Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Un marché réaliste à saratoga

Autres informations / 08.08.2013

Un marché réaliste à saratoga

Un marché sain, c’est le terme qui convient le mieux pour les ventes de Saratoga, qui se sont achevées mardi soir. Boy Browning, le président de Fasig-Tipton, s’est surtout félicité de la diversité des acheteurs présents et de leur intérêt pour un grand nombre de yearlings. « Nous pouvions sentir l’énergie qui régnait dans le pavillon des ventes et dans les écuries. Il y avait plus d’énergie que l’an dernier, plus d’intérêt, plus d’enchérisseurs et plus d’activité. Les acheteurs n’étaient pas prêts à mettre des enchères nettement plus hautes que l’an dernier, mais en revanche, ils étaient intéressés par un plus grand nombre de yearlings. » Les indicateurs montrent la stabilité du marché par rapport à l’an dernier. Si le prix moyen recule de 1,3 %, le prix médian, en revanche, progresse de 11,1 %. Mais surtout, le taux de vendus est en hausse (78,8 % contre 66 % l’an passé). Pour Boy Browning, « le marché n’est pas en repli. Ce serait une erreur de dire, en raison de la baisse du prix moyen, que le marché recule de 1 %. À chaque fois que le taux de vendus progresse, la moyenne peut baisser légèrement, parce que nous avons vendu un nombre plus important de chevaux. C’est aussi pour cette raison que la hausse du prix médian est encore plus impressionnante. La hausse du taux de vendus, qui s’accompagne de celle du prix médian et d’une quasi-stabilité du prix moyen, est le signe que le marché était très sain. Le temps où les enchérisseurs étaient prêts à acheter un poulain n’importe quel prix est révolu. Ils sont devenus réalistes, et les vendeurs le sont aussi dans leur prix de réserve. Nous avons atteint un certain équilibre de ce côté-là. »

LE TOP DE LA JOURNEE POUR UN FILS D’INDIAN CHARLIE

Mardi, les prix sont montés moins haut que lors de la première session. Le top price est revenu à un fils d’indian Charlie, vendu 750.000 dollars à Stonestreet, en association avec Georges Bolton. John Moynihan, qui conseille Stonestreet dans ses achats, a expliqué : « Nous n’achetons pas souvent des produits d’Indian Charlie, mais celui-ci est fait comme un poulain très précoce. » Le poulain était présenté par Hill’n’Dale Sales. Il est issu de la dernière production d’Indian Charlie. Sa mère, Queenie Cat (Storm Cat), est restée inédite en compétition, mais c’est une sœur du gagnant de Gr1 Vindication (Seattle Slew). Stonestreet s’est aussi fait remarquer en achetant un mâle de curlin pour 475.000 dollars. Le poulain est issu d’une sœur de silver fox (Pleasant Colony), gagnant de Gr3 et étalon. Shadwell est monté jusqu’à 525.000 dollars pour un produit de Distorted Humor, dont la mère est une propre sœur de Well Armed (Tiznow), gagnant du Dubai World Cup (Gr1).

Chez les pouliches, c’est une fille de War front, issue de la souche maternelle de Mashaallah (St Leger, Gr1), qui a réalisé le top price à 650.000 dollars, tout comme une fille de Distorted Humor. Une fille de Galileo, sœur de Magnificent Song (Unbridled’s Song), lauréat de Gr1, a également fait monter les enchères jusqu’à 600.000 dollars.

LES GRANDS INDICATEURS

Cumulés

Présentés 162 137

Vendus (%) 107 (66 %) 108 (78,8 %)

Prix moyen (évol.) 299.065 $ 295.093 $ (- 1,3 %)

Prix médian (évol.) 225.000 $250.000 $ (+ 11,1 %)

C.A. 32.000.000 $ 31.870.000 $