Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Royalmania, l’étoile qui vient de loin

Autres informations / 23.08.2013

Royalmania, l’étoile qui vient de loin

Royalmania (Elusive Quality) a fait mieux que simplement gagner pour ses débuts dans le Prix de la Reboursière (F). La pouliche de l’Écurie Wertheimer & Frère a littéralement pulvérisé l’opposition. Olivier Peslier n’a pas hésité à prendre la tête dès le tournant final, et dans la ligne droite, la pouliche n’a cessé de prendre du champ sur ses opposantes, développant une superbe action, et remettant même un coup de reins à cent mètres du but.

Royalmania s’impose comme une future pouliche de Groupe, et nous lui attribuons sans hésiter une JDG Rising star. Son temps partiel, des quatre cents aux deux cents derniers mètres, est éloquent : 10’’33.

Freddy Head, son entraîneur, a précisé : « C’est une pouliche que j’aime beaucoup. Elle travaillait très bien le matin, mais je voulais la voir en compétition. Elle m’a impressionné, même si, évidemment, je ne connais pas la valeur de l’opposition. » Concernant l’avenir de Royalmania, Pierre-Yves Bureau a confié : « Freddy Head souhaite la préserver pour son année de 3ans. Mais vous la reverrez une fois en piste cette année, soit dans une course à conditions, soit dans le Prix d’Aumale (Gr3). » De tous les lauréats des maidens disputés cet été à Deauville, Royalmania a été la plus impressionnante. Reste évidemment, comme le rappelait Freddy Head, à situer la valeur du lot.

DEBUTS PROMETTEURS DE LA GOHANNIERE

À huit longueurs de l’intouchable lauréate, La Gohannière (Le Havre) a fait un "truc". Elle s’est retrouvée à l’arrière du peloton, en quatrième épaisseur, avant de tracer une belle ligne droite, tout en se montrant assez immature, cherchant son action. François Rohaut nous a dit : « S'il n'y avait pas eu la gagnante, elle aurait gagné comme une pure, par cinq longueurs. Mais elle est tombée sur un gros morceau. C'est une pouliche qui a montré de la qualité le matin, et elle répète donc en course. Pour la suite, le but est de lui faire gagner son maiden. Elle devrait courir encore une ou deux courses cette année et, dans l’avenir, être capable d’aller sur plus long. » Amour à Papa (Montmartre) s’est également bien comportée pour ses premiers pas, regagnant du terrain après avoir été longtemps vue à l’arrière.

LA FILLE D’UNE CHAMPIONNE ARGENTINE

Royalmania est le troisième produit de sa championne de mère, Safari Queen. Le premier est un mâle de Mr Greeley. Ensuite, la jument a une yearling par Pivotal. Elle n’a pas de foal, et elle est actuellement pleine d’invincible Spirit. Safari Queen a une propre sœur, Safari Lady, placée de Gr3 en Argentine. Son père, Lode, un fils de Mr Prospector, n’a pas réussi à gagner de Stakes. Il appartient à la même souche qu’Encosta de Lago, et fait partie des étalons de tête en Argentine. Il a également produit Lazy Lode, double lauréat du Hollywood Turf Cup (Gr1), Lord Jim, champion 2ans en Argentine, Special Lady, meilleure 3ans au Brésil... Lode est également un petit-fils de la championne Fanfreluche. Elusive Quality véhiculant aussi le sang de Mr Prospector, la pouliche est inbred 3x3 sur cet étalon phare.

L’ELEVAGE WERTHEIMER, TOUJOURS A L’AFFUT DE SANG NOUVEAU

Royalmania illustre parfaitement la politique de gestion de l’élevage Wertheimer. Régulièrement, les frères investissent dans des courants de sang nouveau, toujours des poulinières ayant fait leurs preuves au plus haut niveau. C’est ainsi que Safari Queen (Lode) a rejoint la jumenterie Wertheimer. Pierre-Yves Bureau nous a dit : « Nous l’avons achetée à Keeneland, alors qu’elle était pleine d’Elusive Quality. Même si on retrouve les noms de Mr Prospector et Sadler’s Wells dans son pedigree, elle apporte le sang de nouveaux étalons, ce qui est toujours important dans un élevage. Et si elle a été la meilleure pouliche de sa génération en Argentine, elle a aussi été très compétitive aux États-Unis. » Safari Queen est la fille d’une autre championne argentine, Safari Girl (Sonus), gagnante des 1.000 Guinées locales (Gr1). Sa deuxième mère, Sally Girl (Fain), a elle aussi gagné un Gr1 en Argentine. C’est également la deuxième mère de Candy Gift, que l’on a bien connu en France.