Le peintre qui donne des couleurs aux programmes

Autres informations / 24.08.2013

Le peintre qui donne des couleurs aux programmes

Le chevalet et la silhouette de Maurice Dupuy, 84 ans mais toujours passionné, sont connus depuis bien longtemps des turfistes, à Deauville et à Clairefontaine. « Je viens à Deauville depuis maintenant 62 ans, sans interruption. J’ai toujours été fasciné par le monde des courses et la peinture. Je suis peintre le matin, pour les entraînements sur la piste, et peintre l’après-midi, le jour de l’épreuve. Je suis l’élève de Pierre Gaillardot, qui a disparu il y a environ vingt ans. J’ai eu quelques artistes dans la presse, une dizaine environ. »

Maurice Dupuy a peint quelques trotteurs, mais la très grande majorité de son œuvre est dédiée à l’univers du pur- sang. « Mes aptitudes sont meilleures avec les pur-sang qu’avec les trotteurs, nous a-t-il expliqué, à cause des allures. » Le travail de Maurice Dupuy a évolué cette année : « J’ai découvert une nouvelle peinture pour mon art, qui s’appelle la gouache. C’est beaucoup plus proche de la peinture sur huile. Avant, je peignais à l’aquarelle. » Un changement qui a un effet certain sur les couleurs, l’aquarelle « fabriquée en Chine » donnant un effet plus "dilué" que la gouache, plus "physique". « J’ai une clientèle d’amis et de collectionneurs. Et je dois dire que je vis un été merveilleux : il n’a pas plu ! Je suis un peintre amateur, c’est mon plaisir. Je vends mes œuvres à un prix assez raisonnable. Et j’ai aussi de très bons rapports avec les professionnels des courses. Je joue parfois une petite pièce, pour me distraire, quand j’ai de bons renseignements, précise-t-il en souriant. Et j’ai aussi l’œil pour voir les chevaux qui sont prêts, comme ce vendredi la gagnante de la première course à Deauville, qui était magnifique. Pour le Prix des Entraîneurs, Criquette Head-Maarek me commande toujours trois aquarelles, ou désormais gouache. Les courses, c’est quelque chose de magnifique »