nom au palmarès.

André Fabre a inscrit son nom à treize reprises.

QUI EST EUGÈNE ADAM ?

Né en 1840 et décédé en 1904, Eugène Adam a été le fondateur de la Société Sportive d’Encouragement, officialisée le 25 mai 1887. Il en devient le premier Président. Le siège de la Société Sportive d’Encouragement était sis au 37, rue Lafayette, puis au 3, rue des Mathurins, puis, en 1899, au 4, rue Halévy, jusqu’à l’achat, le 2 juillet 1912, d’un hôtel particulier au 133, rue du Faubourg-Saint-Honoré. Eugène Adam présida la société jusqu’à sa mort et la dirigea habilement, obtenant la prospérité sur ses trois hippodromes de Maisons-Laffitte, d’Enghien et de Saint-Ouen. À la création de la société, Eugène Adam était âgé de 47 ans. Ni brillant cavalier ni membre du Jockey Club ou du Nouveau Cercle, c’était un homme d’affaires de son temps, séduit par le florissant sport hippique auquel il témoigna son attachement en entretenant une écurie d’obstacle qui se distingua en 1889 lors de la victoire de Vanille dans la Grande Course de Haies d’Auteuil. Sa casaque était grenat, manches et toque rose. Les autres membres fondateurs de la Société Sportive d’Encouragement étaient Robert Papin et Alfred de Rollepot. Les autres membres du comité furent E. Porte, X. Girardin, A. Daudé, Michel Cullerier, le Dr Pierre Gelez, Pierre Manceau.