Le haras de grandcamp

Autres informations / 14.08.2013

Le haras de grandcamp

Nous poursuivons aujourd’hui notre tour des grands élevages avec le haras de Grandcamp, dirigé par Éric Lhermite. Au total, sur les deux ventes Arqana, ce sont trente-sept yearlings qui représenteront Grandcamp.

VINGT-DEUX YEARLINGS POUR LA PREMIERE SESSION, QUINZE POUR LA V2

C’est en 2004 qu’Éric Lhermite, animateur du haras de Grandcamp, s’est installé sur un domaine loué dans le village de Grandcamp, non loin de la pointe du Hoc et du haras d’Etreham. En juillet 2006, il a pu acquérir un haras dans l’Orne, tout proche du village de Trun, qui est devenu Grandcamp, tel qu’on le connaît actuellement. Il s’étend sur 60 hectares et une quarantaine de chevaux sont présents sur le haras.

Depuis 2006, le haras a sorti de jolies perles comme Vision d’État, vainqueur du Prix du Jockey Club (Gr1) 2008, étalon à Grandcamp, ou encore Dabirsim ??, meilleur 2ans européen et lauréat du Prix Morny et du Grand Critérium (Grs1). Cette année, Grandcamp présentera vingt-deux yearlings au cours de la première partie de la vente. Un chiffre similaire à celui de 2012. Pour la première édition de la V2, il y aura quinze yearlings estampillés Grandcamp. Lors de la première session, quelques lots attirent l’attention comme le 64, qui appartient à la famille de Chichicastenango, le 96, un fils d’Alix Road, troisième du Prix Saint-Alary (Gr1), le 287, seul produit d’Arcano disponible au catalogue de la vente, ou encore le 316, une femelle par Teofilo qui « appartient à une excellente famille française », celle de Varévées (Kahyasi), deuxième du Prix du Cadran (Gr1). Au cours de la V2, Grandcamp passera aussi sur le ring le seul produit d’Archipenko, étalon peu représenté en France.

UNE BONNE SAISON POUR LES ETALONS DE GRANDCAMP

Grandcamp a une particularité puisqu’il abrite des étalons au nombre de cinq : Vision d’État, Tin Horse , Linda’s Lad, Sunday Break et Evasive. « Nous avons effectué une bonne saison avec environ quatre cents contrats de saillies, nous a dit Éric Lhermite. Vision d’État a couvert une centaine de juments, il produit très racé, avec de la taille, du rayon. Tin Horse a sailli quatre-vingt-dix juments, Linda’s Lad environ quatre-vingt, tout comme Sunday Break. Pour Evasive, nous attendons la saison prochaine. »

LA PREPARATION "MADE IN GRANDCAMP"

Éric Lhermite nous a appris, au sujet de la préparation des yearlings "made in Grandcamp" : « Les yearlings travaillent tous les jours différemment en rotation : rond de longe, marche en main, tapis roulant. Tous vont au paddock chaque matin,. Nous essayons de varier les travaux pour que les chevaux ne fassent pas les mêmes exercices chaque jour. » Une dizaine de personnes travaillent à Grandcamp pendant les ventes, contre cinq en temps normal. « La vente est difficile à préparer car elle est très tôt », nous a confié Éric Lhermite, qui travaille avec une importante clientèle allemande, mais aussi française.