Jérôme zuliani revient sur sa deuxième victoire dans le grand steeple-chase des flandres

Autres informations / 29.08.2013

Jérôme zuliani revient sur sa deuxième victoire dans le grand steeple-chase des flandres

Vingt-quatre heures après son deuxième sacre consécutif avec Martalin (Martaline) dans le Grand Steeple-Chase des Flandres, cinquième étape du Crystal Cup, qui se courait sur l’hippodrome belge de Waregem, Jérôme Zuliani nous a confié ses impressions sur cette belle victoire devenue historique. En effet, cela faisait quarante ans qu’un jockey n’avait pas effectué le doublé deux années de suite avec le même cheval dans le Grand Steeple-Chase des Flandres.

JDG .– COMMENT APPREHENDIEZ-VOUS L’EPREUVE AVANT DE VOUS METTRE A CHEVAL ?

Jérôme Zuliani .– Je savais que Martalin se montrait en forme à l’entraînement. Cependant, il venait d’effectuer une rentrée moyenne sur l’hippodrome de Clairefontaine, où il n’avait pas très bien sauté. À vrai dire, j’étais un peu dans le doute. Mais Patrice [Quinton, l’entraîneur de Martalin, ndlr] paraissait sûr du cheval. Donc j’ai essayé de ne pas me poser de questions et de m’enlever de la tête mes a priori.

MARTALIN A TRES BIEN SAUTE MARDI ET A GAGNE AISEMENT. A QUEL MOMENT AVEZ-VOUS SENTI LA VICTOIRE A PORTEE DE MAINS ?

Martalin est un cheval qui possède un peu de caractère, dans le sens où il est un peu sur le "frein", comme nous disons dans le jargon. Cela dépend un peu de son envie. Mardi, nous sommes partis mollement car la course a démarré sur une allure très régulière. Mais au fur et à mesure qu’il passait certains chevaux, cela lui donnait du moral et l’envie de se battre. La machine était lancée. À un tour de l’arrivée, je tirais dessus pour ne pas prendre la tête. Le fait est, aussi, qu’il a effectivement très bien sauté durant tout le parcours, sans faire trop d’efforts. Il a très bien franchi le dernier obstacle et nous nous sommes ensuite envolés vers la victoire. Nous étions au-dessus des autres et je n’ai même pas eu à le solliciter. C’était vraiment fantastique !

GAGNER SUR L’HIPPODROME DE WAREGEM DOIT ETRE QUELQUE CHOSE DE VRAIMENT SPECIAL A LA VUE DU NOMBRE DE SPECTATEURS QUI S’Y DEPLACENT... CELA FAIT-IL LONGTEMPS QUE VOUS VOUS RENDEZ EN BELGIQUE ?

Cela va faire huit ans que nous nous y rendons. C’est toujours quelque chose de particulier. D’une part, nous ne rencontrons pas ce type de parcours en France, et l’ambiance est vraiment extraordinaire. D’autre part, être le premier jockey depuis quarante ans à inscrire son nom au palmarès de l’épreuve avec le même cheval est vraiment quelque chose de gratifiant.

VOUS NOUS AVEZ CONFIE VOULOIR PASSER VOTRE LICENCE D’ENTRAINEUR PUBLIC AU MOIS DE SEPTEMBRE PROCHAIN. COMPTEZ-VOUS METTRE BIENTOT UN TERME A VOTRE CARRIERE DE JOCKEY ?

Non, pas particulièrement. Cela dépendra surtout des chevaux qu’il me reste à monter. Pour l’instant, la question ne se pose pas du tout. Mais en effet, je passerai le préstage pour la licence d’entraîneur public début septembre à Chantilly, pour essayer de l’obtenir cinq mois plus tard, en janvier. Disons que je prépare simplement l’avenir.

DE NOUVELLES COMPLICATIONS POUR ST NICHOLAS ABBEY

Coolmore a récemment donné des nouvelles du champion st nicholas Abbey (Montjeu), actuellement en convalescence après son opération suite à ses fractures. Coolmore a communiqué : « Lundi, le cheval était mal à l’aise. Et les radiographies ont montré qu’une vis placée dans son os du canon avait cassé. »

Les chirurgiens ont donc dû opérer de nouveau le cheval et sortir cette vis défectueuse. Cette nouvelle opération s’est bien passée et la semaine qui arrive va être très importante pour le cheval qui, pour le moment, donne l’impression de bien récupérer de cette nouvelle intervention.